François Choe Kyong-hwan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Choe Kyong-hwan
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
최경환 프란치스코Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
CatéchisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Autres informations
Religion
Étape de canonisation

François Choe Kyong-hwan ou François Ch'oe Kyŏng-hwan (en coréen 최경환 프란치스코) est un laïc chrétien coréen, catéchiste, martyr et saint catholique, né en 1804 ou 1805 à Taraekkol dans le district de Hongjugun, province du Chungcheong en Corée, mort pour sa foi le en prison, à Séoul.

Reconnu martyr et béatifié en 1925 par le pape Pie XI, il est solennellement canonisé à Séoul par Jean-Paul II le avec les autres martyrs de Corée.

Saint François Choe Kyong-hwan est fêté le 12 septembre et le 20 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Choe Kyong-hwan naît à Taraekkol dans le district de Hongjugun, dans la province du Chungcheong en Corée, en 1804[1] ou en 1805[2].

Il appartient au clan Kyongju Choe. Son grand-père Choe Han-il est le premier membre de la famille à être baptisé, en 1787. Mais la région est restée longtemps sans prêtre, et les catholiques ne l'y sont plus que de nom, participant à des cultes non chrétiens[2].

François Choe ne tolère pas cette situation peu catholique, et choisit de quitter son domicile pour s'installer dans un village du mont Suri, près de Gwacheon (Kwach'on), dans la province de Gyeonggi. Là, il peut vivre véritablement selon sa foi. Il déboise une partie de la colline, plante du tabac et aide les arrivants catholiques à s'y construire des maisons. Ils observent les commandements, étudient la doctrine, méditent et prient[2].

Les familles y arrivent de plus en plus nombreuses. François Choe les réunit chez lui pour les instruire. Sa faible instruction est compensée par la méditation fréquente, l'étude des livres spirituels, l'amour de Dieu et la connaissance intuitive de la profonde vérité de l'Église[2].

Il est nommé officiellement catéchiste en 1839, l'année des persécutions. Beaucoup de catholiques sont arrêtés et soumis à la faim et à la souffrance ; il collecte de l'argent et voyage pour visiter les prisonniers et aider également les catholiques emprisonnés comme les incroyants pauvres. Il aide aussi à enterrer les corps des martyrs[2].

Le père Maubant, prêtre missionnaire de la Société des missions étrangères de Paris, cherche à envoyer des jeunes Coréens à l'étranger pour étudier en vue de l'exercice de la prêtrise. Or Thomas Choe Yang-up, le fils aîné de François Choe Kyong-hwan, lui est signalé comme étant exceptionnellement intelligent. Le père Maubant demande donc à ses parents, qui acceptent malgré les réticences culturelles des Coréens à laisser leurs fils vivre ailleurs[2].

La nuit du , la police investit sa maison et repart le lendemain avec François Choe, sa famille et plusieurs dizaines d'autres catholiques du village, membres de sa communauté. Ils sont tous emmenés à Séoul. Là, François Choe est interrogé ; furieux de ses réponses témoignant pour la foi, le juge ordonne qu'il soit durement torturé, jusqu'à ce qu'il renie sa foi. Mais il résiste, malgré ses blessures sur tout le corps et ses os partiellement mis à nu. En revanche la plupart des autres catholiques de sa communauté renient leur foi sous la torture ou les menaces, seuls trois résistent : lui-même, son épouse Marie Yi Seong-rye, et Emerentia Yi, une de ses proches[2].

Les juges ayant appris qu'un de ses fils est parti étudier la théologie à Macao pour étudier la théologie, ils le font battre encore plus, jusqu'à la dislocation des os de ses membres[2]. Les témoins attestent qu'au cours de ses deux mois de prison, il a été battu quasiment tous les jours, jusqu'à ce que son corps ne devienne plus qu'une seule grande plaie[2]. Malgré sa douleur, chaque fois qu'on lui demandé d'expliquer le christianisme, il en est heureux et prêche volontiers et joyeusement à ses camarades de cellule[2].

Torturé encore le , François Choe Kyong-hwan se rend compte qu'il va en mourir ; il meurt effectivement quelques heures plus tard le dans sa prison de Séoul[2].

Son épouse accepte ensuite d'apostasier pour ses enfants, puis elle se ravise et meurt décapitée le . Leur fils Thomas Choe Yang-up est ordonné prêtre en 1849, et sert en Corée dans les contrées isolées où ne peuvent pas accéder les prêtres étrangers. Il écrit des ouvrages sur la culture coréenne, sa géographie, sa littérature, son Église[2].

Canonisation[modifier | modifier le code]

François Choe Kyong-hwan est reconnu martyr par décret du Saint-Siège le et ainsi proclamé vénérable. Il est béatifié (proclamé bienheureux) le suivant par le pape Pie XI[1].

Il est canonisé (proclamé saint) par le pape Jean-Paul II le à Séoul en même temps que les autres martyrs de Corée[1].

Saint François Choe Kyong-hwan est fêté le 12 septembre[3], jour anniversaire de sa mort, et le 20 septembre, qui est la date commune de célébration des martyrs de Corée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (it) Emilia Flocchini, « San Francesco Ch'oe Kyong-hwan, catechista e martire, 12 settembre », sur santiebeati.it, (consulté le 30 novembre 2019).
  2. a b c d e f g h i j k et l (en) « 103 Korean Martyr Saints : 최경환 프란치스코 Franciscus Choe Kyong-hwan / Saint Choe Kyong-hwan Francis (1805-1839) », sur cbck.or.kr,‎ (consulté le 30 novembre 2019).
  3. Saint François Ch’oe Kyong-Kwan sur nominis.cef.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]