Français du Missouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français du Missouri
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Missouri
Originaire de Missouri
Nombre de locuteurs Moins d'une centaine aujourd'hui
Classification par famille
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
Échantillon
Extrait de t's Good To Tell You: French Folk Takes from Missouri de Rosemary H. Thomas, 1982 :


Quand Pierre ‘l a su qu’son père était dans l’troub’, i’a partsi pour s’en eurvenir. I’a passé aux auberges où i’a dzit qu’la Belle aux Ch’veux d’Or avait d’mandé son pain ; i’a passé à l’auberge dzisant qu’la Belle aux Ch’veux d’Or avait d’mandé sa bouteille de vin. Quand i’a arrivé à son père, i’a d’mandé à son père quocé c’était son trouble. Son père y'a dzit : « [...] Aujou'dz'hui, vous crouèyez qu'c'est mouè qui a été qu'rir la Belle aux Ch'veux d'Or ou ben mon frère ? ».

Le français du Missouri, autrefois appelé français de Haute-Louisiane ou français du Pays des Illinois, aussi connu sous le nom de Paw Paw French, est une variété de français autrefois parlée dans de larges sections de l’État américain du Missouri depuis l’époque de la Nouvelle-France et de la Louisiane française. Aujourd’hui, il est surtout concentré dans le comté de Sainte-Geneviève[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

L'Amérique sur une carte française de 1708, on voit la Nouvelle-France entière environnée par les possessions anglaises et espagnoles. Le Pays des Illinois est indiqué.

Un témoignage de 1930 du chercheur américain W. M. Miller rapporte que ce dialecte était encore parlé par une partie substantielle de la population de Vieille Mine, près de la ville de Potosi dans le sud-est de l’État, où sont installés les Mines de plomb du sud du Missouri. Les habitants s’étaient établis dans la région en l’an 1785 et avaient réussi à éviter le phénomène d’anglicisation pendant plusieurs générations consécutives. Toutefois, au même titre que le français cadien, ce dialecte fit de nombreux emprunts lexicaux et syntaxiques à l’anglais[2].

Cet héritage français s’explique en grande partie par le fait qu’au XVIIIe siècle, la Nouvelle-France fut cédée au Royaume-Uni, ce qui n’empêcha pas la continuation de la colonisation francophone. Par exemple, la ville de St-Louis, nommée en l’honneur de Louis IX, est la deuxième plus grande ville de l’État. Le premier évêque de cette localité, Mgr Guillaume-Valentin Dubourg, avait été nommé pour servir les nombreux colons de la région[3].

Dans les années 1980, le nombre de locuteurs d’origine ayant pour langue maternelle le français était évalué à un peu plus d’un millier de personnes[4].

En 2014, le Paw Paw French était fortement menacé[5],[6],[7].

Caractéristiques phonétiques[modifier | modifier le code]

D'un point de vue phonétique, le français du Missouri est bien plus proche du français du Québec que du français de Louisiane, bien que tous les français de Nouvelle-France partagent de nombreuses caractéristiques phonétiques communes.

Le français québécois ayant évolué dans sa prononciation depuis la Révolution Tranquille et s'étant quelque peu rapproché du français européen sur plusieurs points (oi prononcé oua et non ouè comme autrefois, r roulé disparaissant progressivement de l'accent montréalais etc.), cette proximité des accents québécois et missouien tend à se défaire et l'accent du français du Missouri demeure réellement conservateur. L'accent du français missourien conserve en effet inchangées de grandes caractéristiques autrefois communes également au Québec et qui découlent tout droit de la langue que parlaient les colons français au XVIIe et XVIIIe siècles.

Affrication de d et t[modifier | modifier le code]

Tout comme le français québécois, le français missourien transforme les t et les d en ts et dz devant les voyelles i et u. Ainsi, pour le verbe dire, un Français du Missouri dira dzire tout comme les Français du Québec là où un Français européen prononcera dire. De même, un Français du Missouri, tout comme son cousin du Québec, dira partsir au lieu de partir dans la bouche d'un Français européen. Les mots aujourd'hui et nature seront de même prononcés aujourdz'hui et natsure par les Français du Missouri tout comme par les Français du Québec.

