François Deluga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Deluga
Fonctions
Député de la 8e circonscription de la Gironde

(3 ans, 6 mois et 18 jours)
Élection
Législature XIIIe législature
Prédécesseur Marie-Hélène des Esgaulx
Successeur Yves Foulon

(5 ans et 6 jours)
Réélection 23 mars 2014
Législature XIe législature
Prédécesseur Robert Cazalet
Successeur Marie-Hélène des Esgaulx
Maire du Teich
En fonction depuis le
(28 ans, 5 mois et 3 jours)
Prédécesseur Claude Laymand
Conseiller régional d'Aquitaine

(3 ans et 15 jours)

(4 ans, 10 mois et 17 jours)
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Caudéran (Gironde)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Agent général d'assurance

François Deluga, né le à Caudéran (Gironde), est un homme politique français. Membre du Parti socialiste, il est député de la 8e circonscription de la Gironde de 1997 à 2002, et du , à la suite d'une élection partielle[1] jusqu'en juin 2012, date à laquelle il ne se représente pas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agent général d'assurances de profession, François Deluga obtient son premier succès électoral lors de l'élection municipale de 1989 en étant élu maire du Teich. Il est réélu à ce poste à la suite des élections de 1995, 2001 et 2008[2]. À la suite de son élection comme maire du Teich, il est élu président du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne de septembre 1995 au mois de mai 2001.

Lors des élections législatives de 1997, il conquiert le siège de député de la huitième circonscription de la Gironde en battant Robert Cazalet, le sortant UDF. Pendant ce mandat, il siège au sein du groupe socialiste et est membre de la commission de la production et des échanges puis de la commission de la défense nationale et des forces armées. Il est battu lors des élections législatives de 2002 par la candidate UMP, Marie-Hélène des Esgaulx. À la suite de l'élection au Sénat de Mme des Esgaulx lors des élections sénatoriales de 2008, une élection législative partielle est organisée. Le , M. Deluga est élu au second tour de cette élection en battant Yves Foulon, le maire UMP d'Arcachon. Il ne se représente pas en 2012, ayant été battu à l'investiture par Gilles Savary pour se présenter sous l'étiquette socialiste dans la 9e circonscription de la Gironde.

Lors des élections de 1998, il est élu au Conseil Régional d'Aquitaine et assure les fonctions de questeur jusqu'en juin 2001. Aux élections régionales de 2004, il est réélu sur la liste menée par Alain Rousset et devient 8e vice-président du conseil régional d'Aquitaine. À la suite de son élection comme député, il a fait part de son souhait d'abandonner son mandat régional en vertu de la loi sur le cumul des mandats[3].

De 2001 à 2008, il est élu Président de la COBAS (Communauté d'Agglomérations du Bassin d'Arcachon Sud). Il est administrateur du Centre national de la fonction publique territoriale[4] (CNFPT) et est élu le 15 avril 2009 président du CNFPT par 15 voix contre 13. Il est réélu à la présidence du CNFPT le 28 janvier 2015, pour 6 ans, à l'occasion de la séance d'installation du nouveau conseil d'administration[5].

Mandats électoraux[modifier | modifier le code]

Député
Conseiller régional
  • de 16 mars 1998 au 18 mars 2001 : membre du Conseil régional d'Aquitaine (CRA) et questeur au CRA
  • du au 15 décembre 2008 : membre du CRA et vice-président du Conseil régional d'Aquitaine du 29 mars 2008 au 15 décembre 2008
Conseiller municipal / maire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « En Gironde, François Deluga reprend un siège de député à l'UMP », L'Express, 30 novembre 2008.
  2. Source : CV de François Deluga sur son blog
  3. Source : France 3 Aquitaine
  4. Pierre-François Fressoz, « I) Les évolutions institutionnelles de la fonction publique territoriale », Droit et gestion des collectivités territoriales, vol. 29, no 1,‎ , p. 538–545 (DOI 10.3406/coloc.2009.2545, lire en ligne)
  5. « François Deluga réélu président du CNFPT », sur Weka, (consulté le 28 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]