François-Antoine Devaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Devaux.
François-Antoine Devaux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
LunévilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

François-Antoine Devaux, dit « Panpan », né le à Lunéville où il est mort le 11 avril 1796 (23 germinal an IV), est un poète lorrain puis, après 1766, français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Celui que Van Bever qualifie ironiquement de « plus modeste et plus discret des poètes lorrains » fut d’abord avocat à la cour souveraine de Nancy.

Ami de Françoise de Graffigny, il parvint grâce à son entremise et les faveurs dont cette dernière bénéficiait à la cour de Lorraine, à s’y faire recevoir par Léopold Ier puis par Stanislas Leszczynski.

Devaux, poète galant, esprit léger et improvisateur brillant, unanimement surnommé Panpan, fut un personnage de cour fort prisé des grandes familles lorraines ; il était « la coqueluche des dames de Lunéville » [1], en particulier Françoise de Graffigny et Marie-Françoise-Catherine de Beauvau-Craon, marquise de Boufflers.

Mort dans l’oubli en avril 1796, Panpan laissait une comédie, les Engagements indiscrets, représentée à Paris le 26 décembre 1752 au Théâtre-Français, ainsi qu’un Discours sur l’esprit philosophique, lu à l’Académie de Nancy le 20 octobre 1752, et nombre de poèmes galants, dont un ou plusieurs sont aujourd’hui perdus.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Maugras - La Cour de Lunéville au XVIIIe siècle - Plon-Nourrit - Paris, 1906 - page 116

Source[modifier | modifier le code]

  • Ad. Van Bever, Anthologie littéraire de l’Alsace et la Lorraine, 1920.

Liens externes[modifier | modifier le code]