François Burgat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burgat.
François Burgat le 20 mai 2007.

François Burgat, né 1948, est un politologue, directeur de recherche à l'Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) à Aix-en-Provence. Il consacre l’essentiel de ses travaux à l’étude des dynamiques politiques et des courants islamistes dans le monde arabe.

Parcours[modifier | modifier le code]

Enseignant et conférencier au Forum économique mondial, au Parlement européen, à l'OTAN et dans de très nombreuses universités étrangères, il a résidé plus de vingt-trois ans au Maghreb, au Proche-Orient et dans la Péninsule arabique.

Après avoir enseigné le droit à l'Université de Constantine (1973-1980), il a été chercheur à l’IREMAM et enseignant à l'IEP d'Aix-en-Provence (1983-1989) puis chercheur au CEDEJ du Caire (1989-1993), directeur du Centre français d'archéologie et de sciences sociales (Cefas) de Sanaa (1997-2003) et enfin directeur de l'Institut français du Proche-Orient (Ifpo), à Damas (2008-2012) puis Beyrouth (2012-2013). Il dirige depuis à l'IREMAM le programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World) financé pour 4 années (septembre 2013 - 2017) par une Advanced Grant du Conseil européen de la recherche. Il est aujourd’hui membre du European Council on Foreign Relations.

François Burgat explique la montée de l'islamisme radical en France par des raisons essentiellement politiques (politiques d'intégration, passé colonial de la France non assumé, politique étrangère)[1]. Pour Leyla Dakhli, il se différencie des positions (elles-mêmes aussi différentes entre elles) d'islamologues tels que Olivier Roy, Gilles Kepel, Jean-Pierre Filiu[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

« Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones », Carnets de l'Iremam, 13 mars 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://rue89.nouvelobs.com/2015/12/01/reponse-a-olivier-roy-les-non-dits-lislamisation-radicalite-262320 François Burgat, Réponse à Olivier Roy : les non-dits de « l’islamisation de la radicalité »]
  2. Leyla Dakhli, L'islamologie est un sport de combat, La Revue du Crieur, no 3, mars 2016, éd. Médiapart/La Découverte, (ISBN 978-2-70718-863-2).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]