François Burgat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burgat.
François Burgat en 2007.

François Burgat, né en 1958[1], est un politologue, directeur de recherche à l'Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) à Aix-en-Provence. Il consacre l’essentiel de ses travaux à l’étude des dynamiques politiques et des courants islamistes dans le monde arabe.

Parcours[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Enseignant et conférencier au Forum économique mondial, au Parlement européen, à l'OTAN et dans de très nombreuses universités étrangères, il a résidé plus de vingt-trois ans au Maghreb, au Proche-Orient et dans la Péninsule arabique.

Après avoir enseigné le droit à l'Université de Constantine (1973-1980), il a été chercheur à l’IREMAM et enseignant à l'IEP d'Aix-en-Provence (1983-1989) puis chercheur au CEDEJ du Caire (1989-1993), directeur du Centre français d'archéologie et de sciences sociales (Cefas) de Sanaa (1997-2003) et enfin directeur de l'Institut français du Proche-Orient (Ifpo), à Damas (2008-2012) puis Beyrouth (2012-2013). Il dirige depuis à l'IREMAM le programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World) financé pour 4 années (septembre 2013 - 2017) par une Advanced Grant du Conseil européen de la recherche. Il est aujourd’hui membre du European Council on Foreign Relations.

François Burgat explique la montée de l'islamisme radical en France par des raisons essentiellement politiques (politiques d'intégration, passé colonial de la France non assumé, politique étrangère)[2]. Pour Leyla Dakhli, il se différencie des positions (elles-mêmes aussi différentes entre elles) d'islamologues tels que Olivier Roy, Gilles Kepel, Jean-Pierre Filiu[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Article[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité du catalogue général de la BnF.
  2. François Burgat, Réponse à Olivier Roy : les non-dits de « l’islamisation de la radicalité », sur rue89.nouvelobs.com, 1er décembre 2015
  3. Leyla Dakhli, L'islamologie est un sport de combat, La Revue du Crieur, no 3, mars 2016, éd. Médiapart/La Découverte, (ISBN 978-2-70718-863-2).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]