Français de Nouvelle-Angleterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Français de Nouvelle-Angleterre
Pays États-Unis
Région Nouvelle-Angleterre
Typologie SVO flexionnelle syllabique
Classification par famille

Le français de Nouvelle-Angleterre est une variété du français parlé essentiellement en Nouvelle-Angleterre, États-Unis, particulièrement dans les États frontaliers du Canada, le Maine, le Vermont, le New Hampshire.

Le français de Nouvelle-Angleterre est l'une des formes principales du français parlé aux États-Unis, avec le français cadien et le français du Missouri, tous descendants du français populaire véhiculaire du Premier empire colonial français.

La langue française reste minoritaire, mais se maintient solidement, grâce notamment aux programmes bilingues mis en place en 1987 dans les systèmes scolaires des États concernés.

Des origines acadienne et québécoise[modifier | modifier le code]

Les avis des linguistes spécialistes des variétés du français parlé en Amérique du Nord divergent sur les origines du français parlé en Nouvelle-Angleterre. Pour certains, il provient d'un mélange de français acadien et de français québécois, pour d'autres, il ne diffère pas du québécois, que l'on parlait au Québec avant la révolution tranquille. Autrement dit, pour ces derniers, le français "originel" de Nouvelle-Angleterre aurait disparu à la faveur du français québécois véhiculé par les 450 000 immigrants du Canada particulièrement issus du Québec, et leurs descendants. Dans cette hypothèse, il ne resterait toutefois comme seule différence avec le québécois, un accent proche de celui du français acadien.

Les Canadiens, dès leur installation dans les six Etats de la Nouvelle-Angleterre, construisirent beaucoup d'écoles catholiques où le français était enseigné durant la moitié de la journée scolaire. Malgré l'anglicisation de la plupart d'entre eux, ils forment jusqu'à la Seconde Guerre mondiale de nombreux « petits Canadas » où se perpétue la culture québécoise[1]. Il y avait aussi beaucoup de journaux francophones à partir des années 1838, mais là aussi, graduellement, les journaux francophones disparurent l'un après l'autre cent ans plus tard. Les écoles primaires et secondaires continuèrent plus longtemps, mais malgré de grands efforts des Franco-Américains pour préserver leur langue, l'absence de soutien gouvernemental causa beaucoup d'ennuis à ces écoles qui se virent coupées de tout revenu des gouvernements.

Le cas typique du français de la vallée du fleuve Saint-Jean[modifier | modifier le code]

La seule étude exhaustive du « français de la Vallée » a été effectuée par Geneviève Massignon en 1946 et publiée en 1962[2]. Elle conclut que contrairement aux communautés « purement acadiennes » des Provinces maritimes, le Madawaska possède une langue plus « canadianisée » due à la proximité du Québec. Elle y nota un mélange de vocabulaire et de phonétique acadien et français québécois mais une morphologie typiquement canadienne-française[2]. Les avis sur le caractère unique du français du Madawaska divergent. Les mots d'origine maritime, dont certains seraient communs aux régions francophones du Canada, y seraient fréquents, alors que des mots liés aux patates seraient uniques[2]. Selon Yves Cormier, de l'Université Sainte-Anne, la langue conserve certains éléments du vieux français utilisés nulle part ailleurs. Selon Ronald Labelle, du Centre d'études acadiennes, le seul caractère distinctif du français du Madawaska est son accent et que, bien qu'on y retrouve des mots acadiens, il ne diffère pas du français québécois[2].

Nombre de francophones par État[modifier | modifier le code]

État Nombre de francophones En pourcentage de la population
Maine[3] 63 640 5,28 % de la population du Maine
New Hampshire[4] 39 551 3,14 % de la population du New Hampshire
Vermont[5] 14 624 2,54 % de la population du Vermont

Communautés francophones en Nouvelle-Angleterre[modifier | modifier le code]

De plus de 1000 habitants

Moins de 1000 habitants

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Anctil, Yves Frenette (réviseur), « Franco-Américains », sur L'encyclopédie canadienne.
  2. a, b, c et d (en) Collectif, Acadian culture in Maine, Boston, Mass. : National Park Service, North Atlantic Regional Office, 1994. Chapitre « French Language », sur University of Maine at Fort Kent (consulté le 28 janvier 2009)
  3. http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/amnord/maine.htm
  4. http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/amnord/newhampshire.htm
  5. http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/amnord/vermont.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Wikipédia en Français de Nouvelle-Angleterre dans l'Incubateur de Wikimedia.

Articles connexes[modifier | modifier le code]