François-Marie Raoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François-Marie Raoult. Détail d'un portrait paru dans le Zeitschrift für Physikalische Chemie, vol. no 27 (1898).

François-Marie Raoult ( à Fournes-en-Weppes - à Grenoble) est un chimiste et physicien français. Il est à l'origine des lois de Raoult en thermodynamique :

Lorsque l'on parle des lois de Raoult (au pluriel), on fait généralement allusion aux trois lois évoquées ci-dessus, à ne pas confondre avec la loi de Raoult (au singulier) sur les solutions idéales.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord aspirant-répétiteur au Lycée de Reims (1853), Raoult gravit un à un les échelons académiques avant d'être nommé en 1862 professeur titulaire de chimie au lycée de Sens (Yonne). C'est là qu'il prépara sa thèse de doctorat sur la force électromotrice, thèse soutenue à la Sorbonne l'année suivante [1].

En 1867 on lui confia les cours de chimie du lycée de Grenoble, et trois ans plus tard il devenait professeur titulaire de la chaire de chimie de l’université, poste qu’il conserva jusqu’à sa mort en 1901. Les premiers travaux de recherche de Raoult portaient sur des questions de physique connexes au phénomène des courants voltaïques, mais par la suite il étendit ses travaux à des questions de chimie, repris par son fils Romain Raoult, associé à William Hyde Wollaston, qui développa la pile Wollaston.

Illustration de la loi de la cryométrie : abaissement de la température de congélation d'une saumure de chlorure de sodium, en fonction du pourcentage massique de sel dissous.

Le nom de Raoult reste attaché à ses recherches sur les solutions, auxquelles il consacra les deux dernières décennies de sa vie. Son premier article sur le rôle des solutés dans l’abaissement du point de congélation des solutions (loi de la cryométrie) fut publié en 1878. De nouvelles expériences menées avec différents solvants comme le benzène et l’acide acétique en solution aqueuse lui suggérèrent l’existence d’une relation entre le poids moléculaire d'un soluté et la température de congélation d’une solution. Il formula ainsi la loi générale de la congélation, selon laquelle si l’on dissout une molécule d’une substance dans 100 molécules de n’importe quel solvant donné, la température de solidification de ce dernier sera abaissée de 0,63 °C. Raoult établit également le rôle des solvants dans l'abaissement de la pression de vapeur saturante d'une solution, en montrant que l'abaissement est proportionnel au poids moléculaire du soluté. Ces deux relations sont d'autant plus précises que la dilution demeure forte. Elles fournirent à l'époque une nouvelle façon de déterminer les poids moléculaires des substances dissoutes : cette technique fut particulièrement mise à profit par Jacobus van 't Hoff et Wilhelm Ostwald, qui s'en servirent pour mettre en évidence la dissociation des molécules par électrolyse dans les solutions. La cryométrie bénéficia par la suite de nouvelles améliorations grâce aux travaux de Ernst Otto Beckmann, qui devaient en faire la technique standard de détermination des poids moléculaires des composés organiques.

Le physicien van 't Hoff prononça un hommage posthume de Raoult le 26 mars 1902 devant la London Chemical Society[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est lauréat du prix international de Chimie LaCaze (1889), puis de la Médaille Davy en 1892. Il reçoit en 1895 le prix biennal de l'Institut de France et est élevé la même année au grade d'officier de la Légion d'honneur. Il sera reçu Commandeur de la Légion d'honneur en 1900.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-Marie Raoult, Étude des forces électromotrices des éléments voltaïques. Suivi de Propositions de chimie données par la faculté, Paris, Mallet-Bachelier,‎ 1863 (lire en ligne)
  2. (en) Jacobus Henricus van 't Hoff, « Raoult Memorial Lecture », J. Chem. Soc., Trans., vol. 81,‎ 1902, p. 969–981 (DOI 10.1039/CT9028100969)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]