François-Marie Firmin-Girard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François-Marie Firmin-Girard
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Montluçon
Nom de naissance
François-Marie Firmin-Girard
Nationalité
Activité
Mouvement

François-Marie Firmin, dit Firmin-Girard, né le à Poncin (Ain) et mort le à Montluçon (Allier), est un peintre d’histoire, de sujets religieux, de scènes de genre, de portraits, de paysages, de natures mortes et de fleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

François-Marie Firmin-Girard s’établit très jeune à Paris. Il entre à l’École des Beaux-Arts en 1854, dans les ateliers de Charles Gleyre et Jean-Léon Gérôme. Il remporte le deuxième Prix de Rome en 1861 et installe son atelier boulevard de Clichy à Paris. À partir de 1859, il expose au Salon de Paris, puis au Salon des artistes français, obtenant de nombreuses médailles. Avec un style tantôt réaliste, tantôt proche de l’impressionnisme, toujours avec une belle lumière, il peint avec une égale facilité des tableaux d’histoire, des scènes de genre, des paysages et des fleurs qui le firent connaître. Parmi ses nombreuses œuvres, on cite Saint-Sébastien, Après le bal, Marchande de fleurs, Les Fiancés, La Terrasse à Onival ou Le Quai aux fleurs. Firmin-Girard fut certainement un des peintres les plus appréciés du public de son époque à Paris, mais vu comme par certain, dont notamment Émile Zola, comme un artiste des plus convenus[1].

Il fut un des premiers adeptes de la station d'Onival et y fit bâtir une villa vers 1875. C'est établi à Onival qu'il réalisa de nombreuses toiles des environs[2].

En 1878, l'écrivain et critique d'art Louis Énault compare l'artiste britannique Frederick Goodall à Firmin Girard :

« M. Goodal est le Firmin Girard de l'Angleterre. Les moindres détails prennent chez lui un caractère de force et de vérité extraordinaires »[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Charité

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr)Émile Zola - Lettres de Paris, juin 1876 - Deux Expositions d'art au mois de Mai
  2. (fr) Ault Ornival
  3. Louis Énault (1878) Les Beaux-arts à l'Exposition universelle de 1878, Paris: E. Gros, p. 33.
  4. Lien

Sur les autres projets Wikimedia :