François Cléret de Langavant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François Cléret de Langavant
Biographie
Nom de naissance François Émile Marie Cléret de Langavant
Naissance
Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
Ordre religieux C.S.Sp
Ordination sacerdotale
Décès (à 95 ans)
Langonnet (Morbihan)
Consécration épiscopale par Mgr René-Pierre Mignen

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Cléret de Langavant, né le à Saint-Malo et mort le à l'abbaye Notre-Dame de Langonnet dans le Morbihan, est un prélat français, évêque de La Réunion de 1934 à 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Joseph Cléret de Langavant (1859 - 1934), officier du 47e régiment d'infanterie basé à Saint-Malo , refusa lors des inventaires de briser les portes de l'église de Saint-Servan. Il passe en Conseil de guerre et est renvoyé de l'armée. Après avoir occupé divers emplois dans le privé pour nourrir ses 10 enfants, il demande à être réintégré dans l'armée lors de la déclaration de guerre en 1914[1].

François Cléret de Langavant est ordonné prêtre de la Congrégation du Saint-Esprit en 1922, puis est nommé évêque de Saint-Denis de la Réunion le 10 décembre 1934 par Pie XI. Il y remplace un parent de sa mère, Mgr Georges-Marie de La Bonninière de Beaumont. Il reçoit la consécration épiscopale en la cathédrale de Saint-Malo le 25 avril 1935 des mains de Mgr René-Pierre Mignen, archevêque de Rennes. En juillet 1941 il se déclare favorable à l'autorité du maréchal Pétain, et à un retour aux valeurs chrétiennes de la France, dont le déclin fut provoqué par "les Juifs, les Franc-maçons et les communistes"[2].

Il démissionne de sa charge le . Il est alors nommé évêque titulaire de Mactaris, résidant et exerçant différentes fonctions à La Réunion. Il rejoint l'abbaye Notre-Dame de Langonnet en 1979.

Historique de la famille Cléret de Langavant[modifier | modifier le code]

La famille Cléret de Langavant , originaire de Normandie s'est fixée en Bretagne au XIXe siècle. Elle fait partie des Familles subsistantes d'ancienne bourgeoisie française. Son fondateur, Ambroise Cléret, était bourgeois de Barfleur (Manche). Il est mort le . Jean-Baptiste Cléret (1675-1746), était visiteur au bureau des fermes. Son fils, Jean-Baptiste, était chirurgien à Bazouges-la-Pérouse, en Ille-et-Vilaine. Raphaël-Hyacinthe Cléret né en 1768, était procureur général à Sainte-Lucie, aux Antilles, puis maire d'Ancenis, démissionnaire en 1830 car il était légitimiste. Il a épousé Angèle Crosnier de Langavant, descendante d'une famille malouine établie aux Antilles, dont il a adopté le nom additionnel. Jean-Jacques Cléret de Langavant (1810-1878), était général de division et commandeur de la Légion d'honneur[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Laouénan, Le tocsin de la moisson (août 1914 en Bretagne), éditions France-Empire, 1980
  2. La Réunion vous parle, 15-21 juillet 1941
  3. Henri de La Messelière , Filiations Bretonnes, Prudhomme, Saint-Brieuc, 1922, T.1, p.647-648

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]