François-Louis-Joseph de Bourbon Busset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François-Louis-Joseph de Bourbon Busset
Naissance
Paris
Décès (à 74 ans)
Paris
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Grade Lieutenant-général
Années de service 18021838
Distinctions Ordre de Saint-Louis
Autres fonctions Pair de France
Famille Maison de Bourbon Busset

François-Louis-Joseph de Bourbon, comte de Busset (, Paris - , Paris), est un général et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une branche non dynaste de la Maison de Bourbon, il est le fils du comte Louis-François-Joseph de Bourbon Busset (1749-1829), Lieutenant-général et cousin du roi, et d'Elisabeth Bourgeois de Boynes. Il est le petit-fils de François-Louis-Antoine de Bourbon Busset et de Pierre Étienne Bourgeois de Boynes, secrétaire d'état à la marine.

Après avoir été emprisonné à la Révolution, il fait ses études au collège militaire d'Effiat. Il sert ensuite dans les armées impériales, dans la cavalerie blanche de Saint-Domingue, et est admis, comme lieutenant, au régiment des chevau-légers belges (1806). Capitaine en 1807, il fait les campagnes d'Allemagne, de Prusse et de Pologne, passe, en 1809, à l'Armée d'Espagne, et se distingue à Talavera et à Albuera. Capturé durant cette dernière bataille, il passe un an sur les pontons espagnols. "la cavalerie légère regretta la perte de M. de Bourbon-Busset, chef d’escadron au 27e chasseurs, commandant l’arrière-garde. Cet officier, que la plus brillante valeur faisoit distinguer à la tête de toutes les attaques, fut fait prisonnier, ayant eu son cheval tué dans charge contre les Anglais qui ramenoient vigoureusement ses tirailleurs."[1] Après cela, il revint prendre part à la guerre de France et passa chef d'escadron au 2e régiment d'éclaireurs de la Garde Impériale.

À l'abdication de Napoléon, il est nommé colonel aide-major des gendarmes du roi (1814), maréchal de camp (1815), et, après avoir exercé deux fois les fonctions d'inspecteur général de la cavalerie, reçoit le commandement d'une subdivision militaire.

Le , il est nommé Pair de France héréditaire, puis en 1824 baron-pair, sur institution d'un majorat.

À la chambre des pairs,; tous ses votes furent acquis au pouvoir. Chef d'état-major général de la garde royale à l'armée d'Espagne (1823), il gagne à la suite de cette campagne le grade de lieutenant-général (1825). Peu de temps après, il commande une division au camp de Saint-Omer, puis à celui de Lunéville.

Resté fidèle à la branche aînée des Bourbons, il cesse de siéger à la chambre des Pairs après la révolution de juillet 1830, et sollicite son admission à la retraite de l'armée, définitivement réglée le .

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mariage et Descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse à Paris en 1818 Charlotte de Gontaut (Five fields, Grande-Bretagne, 9 octobre 1796 - château de Busset, 13 mars 1887), fille de Charles Michel, vicomte de Gontaut-Biron-Saint Blancard, lieutenant général des armées du Roi, commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, et de Marie Joséphine Louise de Montaut-Navailles, duchesse de Gontaut en 1826, gouvernante des enfants de France. Dont :

  • Charles Ferdinand de Bourbon, comte de Busset (1819-1897), marié en 1842 avec Eulalie de L'Espine, dont quatre filles ;
  • Gaspard-Louis-Joseph de Bourbon, comte de Châlus (1819-1871), marié en 1847 avec Céline Bravard d'Eyssat (1825-1857), puis en 1860 avec Marie Anne Yel (1832-1899). dont :
    • Robert de Bourbon, comte de Busset (1848-1918), marié avec Jeanne Louise Marie de Nédonchel (1853-1875), puis en 1882 avec Juliette d'Ursel (1853-1936). dont, entre autres :
    • Guy de Bourbon, comte de Châlus (1849-1905), marié en 1875 avec la princesse Yolande de Polignac (1855-1901) : postérité (Bourbon-Châlus)[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Naylies, Joseph de, Mémoires sur la guerre d'ESpagne, Paris, Magimel, Anselin et Pochard, (lire en ligne), p. 290
  2. « Archives Nationales: Légion d'honneur »
  3. « Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis »
  4. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon 1256-2004, tome 2, Villeneuve d'Ascq, l'auteur, , 1010 p. (ISBN 2-9501509-0-X), p. 804-828

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]