François-Clément Privat de Garilhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Clément Privat de Garilhe
Fonction
Membre du Conseil des Cinq-Cents
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
LargentièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

François-Clément Privat Garilhe[1], ou François-Clément Privat de Garilhe[2], né le à Payzac, mort le à Largentière, est un homme de loi et un député français.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Privat de Garilhe est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire du Vivarais[3]. Elle est issue de François-Clément Privat de Garilhe (né vers 1520), bourgeois de Gravières, (Ardèche). *Jacques Privat de Garilhe (1630-1702) était lieutenant du prêvot des maréchaux. *Simon Privat de Garilhe (1731-1813), était maire de Payzac.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Simon Privat de Garilhe et de Marie-Élisabeth de Gigord, il était avocat à Largentière. Au début de la Révolution, il fut élu juge au tribunal de district de Largentière.

Le , il fut élu député de l'Ardèche, le 5e sur 7 avec 203 voix sur 380 votants, à la Convention nationale, où il siégeait à droite. Lors du procès de Louis XVI, il vota pour la détention et le sursis.

Après les journées du 31 mai et du 2 juin 1793, il signa la proposition des 75 en . Cet acte lui valut, le , d'être décrété d'arrestation sur le rapport d'Amar. Il ne dut son salut qu'à l'intervention de Robespierre qui, dans la séance du 3 octobre, combattit courageusement la demande d'un décret d'accusation formulée par Osselin et Amar, contre les 73 signataires de la protestation. On possède la lettre que Garilhe écrivit du fond de sa prison à Robespierre. Il fut emprisonné pendant plusieurs mois, avant d'être réintégré le 18 frimaire an III ().

Sous le Directoire, il fut réélu député au Conseil des Cinq-Cents, le 23 vendémiaire an IV () par 154 voix sur 218 votants et 8 bulletins blancs, puis le 24 germinal an VI () par 45 voix sur 91 votants.

Garilhe mourut à Largentière, son pays d'adoption, le , à 4 heures du matin, à l'âge de 70 ans.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Charay (archiviste départemental de l'Ardèche), dans Henry Vaschalde, L'Ardèche à la convention nationale, E. Lechevalier, 1893
  • « François-Clément Privat de Garilhe », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] , tome 3, p. 109
  • Jules Villain, La France Moderne, 1908 (rééd. 1979)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Dominique Cheynet, Antonin Debidour, Les procès-verbaux du Directoire exécutif, an V-an VIII: inventaire des registres des délibérations et des minutes des arrêtés, lettres et actes du Directoire faisant suite au Recueil des actes du Directoire exécutif d'Antonin Debidour, Centre historique des archives nationales, 2000, p. 478; William Lee, Mary Lee Mann, A Yankee Jeffersonian, Belknap Press of Harvard University Press, 1958, 312 pages, p. 255.
  2. Jeanne Grall, Girondins et Montagnards: les dessous d'une insurrection, 1793, Ouest-France, 1989, 213 pages, p. 186 (ISBN 2737302439).
  3. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd. Sedopols, 2012, p.656

Article connexe[modifier | modifier le code]