François Denis Née

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Denis Née
Naissance
Décès
Activités
Graveur, dessinateurVoir et modifier les données sur Wikidata

François Denis Née est un dessinateur et graveur français, né en 1732 à Paris où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

« Le Pavillon français. Marie-Antoinette et son second fils », gravure de Née d'après un dessin du chevalier de Lespinasse (Château de Versailles, vers 1789).

François Denis Née fut l'élève de Jacques-Philippe Le Bas.

Née est connu comme graveur au burin, il travaille le métal, et fait également métier d'imprimeur d'estampes.

Dans les années 1770, il s'associe au graveur Louis-Joseph Masquelier (1741-1811), dit « l'aîné » : les deux hommes ouvrent boutique rue des Francs-Bourgeois, « près la porte Saint-Michel ». Après la Révolution, il s'installe rue de Fleurus et produit des lithographies.

Il grava notamment des œuvres de Jean-Baptiste Lallemand. Il participe également du grand projet franco-chinois intitulé Les Conquêtes de l'Empereur de Chine commandé par les jésuites Jean-Denis Attiret, Giuseppe Castiglione, Ignace Sichelbart et Jean Damascene, une série de 12 grandes gravures complémentaires coordonnée par Charles Nicolas Cochin le fils, cuivres exécutés[1] à Paris entre 1772 et 1774 pour le compte du souverain Qianlong[2].

Il fut entre autres le maître de Joseph C. Maillet (1751-1811), éditeur et vendeur d'estampes.

Ouvrages illustrés, estampes[modifier | modifier le code]

  • Œuvres de Jean Racine, avec des commentaires, par M. Luneau de Boisjermain, tomes I-VII, à Paris [et à Londres], de l'imprimerie de Louis Cellot, 1768.
  • « L' esprit du peuple », gravure sur métal, d'après Clément Pierre Marillier, Paris, Delalain, 1774.
  • « Jérusalem délivrée », gravure publiée chez J B. G. Musier, Paris, 1774, planches des Chants V et XVI.
  • « Zulménie et Volsidor », frontispice pour la comtesse de Beauharnais, d'après Clément Pierre Marillier, Paris, Delalain, 1776 et 1780.
  • Barthélemy Faujas de Saint-Fond, Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay ; avec un discours sur les volcans brûlans, des mémoires analytiques sur les schorls, la zéolite, le basalte, la pouzzolane, les laves & les différentes substances qui s'y trouvent engagées, Grenoble, chez Joseph Cuchet, imprimeur-libraire de monseigneur le duc d'Orléans / Paris, chez Nyon aîné, libraire, rue Saint-Jean-de-Beauvais. Née et Masquelier, graveurs, rue des Francs-Bourgeois, porte St-Michel, 1778.
  • « On l'a vu désarmer les Tirans et les Dieux », portrait de Benjamin Franklin, d'après Carmontelle, Paris, chez Née rue des Francs-Bourgeois, [1780 ou 1781].
  • Athénée de Naucratis, Banquet des savans, traduit, tant sur les textes imprimés, que sur plusieurs manuscrits, par Lefebvre de Villebrune, tomes I-V, Paris, chez Lamy, de l'imprimerie de Monsieur, 1789-1791.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les autres graveurs sont Pierre-Philippe Choffard, Nicolas de Launay (1739-1792) et Louis-Joseph Masquelier (1741-1811)
  2. Pascal Torres, Les Batailles de l’Empereur de Chine. La gloire de Qianlong célébrée par Louis XV, une commande royale d’estampes, Éditions Le Passage, 2009 — cf. l'ensemble de ces gravures sur le site dédié Battle of Qurman.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]