François Bazin (sculpteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazin.
François-Victor Bazin
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

François Victor José Johannès Bazin, dit François Bazin, est un sculpteur et médailleur français né à Paris le , et mort en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Bazin est né à Paris en 1897 de parents graveurs sur cuivre et médaillers. Il passe son enfance au Chili où son père enseigne aux Beaux-Arts de Santiago. De retour à Paris en 1913, il étudie à l'École des arts décoratifs et à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il est contemporain et camarade de Paul Belmondo, Pierre-Marie Poisson et Charles Despiau.

Mobilisé en janvier 1916 lors de la Première Guerre mondiale, il intègre l'escadrille de chasse Spa 164 CF[1],[2], commandée par le capitaine Henry de Nompère de Champagny (1890-1944). Il passe son brevet de pilote en juillet 1918 mais semble avoir remplit cette fonction dès le 31 décembre 1917 à la Division 21 ou 22[3].

François Bazin est contacté après la guerre par cette la Société Hispano Suiza pour créer le bouchon de radiateur de leurs futures automobiles reprenant l’oiseau ornant les carlingues de l’escadrille victorieuse de Guynemer.

Entre 1920 et 1935 François Bazin crée un grand nombre de bouchons de radiateur d'automobiles : Cigogne (1920, Hispano Suiza), tête de Femme Mangbetu (Croisière Noire de Citroën), Triomphe (Isotta Fraschini), tête d'éléphant (Latil), Centaure (Unic), Licorne (la Licorne).

Lauréat de nombreux prix (beaux-arts, prix national), François Bazin séjourne en Italie à la villa Médicis, en Grèce, en Égypte (1929) et à Madagascar (1956), où il réalise des statues et des portraits au fusain.

Il présente trois bas-reliefs décoratifs pour le palais du thermalisme à l'Exposition Arts et Techniques de 1937 à Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En Égypte
  • Assouan : Dans la Vallée du Nil, bronze ;
En France
  • Cachan : Monument aux FFI de Cachan, 1945, granit ;
  • Camaret, La Croix de Pen-Hir : Monument aux Bretons de la France libre, 1952, granit, en collaboration avec l’architecte Jean-Baptiste Mathon (inscription au titre des monuments historiques en 1996) ;
  • Bannalec : Monument à Jean Bourhis, 1932, buste en bronze sur stèle en granit ;
  • Buc, aérodrome : Monument à l'aviateur Jean Casale, granit ;
  • Paris : Arts-Sciences-lettres-Sports, 1936, bas-relief en granit ;
  • Pont-l'Abbé, Monument aux Bigoudens, 1931, granit ;
  • Quimper, cathédrale Saint-Corentin : Tombeau d'Adolphe Duparc, évêque de Quimper, 1948 ;
  • Quimper : Monument des Filles de la mer, 1935, granit.
  • Quimper, musée départemental breton :
    • Ouessantine, buste en plâtre, étude pour le Monument des Filles de la mer ;
    • Maquette du Monument des Filles de la mer, 1935, terre cuite ;
    • Buste du cinquième âge de la vie, ou Vieille Bretonne[4] ;
  • Quimper, préfecture : Cheval breton, 1939, bronze ;
  • Quimperlé : Monument à J. Le Louedec, sénateur-maire de Quimperlé, granit ;
  • Rennes, Institut géologique : Les quatre Éléments, 1942, pierre ;
  • Salins-les-Bains, musée Max Claudet  : Buste de Charles David, après 1933, bronze[5].

Médaille[modifier | modifier le code]

  • Chambre de Commerce de Quimper et de Brest ;
  • Caisse d'épargne de Quimper, Brest, Rennes, Quimperlé ;
  • Paquebot Pasteur ;
  • Ville de Tananarive, 1956 ;
  • La Cigogne d’Hispano Suiza (emblème de Guynemer).

Bouchon de radiateur[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix de la ville de Paris en 1913 ;
  • Lauréat du prix Roux de l’Institut de France et lauréat du prix Chenavard de l’École nationale supérieure des beaux-arts ;
  • Premier second grand prix de Rome en 1925 ;
  • Prix national des beaux-arts (Italie, Grèce, Égypte) en 1929 ;
  • Premier et troisième prix au Salon de 1929 à Paris pour ses statues égyptiennes ;
  • Prix national en 1955. Il séjourne à Madagascar.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Escadrille dont les avions ont des moteurs Hispano Suiza.
  2. Matricule 2934 au 2ième groupe d'aviation.
  3. Archives des personnels de l'aéronautique militaire au ministère de la Défense[réf. insuffisante].
  4. Numéro d'inventaire : 988-Io-5.
  5. « Buste de Charles David », base Joconde, ministère français de la Culture
  6. Journal officiel du 9 août 1938, p. 9414 et 9415 au titre du ministère de l'Éducation nationale.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Coativy, « François Bazin, médailleur », in Bulletin de la Société française de numismatique, octobre 2009, p. 207-211.

Liens externes[modifier | modifier le code]