François-Marie de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec François-Louis de Lorraine.
François Marie de Lorraine
Titres de noblesse
Prince de Lillebonne (d)
-
Duc de Joyeuse
-
Prédécesseur
Jean François de Paule de Lorraine (d)
Successeur
Anne de Lorraine (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnu ou ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Christine d'Estrées (d)
Anne de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Chateauneuf-Randon de Joyeuse.svg
blason

François-Marie de Lorraine ( - ), prince de Lillebonne, duc de Joyeuse, est un noble français membre de la Maison de Lorraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quatrième et plus jeune fils de Charles de Lorraine, duc d'Elbeuf, et Catherine-Henriette de Bourbon, fille légitimée d'Henri IV de France et de Gabrielle d'Estrées, il reçoit le titre de comte puis de prince de Lillebonne.

Membre de la Maison de Guise fondé par Claude de Lorraine, duc de Guise, il est prince de Lorraine en tant que descendant mâle de René II, duc de Lorraine[1]. À la cour de France, comme les membres de sa famille Lorraine, il a le statut de Prince étranger, rang qui était inférieur à celui de la famille royale immédiate et princes du sang mais qui lui conférait le titre d'Altesse.

Ses cousins paternels comprennent le chevalier de Lorraine (amant de Philippe d'Orléans) et le comte d'Armagnac tandis que ses cousins maternels incluent Louis XIV et le duc d'Orléans.

Il est capitaine de cavalerie dans un régiment du cardinal Mazarin. Il sert dans la guerre de Trente Ans en prenant part au siège de Lérida en 1644 et l'année suivante, lors de la bataille de Nördlingen dans laquelle il est blessé (son frère Charles III, duc d'Elbeuf a également servi dans cette bataille). Bon militaire, il combat ensuite contre l'Espagne avant le mariage entre Louis XIV et Marie-Thérèse d'Autriche, mariage qui cimente la paix entre les deux nations.

Il se marie deux fois, d'abord le 3 septembre 1658 avec Christine d'Estrées, fille de François-Annibal d'Estrées. Celle-ci meurt en décembre 1658, ne laissant aucun descendant à son mari. Il se remarie le 7 octobre 1660 à l'abbaye Saint-Pierre de Montmartre avec sa cousine Anne de Lorraine, fille de Charles IV, duc de Lorraine. Comme cadeau de mariage, le duc de Lorraine donne à sa fille l'Hôtel de Beauvau rebaptisé plus tard l'Hôtel de Lillebonne, à Nancy.

Son beau-frère est Charles-Henri de Lorraine, prince de Vaudémont, fils de Charles IV, duc de Lorraine, et de son épouse secrète, Béatrix de Cusance.

Son fils aîné, le prince de Commercy, meurt au combat en 1702 ; sa fille aînée, Béatrice-Hiéronyme, est abbesse de la prestigieuse abbaye de Remiremont. Son autre fille survivante, Élisabeth-Thérèse, épouse Louis Ier de Melun, prince d'Épinoy[2].

Il meurt à Paris à l'âge de soixante-neuf ans. Sa femme lui survit pendant vingt-six ans.

Descendance[modifier | modifier le code]

  • Charles-François (11 juillet 1661 - 15 août 1702), prince de Commercy, mort à la bataille de Luzzara à Crémone, sans descendance ;
  • Béatrice-Hiéronyme, mademoiselle de Lillebonne, abbesse de Remiremont (1er juillet 1662 au 9 février 1738), sans descendance ;
  • Thérèse (12 mai 1663 - 17 sept. 1671) ;
  • Marie-Françoise de Lorraine (28 mai 1666 - 10 mai 1669) ;
  • Élisabeth-Thérèse, mademoiselle de Commercy (5 avril 1664 - 7 mars 1748), qui épouse Louis Ier de Melun ;
  • Sébastienne (19 avril 1667 - 15 août 1669) ;
  • Jeanne-Françoise (6 septembre 1668 - 1680) ;
  • Henri-Louis (26 octobre 1669 - 17 mars 1670) ;
  • Jean-Paul (10 juin 1672 - 29 juillet 1693), mort à la bataille de Landen.

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme fils de René II, duc de Lorraine, Claude a reçu le duché de Guise comme un apanage, qui fut élevé au rang de pairie par François Ier de France en 1528.
  2. Elle transmet son titre de duchesse de Luxembourg-Saint-Pol à son fils Louis de Melun qui disparaîtra dans des circonstances mystérieuses en 1724.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, 1991