François Bellot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellot.
François Bellot
Fonctions
Ministre fédéral de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la SNCB
En fonction depuis le
(1 an, 7 mois et 7 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Charles Michel
Gouvernement Michel
Prédécesseur Jacqueline Galant
Bourgmestre de Rochefort
En fonction depuis le
Prédécesseur Freddy Paquet
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Jemelle (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Mouvement réformateur (MR)
Résidence Rochefort
Membre du gouvernement fédéral belge

François J.Gh.[réf. nécessaire] Bellot, né le à Jemelle est un homme politique belge wallon, membre du MR. Il est ministre fédéral de la Mobilité et des Transports, au sein du gouvernement Michel, depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

François Bellot est le fils de Joseph Bellot, négociant en produits agricoles installé à Jemelle, et de Germaine Ridelle, qui était à la tête de l'entreprise familiale avec son mari. La famille Bellot est installée dans la région depuis au moins 1612 selon les registres officiels. François avait une sœur aînée (1949) décédée en 2012. Il est papa de trois enfants, tout trois ingénieurs, et grand-père de deux petits-enfants.

De la 6e à la rhétorique, il effectue sa scolarité à l'Institut Jean XXIII à Rochefort en complétant sa formation en mathématique en vue de se préparer à l'examen d'entrée aux études d’ingénieur civil sans faire d'année préparatoire en mathématique. Inscrit à l'université de Liège, François Bellot est diplômé ingénieur civil en 1977. Tout en travaillant, il décroche le diplôme d'ingénieur en gestion des entreprises de l'Université catholique de Louvain, et ensuite de licencié en sciences politiques (UCL). Après son admission à l’École nationale d’administration de Paris en 1986, il est diplômé de l'ENA en 1988[1]. Pendant sa formation à l'ENA, il effectue un stage à la direction d'études, de programmation et de déploiement du TGV à la SNCF ainsi qu'à la préfecture de la Somme à Amiens. Sa promotion (Michel de Montaigne) comprenait 70 Français et 34 étrangers de 23 nationalités différentes.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après son service militaire au sein du bureau d'études pour l'installation de la base militaire de Marche-en-Famenne, il débute sa carrière au sein de la SA SOCOL active dans le secteur de la construction d'ouvrages importants tant immobiliers que de génie civil (ponts, ports, écluses, bâtiments industriels). Ensuite, il intègre une entreprise spécialisée dans la conception et la réalisation de structures en bois lamellé-collé. Lauréat de concours à la SNCB et au Ministère des Travaux Publics, il est admis en octobre 1981 au sein de ce dernier ministère en qualité d'Ingénieur des Ponts et chaussées. Il dirigera plusieurs grands chantiers et se spécialisera dans la surveillance et l'entretien d'ouvrages d'art. Il est désigné Ingénieur principal des ponts et chaussées en 1984. De septembre 1986 à octobre 1988, il suspendra sa carrière pour sa formation à l'ENA. Il réintègre sa fonction dès son retour et est promu successivement chef de service puis est Ingénieur en Chef-Directeur des ponts et chaussées, à l'Administration des transports du SPW[2] en charge notamment de l'instruction des dossiers européens et de la représentation de la RW au sein du Comité des Infrastructures mis en place par la Commission européenne.

Elu Bourgmestre en octobre 1994, il poursuivra sa carrière technique jusqu'à sa mise en disponibilité pour occuper la fonction de secrétaire politique à la tête du groupe des collaborateurs du PRL au sein du Parlement wallon.

Cette mission pris fin lors de sa désignation comme Député Permanent en charge des finances et du patrimoine au sein de la Province de Namur.

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

  • Ville de Rochefort
    • Conseiller de CPAS (1982-1988)
    • Conseiller communal 1989-1994.
    • Bourgmestre de Rochefort de 1995 à 1998 et à partir de 2001[3].
  • Province de Namur
    • Conseiller provincial 1995-1997.
    • Député permanent (Finances) (1998 à 2000).
  • Député fédéral (19 décembre 2000 - juin 2010)
    • Membre de la Commission des infrastructures et des entreprises publiques 2000 à 2010
    • Président de la Commission des infrastructures et des entreprises publiques (2007 à 2010)
    • Président de la Commission spéciale Sécurité du rail, après l'accident de Buizingen (2009)
    • Rapporteur de la Commission spéciale Crise financière mise en place après la crise de 2008
    • Membre de la Commission de suivi des opérations militaires à l'étranger
    • Commissaire et rapporteur de la Commission d'enquête sur la faillite de la Sabena
  • Sénateur depuis le 13 juin 2010 jusqu'en 2014
    • Président du Groupe MR du Sénat 2010-2012
  • Député wallon depuis 2014
    • Président de la Commission de l'agriculture, du tourisme et des infrastructures sportives
  • Député du parlement de la Communauté française de Belgique
    • Membre de la Commission de l'enseignement supérieur et des médias
  • Président de la Commission "Ruralité" de l'Union des villes et communes
  • , il est nommé ministre fédéral de la Mobilité et des Transports à la suite de la démission de Jacqueline Galant, au sein du Gouvernement Michel[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est Commandeur de l’Ordre de Léopold depuis le 6 juin 2010, Commandeur de l'Ordre de Léopold II depuis 29 avril 2004, et reçoit la Médaille civique de 1re classe le 10 février 2008[5]

Références[modifier | modifier le code]