François-Nicolas Chifflart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Chifflart)
Aller à : navigation, rechercher
François-Nicolas Chifflart
Portrait de Francois Chifflart.jpg

Portrait photographique supposé de Chifflart.[réf. nécessaire]

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
A influencé
Distinctions
Troisième prix de Rome en 1850
Grand prix de Rome (1851)

François-Nicolas Chifflart, né à Saint-Omer le , et mort à Paris le , est un peintre, dessinateur et graveur français, réputé entre autres pour avoir illustré l'œuvre de Victor Hugo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

François-Nicolas Chifflart est le fils d'Antoine-Omer Chifflart, serrurier à Saint-Omer. C'est aux côtés de ce dernier qu'il s'initie à la gravure sur métaux. Il est d'ailleurs, remarqué pour ses talents de graveur-ciseleur et embauché par Louis Fiolet, le plus important fabricant de pipes de faïence de la ville[1]. Sa sœur épouse Alfred Cadart, originaire de Saint-Omer, qui, sur ses conseils, se lance dans l'édition d'estampes à Paris[2].

Il commence à dessiner très jeune à l'école municipale de dessin de Saint-Omer. En 1844, il entre à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Léon Cogniet.

L'artiste[modifier | modifier le code]

Chifflart obtient le premier grand prix de Rome de peinture historique en 1851 avec Périclès au lit de mort de son fils, après avoir obtenu le troisième prix l'année précédente pour Zénobie sur les bords de l'Araxe[3]. Mais sa révolte affichée envers l'académisme du temps lui vaut d'être mis à l'écart. Il se tourne alors de plus en plus vers la gravure et le dessin.

Ses gravures pour Faust, exposées au Salon de 1859, sont admirées par Baudelaire et Théophile Gautier ; le premier s'enthousiasme pour sa technique, « miracle, il a une originalité » écrit-il alors, pressentant son talent[4]. La même année, son beau-frère, Alfred Cadart, publie un album photographique signé Robert Jefferson Bingham, reproduisant ses premières gravures[5].

De 1862 à 1867, il profite de l'atelier de gravure de la rue de Richelieu installé par Alfred Cadart et la Société des aquafortistes dont il est membre dès le départ : il produira plus de 200 eaux-fortes, jusqu'en 1882 (il cesse de graver après cette date), auprès de sa propre sœur, devenue entre temps la Veuve Cadart, et qui avait poursuivi l'activité de gravure[4]. Durant cette période féconde, on compte l'album Improvisations sur cuivre contenant quinze planches et un fontispice. Il rencontre alors Victor Hugo, qui juge son travail « vraiment beau et grandiose »[4], et il commence avec lui une nouvelle carrière d'illustrateur avec Les Travailleurs de la Mer (édition de 1869), gravées par Fortuné Méaulle, et Notre-Dame de Paris. Au total, il illustre la plupart des œuvres et jusque pour les éditions posthumes. Ses gravures ont un style jugé déroutant, fantastique et puissant, que l'on assimile au romantisme noir tardif[4].

Lors du Salon de 1863, Ernest Chesneau cite « entre autres œuvres intéressantes, un David vainqueur, composition mouvementée de M. Chifflard »[6].

Cependant, en tant que peintre, il perd une partie de sa riche clientèle parisienne quand il se met à critiquer l'empire autoritaire de Napoléon III et se rapproche d'Hugo et des mouvements républicains.

Sous la Troisième République, il survit grace à ses illustrations pour Hugo[4]. Il collabore aussi à des périodiques comme Le Monde illustré, L'Artiste, L'Art...

François Chifflart meurt à Paris le .

Une rue de Saint-Omer porte son nom.

Galerie[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Illustrations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Chifflard a participé à l'illustration de nombreux ouvrages en collectif, dont principalement :

  • Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 70 compositions gravées par Fortuné Méaulle, Paris, Jules Hetzel et Albert Lacroix, 1869 — cf. rééddition de 1883.
  • La Chanson de Roland : Texte critique, accompagné d'une traduction nouvelle et précédé d'une introduction historique par Léon Gautier, eaux-fortes originales et d'après Valentin Foulquier, Tours, A. Mame et fils, 1872.
  • Edgar Poe, Histoires extraordinaires, suivi de Nouvelles Histoires extraordinaires, Paris, Albert Quantin, 1884, deux volumes — portrait de Poe (tome 1) et frontispice (tome 2) par Chifflart ; il s'agit de la première édition illustrée de Poe, dessins de Daniel Vierge, gravés en eau-forte principalement par Wögel et Abot.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1859 : gravures pour Faust
  • 1863 : David vainqueur, huile sur toile

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1972 : catalogue d'exposition par C. Chabert et P. Georgel, Saint-Omer, musée de l'Hôtel Sandelin.
  • 1993 : Valérie Sueur, François Chifflart, graveur et illustrateur, catalogue d'exposition du 22 novembre 1993 au 20 février 1994, collection Les dossiers, Paris, musée d'Orsay, 63 p., (ISBN 9782711829200).
  • 2015 : François Chifflart peintre, dessinateur et graveur audomarois,, exposition été 2015, Saint-Omer, musée de l'Hôtel Sandelin.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Champfleury, Bibliographie céramique : nomenclature analytique de toutes les publications faites en Europe et en Orient sur les arts et l'industrie céramiques depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, Albert Quantin, 1881, 352 pages.
  2. Valérie Sueur, « L’éditeur Alfred Cadart (1828-1875) et le renouveau de l’eau-forte originale », in Europeana Newspapers, avril 2013 — lire en ligne.
  3. Notice biographie sur le catalogue Cat'zArts, Paris, ENSBA.
  4. a, b, c, d et e J. Bailly-Herzberg (1986), p. 68-69.
  5. Laure Boyer, « Robert Jefferson Bingham, photographe du monde de l'art sous le Second Empire », dans Études photographiques, 12, novembre 2002, p. 22/24, note 29 — Catalogue général BNF, Dc284.
  6. Ernest Chesneau, L'art et les artistes modernes en France et en Angleterre, Didier, Paris, 1864, 1 vol., p. 161.
  7. Photo de l'œuvre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Jefferson Bingham, Œuvres de Chifflart, grand prix de Rome, 1re série, Paris, Éditeur Alfred Cadart, 3 rue Saint-Fiacre, 1859 — contient des lithographies, gravures et photographies.
  • Louis Noël, François Chifflart, peintre et graveur français (1825-1901) : sa vie, son œuvre, Lille, Vandroth-Fauconnier, 1902.
  • Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France 1830-1950, Paris, Arts et métiers graphiques / Flammarion, 1985.
  • Collectif, François Chifflart, graveur et illustrateur, catalogue de l'exposition au musée d'Orsay, Paris, 1993.
  • (en) Extrait de la notice de François-Nicolas Chifflart dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. 2006, (ISBN 9780199773787)

Liens externes[modifier | modifier le code]