R roulé[modifier | modifier le code]

L'évolution de r en français d'un r roulé vers le r que nous connaissons actuellement (dit r uvulaire) commença à se faire dans le parler de la noblesse de cour vers le milieu du XVIIe siècle. Le r roulé restait très largement majoritaire dans les autres couches de la société, seul une minorité noble l'avait abandonné pour prononcé un r dit uvulaire ou grasseyé qui est le r standard du français parisien aujourd'hui. Cette différence de caste dans la langue se répercuta en Nouvelle-France : les cadres de la colonie, d'ascendance noble, s'installaient plutôt à Québec tandis que le peuplement se faisait ailleurs avec des personnes issues du Tiers État. C'est l'accent de ces marins ou fils de paysans installés en Nouvelle-France, et particulièrement en Haute-Louisiane, qui légua au français du Missouri son accent si caractéristique qui conserve ce r roulé. Le français du Québec sera, lui, tiraillé entre la prononciation du r parisien de Québec et celle roulée des autres régions, en particulier de Montréal. Au Québec, cette première prononciation, plus proche de celle du français européen, triomphera finalement, tandis que dans le Missouri, c'est l'ancien accent qui fut conservé jusqu'à nos jours.

Oi prononcé ouè[modifier | modifier le code]

Avant le début du XIXe siècle et l'installation de la bourgeoisie parisienne au sommet du pouvoir social et culturel en France (consécutivement à la Révolution française), la prononciation normale de la diphtongue oi était ouè. Dans la France d'ancien régime, la prononciation de oi en ouâ était considérée comme fautive voire vulgaire et était spécifique de la Champagne et de l'est de l'Île-de-France. La colonie en Amérique ayant été fondée et développée avant la Révolution française et donc avant ce changement dans la norme de prononciation, il est donc naturel que les colons français en Amérique aient parlé le français suivant la norme du rouè et prononcé ouè la diphtongue oi. Ce trait, s'il tend à s'effacer au Québec du fait de l'influence du français européen, reste cependant de norme en français du Missouri, la diphtongue oi est donc systématiquement prononcée ouè et la prononciation ouâ n'y existe pas.

Un Français du Missouri prononcera donc croyez-moi de cette façon crouèyez-mouè et des mots comme roi, foi, droit seront prononcés rouè, fouè, drouète.

Prononciation de /o/ au lieu de /u/[modifier | modifier le code]

La mutation du son /o/ en /u/ n’étant pas encore pleinement aboutie au XVIIe siècle, le français de Nouvelle-France a gardé quelques exemples de l’ancienne prononciation inchangés tandis que le français européen a continué l’évolution. Plus tard, le français québécois s’alignera sur la prononciation française européenne tandis que le français du Missouri restera fidèle à la langue du XVIIe siècle (de même pour le français de Louisiane). Ainsi, là où le Français européen et le Québécois diront « poumon », le français du Missouri et de Louisiane dira « pomon » (comme en ancien français). Le mot « gourdon » est de même resté « gordon » comme en ancien français.

Prononciation de -onn- et -omm-[modifier | modifier le code]

De même que pour le point précédent, le français du Missouri a gardé la particularité de prononcer « bon-ne » ou « pon-me » les mots « bonne » et « pomme », et il en va de même pour tous les mots en -onn- ou -omm- (connaître, commun, homme, comme, donner, honnir, connaissance etc. etc.). C’est un signe que la dénasalisation de ces voyelles, commencée au XVIIe, s’est produite en France après le départ des colons. En ancien et moyen français, la prononciation missourienne de ces mots était la norme.

Maintien de la prononciation de -t final[modifier | modifier le code]

Ce trait, commun dans plusieurs parlers régionaux dans la France d'Ancien Régime, se retrouve dans le français du Nouveau-Monde. Tout comme le français québécois, le français du Missouri a tendance à prononcé le -t final dans certains mots : fait (participe passé de faire et nom commun) est prononcé faite, tout est prononcé toute, droit est prononcé drouète.

Caractéristiques grammaticales[modifier | modifier le code]

Le français du Missouri partage avec le français de Louisiane, le français acadien et le français québécois, quelques divergences dans la grammaire. Certaines de ces particularités lui sont propres mais la plupart sont également connues en Louisiane, en Acadie et au Québec, ainsi que dans de nombreux parlers régionaux en France (dont ils tiennent leur origine) :

Verbes[modifier | modifier le code]

Verbe aller[modifier | modifier le code]

Comme dans beaucoup de parlers régionaux en France ainsi que tous les autres dialectes français d'Amérique, le français du Missouri connaît la forme je vas et l'emploie très souvent au lieu de la forme classique je vais.

Cette forme est parfois contractée à l'oral en j'vas (sans liaison avec l's) et assez souvent m'as, une forme que connaissent également les autres français d'Amérique et qui semble tenir son origine de Normandie, une forme m'as signifiant je vais est en effet attestée jusque dans les années 1950 en cauchois. Cette forme semble venir d'une contraction non pas de je vas directement mais de l'expression (je) m'en vas.

Le français du Missouri contracte également à l'oral tu vas en t'as, ce qui est une évolution qui lui est propre, on ne la retrouve en effet dans aucun dialecte français d'Amérique.

