François Châtelet (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Châtelet)
François Châtelet
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Prix Bordin ()Voir et modifier les données sur Wikidata

François Châtelet est un historien de la philosophie, philosophe politique et penseur de l'histoire français, né le à Paris[1] où il est mort le [1].

Il a été l'époux de la philosophe Noëlle Châtelet, sœur de Lionel Jospin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du lycée Faidherbe[2] de Lille, il devient agrégé de philosophie en 1948[1] et docteur ès lettres en 1961[1]. Il participe alors au groupe L’Étincelle, aux côtés notamment d'Henri Lefebvre, Anatole Kopp et Yves Cachin, en rupture avec le PCF.

En 1960, il signe le Manifeste des 121, déclaration sur le « droit à l'insoumission » dans le contexte de la guerre d'Algérie.

Il fut, avec Michel Foucault et Gilles Deleuze, à l'origine du département de philosophie du Centre universitaire expérimental de Vincennes dite « université de Vincennes », future université Paris-VIII, le cofondateur du Collège international de philosophie et professeur à l'Institut supérieur des carrières artistiques (ICART). Châtelet était aussi professeur avec Jean-Pierre Vernant à l'université de São Paulo[3] en 1971. Sa conception de la philosophie fait de lui non un philosophe mais un historien de la philosophie. Dans Une histoire de la raison, il reconnaît le rôle qu'a eu la philosophie dans la constitution de la rationalité occidentale moderne. Son Platon est une protreptique à la pensée du célèbre philosophe grec.

Il a également été maître de conférences à l’École polytechnique où il a assuré un séminaire de philosophie[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Périclès et son siècle, 1960 ; rééd. Complexes, 1982
  • La naissance de l'histoire : la formation de la pensée historienne en Grèce, Minuit, 1961 ; rééd. UGE 10/18, 1974 (traduit en italien et en espagnol)
  • Logos et praxis : recherches sur la signification théorique du marxisme, Paris, SEDES, 1962 ; 2e éd. 1972
  • Platon, Paris, éditions Gallimard, coll. « Folio », (réimpr. 1990), 254 p. (ISBN 2-07-032506-7)
  • Hegel, Le Seuil, — (traduit en italien, espagnol, portugais et arabe)
  • La philosophie des professeurs, Grasset, 1970 ; rééd. 10/18, 1972
  • Histoire de la philosophie. Idées. Doctrines, ouvrage collectif en 8 vol., 1972-1973 (traduit en allemand, japonais, portugais, italien et espagnol) ; rééd. partielle sous le titre La philosophie, Verviers, Marabout, 1979, 4 vol.
- Prix Bordin de l’Académie française en 1974

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. Christophe Hounau, « Video : Où sont passés les personnages célèbres anciens élèves du Lycée Faidherbe ?  », sur Lycée Faidherbe de Lille (consulté le )
  3. Official Webpage of the Faculty of Philosophy (University of São Paulo) (pt)
  4. « François Châtelet philosophe populaire », sur LeMonde.fr, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]