François-Armand de Rohan-Guéméné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Armand de Rohan
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père

François-Armand de Rohan (né en 1682 et mort en 1717), dit de Guéméné, prince de Montbazon, est un militaire français de l’Ancien Régime, colonel du régiment de Picardie au début du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

François-Armand de Rohan-Guéméné est né le , fils aîné de Charles III de Rohan-Guéméné et de son épouse Charlotte Élisabeth de Cochefilet (1657-1719)[1].

Le 28 juin 1698, il épouse Louise-Julie de La Tour d'Auvergne[n 1],[2],[3] dont il a un fils, Charles Jules (1700-1703).

Le 26 juin 1717, il meurt sans postérité. Son frère cadet, Hercule Mériadec[4], lui succède comme prince de Montbazon. Sa dépouille repose au couvent des Feuillants à Paris[5]. Sa veuve loge au château de Versailles[6] et chez son frère Louis Henri de La Tour d'Auvergne à l’hôtel d’Évreux.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il prend les armes dans le régiment de Picardie[7], y sert les armées du roi, d’abord comme brigadier.

Il reçoit le 5 juin 1702 l'agrément du roi pour être colonel du régiment de Picardie. Le roi fait part du bien qu'il pense de sa famille, c'est à cette occasion qu'est écrite l'épigramme[8] :

« Partez Prince, joignez vos genereux soldats, ils attendent pour vaincre à marcher sur vos pas, ils vous suivront partout. C'est l'auguste présage qu'a formé devant vous l'invincible Louis pour espérer de vous des exploits inouïs ? Digne sang des Rohans, en faut il davantage ? »

Il est cité pour avoir servi à la bataille d'Audenarde (1708) et fait le siège de Landau (1713)[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louise-Julie est la fille de Godefroy Maurice de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon et de Marie Anne Mancini.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique, t. 3e, Paris, chez Duschesne, (lire en ligne), Rohan Montbazon, « François-Armand », p. 180
  2. Saint-Simon, Mémoires de Saint-Simon : Nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au journal de Dangeau, et des notes et appendices par A. de Boislisle, membre de l’Institut, Et suivie d’un lexique des mots et locutions remarquables, t. 5e, Paris, Librairie Hachette et Cie, (lire en ligne), p. 292 :

    « Presque aussitôt après, le prince de Montbazon, second fils du prince de Guéméné, car l’aîné étoit enfermé dans une abbaye, épousa une fille du duc de Bouillon. Mme de Soubise obtint que les fiançailles se feroient dans le cabinet du roi. »

  3. Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique : ou Le Mélange curieux de l'Histoire sacrée et profane, t. 9e, Paris, Libraires associés, (lire en ligne), xxiii. Charles de Rohan, « 2. François-Armand de Rohan », p. 304
  4. François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse de France, p. 270, 1778.
  5. a et b Pierre de Guibours, dit le père Anselme de Sainte-Marie et Pol Potier de Courcy, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne et de la maison du roy, t. 4e, Paris, chez Firmin Didot, , 4e éd. (lire en ligne), « François-Armand de Rohan », p. 63.
  6. William R. Newton, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles.
  7. Jean Ogée ,Dictionnaire historique et géographique de la province de la Bretagne, p. 153, 1779.
  8. Mercure galant, juillet 1702, [lire sur Wikisource], p. 25-37 ;