François-Marie-Isidore Queverdo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Marie-Isidore Queverdo
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

François-Marie-Isidore Queverdo né le à Josselin et mort le à Paris est un peintre dessinateur et graveur au burin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Demeurant dans les années 1770 rue Saint-Jacques à Paris, Queverdo épouse Marie-Jeanne Breant, dont au moins trois enfants : Jeanne-Adélaïde-Agathe, née le avec pour parrain Jean Dambrun ; Étienne-Aurélie, née le avec pour parrain Joseph de Longueil ; et Louis-Marie, né le , lequel devient graveur, rue de Sèvres, et épouse Marie-Olympe Neveu le , en présence des témoins Nicolas Ponce, Yves-Marie Le Gouaz et Victor Pillement (1767-1814), graveurs[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

De nombreuses œuvres de Queverdo ont été traduites en gravure par Jean Dambrun.

Portraits[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dessins ornementaux[modifier | modifier le code]

Il a réalisé un grand nombre de dessins ornementaux dont certains ont été publiés dans le Recueil d'arabesques, contenant les loges du Vatican, gravées d'après Raphaël d'Urbin et grand nombre d'autres compositions du même genre, dans le style antique, d'après Normand, Quéverdo, Salembier, Prieur, Boucher, Dugourg, et autres numérisé par l'institut national de l'histoire de l'art[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :