François Devienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Devienne.
François Devienne
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Devienne, artiste anonyme de l'entourage de Jacques-Louis David

Surnom le Mozart français
Naissance
Joinville, Drapeau de la France France
Décès (à 44 ans)
Charenton-Saint-Maurice, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur

François Devienne (Joinville, - Charenton-Saint-Maurice, ) est un compositeur français, qui a également été flûtiste, bassoniste et enseignant.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Devienne est le septième des huit enfants que le bourrelier Pierre Devienne a eus de son second lit.

Il apprend très jeune plusieurs instruments avec son frère aîné, et fait partie d'une maîtrise. Cela lui permettra de jouer par la suite dans différents ensembles parisiens. À l'âge de 10 ans, il compose sa première œuvre, une messe. En 1779, c'est le baron de Bagge, mécène et compositeur, qui s'occupe de son entretien. De 1780 à 1785 il est au service du cardinal de Rohan. Il y joue de la flûte (son maître a été Félix Rault) et du basson. En 1788 il est bassoniste au Théâtre de Monsieur, puis en 1793 à l'opéra de Paris. De plus, il compose.

Sergent à l'orchestre de la garde, il apprend la musique aux enfants de ses camarades et écrit pour cela une Méthode de flûte théorique et pratique (1793). Il fonde une « école libre de musique », rebaptisée en 1795 « Institut national de Musique », puis Conservatoire de Paris ; il y enseigne la flûte. Il est membre de la Société Olympique, association musicale de francs-maçons ayant son propre orchestre (qui commanda et exécuta les symphonies parisiennes de Joseph Haydn).

Parmi ses opéras composés durant les années 1790, l'un lui apporte le succès, les Visitandines, créé au Théâtre Feydeau le , sur un livret de Louis-Benoît Picard.

Devienne est interné à l'asile de Charenton en 1803 et y meurt le 5 septembre de cette année. On l'a surnommé le « Mozart français ». Si les compositions concertantes de Devienne peuvent être comparées à celles de Franz Anton Hoffmeister (qui en a écrit 25 pour la flûte), leur style brillant et leur sens de la mélodie rappellent en effet plutôt Mozart. Mozart, durant son séjour à Paris en 1778, a assisté aux Concerts spirituels mais c'est sans doute plus tard que Devienne y joua ses propres compositions.

Jean-Pierre Rampal, dans les années 1960 et 1970, a tiré de l'oubli ses compositions pour flûte.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

  • 1 symphonie à grand orchestre
  • 8 symphonies concertantes
  • 14 concertos pour flûte
  • 5 concertos pour basson
  • 25 quatuors et quintettes pour différents instruments, parmi lesquels :
    • les quatuors pour flûte, alto et violoncelle op. 16, publiés vers 1786[1];
    • les quatuors pour basson, violon, alto et violoncelle op. 73, composés vers 1800[2].
  • 46 trios
  • 147 duos, parmi lesquels :
    • les Six duos pour flûte et alto op. 5, publiés en 1784[3];
  • 67 sonates

Œuvres pour orchestre d'instruments à vent

  • 1797 Le Chant du retour
  • 1799–1800 Hymne pour l'éternité
  • Ouvertures

Il a écrit 12 opéras[4], dont :

Écrit[modifier | modifier le code]

  • Méthode de flûte théorique et pratique (1793).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Pougin, Devienne, Paris, impr. Chaix, 1864, in-8° de 32 p. (dans une série de brochures publiées sous le titre général de Musiciens français du XVIIIe siècle)
  • Émile Humblot, Devienne 1759-1803. Un Musicien Joinvillois de l'Époque de la Révolution, St-Dizier, 1909. Consultable sur le site de l'Université de Rochester.
  • Emmanuel Hondré, François Devienne (1759-1803), Éditions Dominique Guéniot, 2004 (79 pages).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renseignement donné par le site de la BnF, qui semble ne connaître cette date que par un enregistrement phonographique Four 18th century flute quartets, 33 t, mono ; 30 cm; Londres, Éd. de l'Oiseau lyre , [DL 1961].
  2. Renseignement donné par le site de la BnF, qui semble dépendre de sources secondaires (indiquées).
  3. David Lindsey Clark, Appraisals of Original Wind Music: A Survey and Guide, Greenwood Publishing Group, 1999, p. 55-56, partiellement consultable sur Google livres.
  4. (de) Liste complète sur le site http://www.operone.de

Liens externes[modifier | modifier le code]