François Deslaugiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Deslaugiers
Présentation
Naissance
Alger (Algérie)
Décès (à 75 ans)
Marseille (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme DPLG en 1966
Formation ENSBA, ateliers Lagneau puis Arretche
Œuvre
Réalisations Palais de justice de Nanterre

François Deslaugiers est un architecte français né le à Alger[1],[2],[3] et décédé le à Marseille[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Au sortir du lycée, il entre en classe préparatoire littéraire (khâgne) aux lycées parisiens Janson-de-Sailly puis Henri-IV. En 1952, il entre à l'École des beaux-arts, élève d'abord de Guy Lagneau, puis en 1964 de Louis Arretche. Il est diplômé en 1966.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après son diplôme, il travaille chez son ancien maître, Louis Arretche.

Il est président de l'association des Tours Labourdettes, à Belsunce, où il réside[5].

Il meurt des suites d'un cancer.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Station haute du funiculaire de Montmartre (Paris)

Parmi ses réalisations les plus notables construites sur le territoire français, on peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Saur allgemeines Künstlerlexikon : Die bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, vol. 26 : Delwaide - Dewagut, Munich-Leipzig, K.G. Saur Verlag,‎ , 572 p. (ISBN 3-598-22766-3 et 3-598-22740-X), « Deslaugiers, François », p. 384.
  2. François Deslaugiers, Patrice Goulet, Bernard Marrey et Christiane Deslaugiers, François Deslaugiers, Institut français d'architecture,‎ (lire en ligne), p. 60.
  3. « La personne - Centre Pompidou » (consulté le 8 mars 2014).
  4. François Chaslin, « Décès de l'architecte François Deslaugiers », LeMoniteur.fr, .
  5. « Décès de l'architecte François Deslaugiers », LaProvence.com, .
  6. La Grande Arche, Laurence Cossé, éditions Gallimard, 2016, (ISBN 978-2-07-014204-0). L'auteure du roman présente Deslaugiers comme l'un des collaborateurs les plus proches de Johan Otto von Spreckelsen et les plus fidèles à son projet intial.

Liens externes[modifier | modifier le code]