François Barrême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrême (homonymie).

François ou François-Bertrand Barrême, né à Tarascon le [Note 1] et mort à Paris en 1703, est un mathématicien français, considéré comme l'un des fondateurs de la comptabilité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un juge de Tarascon, après s’être livré au négoce en Italie, Barrême s’était installé à Paris, où il avait ouvert, au coin de la rue Quincampoix une sorte d’académie du commerce où il donnait toutes sortes de consultations et des leçons de tenue de comptes[1]. Remarqué pour ses aptitudes de comptable, il fut présenté à Savary et à Colbert, dont il devint le protégé[2]. Il devint seul expert pour tous les comptes et calculs de la Chambre des comptes de Paris et arithméticien ordinaire du Roi[2].

Il est l’auteur d’ouvrages de tables mathématiques pratiques, destinées à éviter des calculs fastidieux dans le domaine de l’argent. Son petit-fils Jean-Nicolas, qui fut premier commis de Law, perfectionna le système de comptabilité mis au point par son grand-père[3].

Son Livre nécessaire, très souvent réédité et connu plus tard sous le nom de Barême universel[4], qui constitue l’un des ouvrages fondateurs de la comptabilité, a donné le mot français « barème ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Date donnée par la Bibliothèque nationale de France. On a longtemps cru qu'il était né en 1640 à Lyon, mais son rattachement à la famille Barrême, de Tarascon, ne faisant aucun doute, il est beaucoup plus vraisemblable qu'il s'agisse du François Barrême baptisé à Tarascon en . Voir : Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 2, p. 377 ; Dictionnaire de biographie française, t. 5, p. 581 ; L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, vol. 46, 1902, année 38, 2e semestre), p. 750-751 ; Biographie tarasconnaise ; Généalogie de la Maison de Barrême, seigneurs de Montravail, Châteaufort, Manville et Crémille, par le Baron du Roure, 1906 ; Bulletin de la société d'émulation du Bourbonnais, 1925, t. 28, p. 160.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri-Jean Martin (préf. Roger Chartier), Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), t. 2, Genève, Droz, , 544 p. (lire en ligne), p. 870
  2. a et b Georges Reymondin, Bibliographie méthodique des ouvrages en langue française parus de 1543 à 1908 sur la science des comptes : volumes, brochures, articles, manuscrits, suivie de la liste des ouvrages juridiques dans lesquels sont traitées des questions de comptabilité, Paris, Société académique de comptabilité, , 330 p. (lire en ligne), p. 30.
  3. Henry Émile Vivarez, « Les Étapes du progrès : Barrême, arithméticien et poète », Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique Le Vieux papier, Lille, Lefebvre-Ducrocq,‎ , p. 16.
  4. Nouveau Barême universel : Manuel complet de tous les comptes faits, Paris, C. Lavocat, (lire en ligne)

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Les Comptes faits : ou Le Tarif général de toutes les monnoyes, Paris, Nyon, , 480 p., 18 cm (lire en ligne).
  • Le Livre nécessaire pour les comptables, avocats, notaires, procureurs, négociants, et généralement à toute sorte de conditions, Paris, Didot, , xii-529 p., in-12 (lire en ligne).
  • La géométrie servant au mesurage et à l'arpentage : ,ouvrage si facile & si commode, que par la seule addition on peut mesurer toutes sortes de terres, bois & bâtimens, et généralement toutes figures & superficies pour irregulieres qu'elles puissent estre, Paris, Denys Thierry, , in-12 (lire en ligne).
  • Le Grand Banquier : ou le Livre des monnoyes étrangères réduites en monnoyes de France, Paris, Denis Thierry, , xxiv-216 p., in-8° (lire en ligne).
  • Le Livre facile pour apprendre l’arithmétique de soy-même & sans maître, Paris, Nyon, David & Didot, , 491 p., in-12 (lire en ligne).
  • Traité des parties doubles : ou méthode aisée pour apprendre à tenir en parties doubles les livres du commerce et des finances ; avec un traité de finance, Paris, Jean-Geofroy Nyon, , 300 p., in-12 (lire en ligne).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henri-Jean Martin (préf. Roger Chartier), Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), t. 2, Paris, C. Lavocat, , 544 p. (lire en ligne), p. 870.
  • Henry Émile Vivarez, « Les Étapes du progrès : Barrême, arithméticien et poète », Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique Le Vieux papier, Lille, Lefebvre-Ducrocq,‎ , p. 16.

Liens externes[modifier | modifier le code]