François-Dominique Mosselman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Dominique Mosselman
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Enfants

François-Dominique Mosselman, né le à Bruxelles et mort le à Paris, est un commerçant, négociant, banquier et maître de forges belge.

Origines[modifier | modifier le code]

François-Dominique Mosselman est l'un des fils de Jacques-Dominique Mosselman (1719-1781), descendant d'une riche lignée de commerçants bouchers et drapiers bruxellois, et de Barbara t'Kint (1721-1773). Il est le père d'Alfred Mosselman, l'un des mécènes les plus importants de la première moitié du XIXe siècle.

Article détaillé : Famille Mosselman.

Parcours[modifier | modifier le code]

Corneille-François Mosselman (1753-1829) et son frère François-Dominique développent l'activité familiale dans le textile et le commerce des grains, devenant bientôt fournisseurs des armées impériale puis, opportunément, françaises, au moment où la Révolution s'exporte en Flandre.

Les frères Mosselman sont proches de Jean-François Vonck, l'un des leaders de la Révolution brabançonne.

Fin 1794, François-Dominique ouvre une maison de banque à Paris qui connaît une croissance rapide : il a des capitaux, et il commence à faire de nombreuses acquisitions. En 1798, il possède un immeuble et un comptoir rue Saint-Denis ; il vit désormais entre Bruxelles et Paris.

En 1797, à Bruxelles, il épouse Marie-Louise Tacqué (1776-1828), et qui dispose d'une importante dot ; la plupart des enfants naissent dans la capitale française.

En 1805, il acquiert pour 400 000 francs les propriétés du banquier Jacques-Rose Récamier, alors ruiné, située rue du Mont-Blanc (rue de la Chaussée-d'Antin).

Entre 1813 et 1824, il se porte acquéreur de la Société des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne et en fait un pôle industriel majeur, comprenant la mine et les usines de Moresnet, les sites d'Hergenrath, de Saint-Léonard et Angleur, les mines de charbon de Foxhall et Darford en Angleterre, et les usines de Valcanville et d'Hondreville en France.

Jusqu'en 1830, date de l'indépendance de la Belgique, François-Dominique dut défendre ses titres de propriété sur la Vieille Montagne, le site étant disputé par le gouvernement prussien.

En 1832, son fils Alfred Mosselman prend la direction des affaires familiales, créant une sorte de holding appelée Mosselman frères et sœurs, dans laquelle la Banque de Belgique injectera en 1838 quelques 800 000 francs.

François-Dominique Mosselman meurt en 1840 à Paris, à son domicile, qui fut l'ancien salon de Juliette Récamier.

Descendance[modifier | modifier le code]

Onze enfants, dont :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland d'Anethan & Jonghe d'Ardoye, Les Mosselman à Bruxelles, Bruxelles, Recueil de l’Office généalogique et héraldique de Belgique XLVIII, 1998.