François Bokona Wipa Bondjali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François Bokona Wiipa Bondjali
Illustration.
François Bokona lors de la défense de sa thèse en 2018.
Fonctions
Juge à la Cour constitutionnelle
En fonction depuis le
(2 mois et 25 jours)
Prédécesseur Eugène Banyaku Luape Epotu[1]
Président de la Commission Politique, Administrative et Juridique de l’Assemblée nationale

(6 ans)
Prédécesseur Faustin Kambala Ilunga
Député national

(11 ans)
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Inongo
Nationalité Congolaise
Parti politique PPRD (jusqu'au 21 mai 2018)
Diplômé de Université de Kinshasa
Profession Juge
Religion Catholique
Résidence Kinshasa

François Bokona Wipa Bondjali

François Bokona Wiipa Bondjali, né le à Inongo, est un juriste et homme politique du Congo Kinshasa. Il a été nommé depuis le 14 mai 2018 comme juge à la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo par l'Ordonnance présidentielle n° 18/038 du 14 mai 2018 portant nomination des membres de la Cour constitutionnelle[2],[3].


Biographie[modifier | modifier le code]

François Bokona Wiipa Bondjali est né le 28 novembre 1966 à Inongo, chef-lieu de la province de Maï-Ndombe en République démocratique du Congo.

Il est juriste, docteur en droit de l'université de Kinshasa depuis le 28 avril 2018[4]. Il obtient son doctorat avec la mention la plus Grande Distinction, à l'issue de la soutenance d'une thèse intitulée : Pour un nouveau paradigme de gouvernance des eaux du Bassin du Congo. Contribution à la réflexion sur la requalification de l’hydro-solidarité et ses implications en droit international[4],[5],[6].

A la suite de la défense de sa thèse, Bokona a reçu le titre de docteur en droit de l'université de Kinshasa[4].

De 1987 à 1995, il est étudiant au département de droit international public et relations internationales à la faculté de droit de l'université de Kinshasa. Ensuite il est assistant, puis chef de travaux à la même faculté.

De 1979 à 1985, il étudie au petit séminaire de Bokoro (Institut Maï-Ndombe) où il finit ses études secondaires en latin.

Cursus au Barreau[modifier | modifier le code]

Du 27 mars 1996 au 21 mai 2018, il est avocat au Barreau de Kinshasa/Gombe[7].

En 1998, il est lauréat à la session de formation des avocats stagiaires, promotion « Bâtonnier Pascal Ndudi-Ndudi », ce qui lui vaut de représenter les barreaux de la République Démocratique du Congo au cycle de formation internationale des barreaux membres de la C.I.B., Ecole de Formation du Barreau de Paris (EFB/Paris) et de suivre un stage à la délégation des barreaux de France auprès des institutions européennes à Bruxelles en 1998.

Cursus académique[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2018, il est candidat professeur associé au département de droit international public et relations internationales à la faculté de droit de l'université de Kinshasa.

De 1996 à 2006, il est assistant, puis chef de travaux (2006 - 2018) dans ce même département.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est juge à la Cour constitutionnelle, désigné par la composante parlement[8],[9],[10].

En 2006, il est élu député national à la circonscription électorale d’Inongo dans le Mai-Ndombe, puis réélu aux élections législatives du 28 novembre 2011.

En 2012, il est élu président de la Commission politique, administrative et juridique de l’Assemblée nationale.

De 1999 à 2000, il est conseiller juridique à la présidence de la République.

De 2001 à 2002, il est conseiller juridique du ministre des Droits humains.

Depuis 2014, il est le chef de la délégation de l’Assemblée nationale et co-représentant du parlement de la République démocratique du Congo aux 130e, 131e, 133e, 135e, 137e, 138e Assemblées de l’Union interparlementaire (UIP)/Genève.

François Bokona a participé à plusieurs conférences, symposiums nationaux et internationaux sur la paix, la justice, la démocratie, les droits de l'homme, l’environnement, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mediacongo.net/article-actualite-38256.html
  2. « Joseph Kabila nomme à la Cour constitutionnelle, à la BCC et dans la (...) - Forum des AS », sur www.forumdesas.org (consulté le 16 mai 2018)
  3. « Cour Constitutionnelle, Banque Centrale & Diplomatie. RDC : Toute la série de nouvelles Ordonnances présidentielles ! | Journal la Prospérité », sur laprosperiteonline.net (consulté le 16 mai 2018)
  4. a, b et c « Soutenance publique d'une thèse en doctorat », sur www.unikin.ac.cd (consulté le 14 avril 2018)
  5. « François Bokona proclamé docteur en Droit - Africa News RDC », Africa News RDC,‎ (lire en ligne)
  6. « RDC: François Bokona proclamé docteur en droit à l'Unikin — Actualite.CD », Actualite.CD,‎ (lire en ligne)
  7. « Avocats Inscrits - Barreau de Kinshasa/Gombe », sur barreaudelagombe.cd (consulté le 14 mai 2018)
  8. « RDC : le député François Bokona désigné membre de la Cour constitutionnelle par le Congrès », Radio Okapi,‎ (lire en ligne)
  9. « RDC : Le député PPRD François Bokona désigné juge à la Cour constitutionnelle », Actualite.CD,‎ (lire en ligne)
  10. « François Bokona quitte l’Assemblée nationale pour la cour constitutionnelle - Forum des AS », sur www.forumdesas.org (consulté le 14 mai 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Thèses et mémoires[modifier | modifier le code]

  • François Bokona, Le cadre normatif de la protection des eaux douces en République démocratique du Congo à l’aune du droit international (Mémoire de DES, Département de Droit international public et Relations internationales, Faculté de droit), Kinshasa, Université de Kinshasa, , p. 214.
  • François Bokona, Pour un nouveau paradigme de gouvernance des eaux du Bassin du Congo : contribution à la réflexion sur la requalification de l’hydro-solidarité et ses implications en droit international (Thèse de doctorat en droit, Département de Droit international public et Relations internationales, Faculté de droit), Kinshasa, Université de Kinshasa, , p. 484.

Articles de revue[modifier | modifier le code]

  • François Bokona, « La Mission des Nations unies au Congo, MONUC : Fondement et régime en droit international », (publication cataloguée à la Librairie du Royal Museum for central Africa, Terrurem - Belguim),‎
  • François Bokona, « Le recours à la Commission mixte comme mécanisme de coordination des organismes de (sous) bassin dans le Bassin du Congo », Revue de Droit Africain, Belgique,‎ , p. 265-310 (ISSN 1372-6439)
  • François Bokona, « Monuc : Eclipse de l’action coercitive par le maintien de la paix », Université de Kinshasa, Faculté des sciences sociales, politiques et administratives,‎ 2004.
  • François Bokona, « Pouvoirs et contrôle dans les organismes de sous-bassins du Bassin du Congo : réflexions sur quelques limites juridiques », Revue de droit africain,‎ , p. 163-199 (ISSN 1372-6439)
  • François Bokona, « Protection juridique des eaux des cours d’eau en République démocratique du Congo », Université de Kinshasa, Mouvements et enjeux sociaux, Revue de la chaire de Dynamique sociale, Faculté des sciences sociales, politiques et administratives,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]