Imparfaits calqués sur le présent[modifier | modifier le code]

Comme en acadien, parfois en québécois, mais surtout en louisianais, le français du Missouri a tendance à remplacer calquer les formes de l'imparfait de ses verbes irréguliers sur leur conjugaison au présent. En français du Missouri, ce sont surtout les formes ils ontvaient et ils sontaient (pour ils avaient et ils étaient, calquées sur ils ont et ils sont) qui sont attestées, mais on peut légitimement penser que d'autres de ces formes ont été utilisées par le passé comme en louisianais (on trouve en Louisiane les formes je suitais, j'aivais, je vadais pour j'étais, j'avais et j'allais, calquées sur le présent je suis, j'ai et je vas).

Unique auxiliaire avoir au passé[modifier | modifier le code]

Le français du Missouri n'utilise souvent que le verbe avoir comme auxiliaire pour former le passé composé, même avec les verbes réflexifs. Ainsi, il est parti ce matin se dira il a parti à matin (prononcé i'a partsi à matin), il s'est fait mal deviendra il s'a fait du mal (prononcé i' s'a fait dzu mâl) etc.

Prépositions[modifier | modifier le code]

Contraction de à la en à'[modifier | modifier le code]

Comme le français québécois et à la différence du français louisianais, le français du Missouri contracte l'article avec la préposition dans certains cas d'une manière différente du français classique. Ainsi, à la se trouve contracté en à' : il est parti à la maison se dira ainsi ainsi il a parti à' maisonne, prononcé i'a partsi à maison-ne.

Pronoms[modifier | modifier le code]

Nous-autres, vous-autres et eux-autres[modifier | modifier le code]

Comme les autres dialectes français d'Amérique, le français du Missouri fait un grand usage des pronoms rallongés nous-autres, vous-autres et eux-autres.

On à la place de nous[modifier | modifier le code]

Le pronom on est utilisé de préférence au lieu de nous, comme c'est aussi souvent le cas en français européen à l'oral ainsi que dans les autres dialectes français d'Amérique.

La phrase[modifier | modifier le code]

Omission de que[modifier | modifier le code]

Comme complémenteur, que est parfois omis à l'oral. Un Français du Missouri pourra ainsi dire (i') faut je fasse au lieu de il faut que je fasse. Cette particularité se trouve aussi en français louisianais.

Récurrence de ça fait que[modifier | modifier le code]

Comme les autres parlers français d'Amérique, le français du Missouri fait un usage très récurrent de la locution ça fait que qui se trouve parfois sans le que, comme de nombreuses autres locutions.

Caractéristiques lexicales[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

On trouvera dans le Wiktionnaire une nomenclature exhaustive et mots et expressions typiques du français du Missouri.

Quelques exemples de vocabulaire[modifier | modifier le code]

Français du Missouri Français classique
à c't'heure maintenant
droit là tout de suite
aussitte, itou aussi
icitte ici
un char une voiture
une piastre un dollar ou l'argent
quocé ça-là ? qu'est-ce que c'est que ça ?
un bétail un insecte
une borgnasse une borgnesse, vieille femme (borgne)
une brindgème une aubergine
un candi une bonbon
un chat-chouage une raton-laveur
une esquilette une poêle
un estourneau un étourneau
une fève un haricot
une maisonne une maison
un maringouin un moustique
une metche une allumette
un oiseau à mouches un colibri
une patate une pomme de terre
une pistache une cacahuète
une rabiole un navet
amarrer attacher
haler tirer
barrer fermer
s'adonner s'entendre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La fête annuelle de l’automne à la Vieille Mine au Missouri », Texte en français réapproprié du Missouri, (consulté le ).
  2. (en) W. M. Miller, « Missouri's Paw Paw French », vol. 3, (consulté le ).
  3. Annabelle Malville, Louis William Dubourg, Chicago, vol. 2, 1986.
  4. (en) (en)Les Francophones d’origine dans le Missouri, (consulté le ).
  5. Laurent Pointecouteau, « Le «paw-paw French», un dialecte français en voie de disparition aux États-Unis », Slate.fr, (consulté le 23 février 2017)
  6. Bridgi Bowden, « Le français paw-paw s’éteint à petit feu », courrierinternational.com, (consulté le 23 février 2017)
  7. http://languedutravail.org/nouvelle/etats-unis-le-francais-paw-paw-seteint-petit-feu (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bridgi Bowden, Jake Godin et Ryan Schuessler, « Le français paw-paw s’éteint à petit feu », Courrier international, no 1245,‎ , p. 36-37 (ISSN 1154-516X) — Initialement publié en anglais le dans Al Jazeera America, New York.