François Bertrand (sergent)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Bertrand
Image dans Infobox.
Le sergent François Bertrand, vue d'artiste publiée dans l'hebdomadaire Détective, no 410, 3 septembre 1936.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
Le HavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Le Vampire du MontparnasseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Le Vampire, gravure extraite des Mémoires de M. Claude.

François Bertrand (né le à Voisey en Haute-Marne et mort le au Havre[1]), surnommé le Sergent nécrophile ou le Vampire du Montparnasse, est un sergent de l'armée française, connu pour avoir exhumé et mutilé des cadavres, essentiellement de femmes, dans plusieurs cimetières français, en particulier dans le cimetière du Montparnasse à Paris, avant de pratiquer sur eux des actes de nécrophilie et de nécrosadisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre l'été 1848 et mars 1849, une série de cadavres sont retrouvés exhumés et mutilés dans des cimetières parisiens. Celui que la presse appelle « le Vampire du Montparnasse » échappe toujours à la surveillance des fossoyeurs et des gardiens. De sorte que les autorités prennent la décision d’installer une machine infernale près du mur d’enceinte du cimetière du Montparnasse, là où des traces de boue indiquent son passage. Un fil métallique discret doit déclencher, s’il est heurté, un tir de mitraille, ce qui se produit dans la nuit du 15 au 16 mars 1849. Grièvement blessé, le sergent Bertrand est soigné au Val-de-Grâce où il est d'abord sauvé, puis confié au médecin militaire le Dr Charles Marchal de Calvi (1815-1873), qui recueille ses confidences et lui demande de les rédiger [2].

François Bertrand avoue que dès l'adolescence, il a la pulsion de tuer des femmes et de se masturber sur leurs cadavres [3]. Il comparaît devant la cour martiale, où le Dr Marchal de Calvi plaide son irresponsabilité en raison d'une monomanie destructive, compliquée de monomanie érotique. Le conseil de guerre ne suit pas sa conclusion, déclare le sergent responsable et le condamne à un an de prison, pour « violation de sépulture » au titre de l'article 360 du Code pénal[4]. L’écrivain Michel Dansel, qui a repris l’intégralité du parcours du sergent Bertrand dans son livre : Le Sergent Bertrand : portrait d’un nécrophile heureux, a retrouvé sa trace après que le nécrophile eut purgé sa peine : Bertrand est intégré dans le deuxième bataillon d’infanterie légère d’Afrique, chargé de construire des routes en Algérie, puis rentre dans la vie civile. En 1856, il se marie au Havre et effectue de nombreux petits métiers : commis, facteur, gardien de phare. Michel Dansel lui attribue deux violations de sépultures, qui se sont produites dans la région du Havre en 1864 et en 1867.

Répercussions de son cas sur les concepts psychiatriques de déviations et de perversions sexuelles[modifier | modifier le code]

L’étrangeté du cas du sergent Bertrand, et surtout le fait que le conseil de guerre qui a jugé ce soldat n’ait pas suivi le Dr Marchal de Calvi dans son argumentation en faveur d'une pathologie caractérisée par une « monomanie destructive » compliquée de « monomanie érotique », a provoqué l’indignation unanime des médecins aliénistes de l’époque. Certains ont exprimé leur point de vue par des articles savants parus dans des revues médicales : Henri de Castelnau, Alexandre Brierre de Boismont, Claude-François Michéa, Félix Jacquot, Ludger Lunier. Brierre de Boismont, et Michéa ont, à cette occasion, situé la nécrophilie parmi d’autres « déviations maladives de l’appétit vénérien » et Michéa s’est employé à les classer. L’article du Dr Michéa[5], longtemps considéré par les historiens des idées et des mœurs comme la première étude médicale de l’homosexualité[6] (dénommée philopédie par Michéa dans son article), constitue en vérité le premier plaidoyer scientifique pour l’innéité de cette disposition, basée sur les observations anatomiques de la bisexualité originelle des embryons de mammifères[7]. Il est prouvé que Michéa était lui-même pédéraste [au sens de ce mot au XIXe siècle] : l’inscription de son nom dans les registres de pédérastes de la Préfecture de Police repose sur des faits avérés[8]. Les mérites du Dr Claude-François Michéa[9] (1815-1882), membre fondateur de la Société médico-psychologique et aliéniste éminent, ont du reste été occultés par une condamnation pénale pour une affaire de mœurs à Dijon.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Guy de Maupassant mentionne le sergent Bertrand dans sa nouvelle La Chevelure, qui traite un sujet s'apparentant à la nécrophilie, et dans La Tombe, une des nouvelles du recueil intitulé Misti.

L'histoire du sergent Bertrand a donné lieu à un roman écrit en 1933 par l'Américain Guy Endore (en) : Le Loup-garou de Paris. Charles Fort évoque son cas dans son livre Talents insolites (en) (Wild Talents) et François Bertrand est le personnage principal du roman de Guy de Wargny La Bête noire (1965).

En 1965, lors de la XIe exposition internationale du surréalisme intitulée L'Écart absolu, à la galerie de la revue L'Œil à Paris, l'artiste plasticien surréaliste Jean Benoît lui rend hommage en apparaissant dans un costume de nécrophile, dont le poète Radovan Ivsic réalisa des photographies[10].

Le groupe allemand Sopor Aeternus & The Ensemble of Shadows a écrit une chanson sur François Bertrand, intitulée Dark Delight sur l'album Es reiten die Toten so schnell (en).

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. les fac-similés de ses actes de naissance et de décès : Bulletin mensuel Quintes-feuilles de mai 2014, p. 7. http://www.quintes-feuilles.com/Bulletins/Mai%202014.pdf
  2. Le vampire de Montparnasse : l’affaire qui a terrorisé Paris pendant le XIXème siècle Le Bonbon, 12 février 2021
  3. La fesse cachée du cul : François Bertrand, le nécrophile Libération, 2 août 2016
  4. Agnès Giard, « Les 400 culs : La nécrophilie n’est pas condamnée par la loi française », (consulté le )
  5. Michéa 1849, p. 338-339.
  6. Manfred Herzer – Zum Ursprung des Angeborenseins. Capri, Zeitschrift für schwule Geschichte. 1987. 1. 20-24.
  7. Jean-Claude Féray – Les grands procès qui ont marqué l’histoire de l’homosexualité au XIXe siècle. III – L’affaire du sergent Bertrand. Bulletin mensuel Quintes-feuilles. Mai 2014. 2-7.http://www.quintes-feuilles.com/Bulletins/Mai%202014.pdf
  8. [Collectif] - Le Registre infamant. Quintes-feuilles. 2012, pp. 348-349.
  9. Jean-Claude Féray, L’impossible conciliation ou la vie héroïque du Dr Claude-François Michéa., Paris, Quintes-feuilles, , 283 p. (ISBN 978-2-9551399-0-5)
  10. Catalogue de vente, Ader.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :