Français de Guyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Créole guyanais.

Français de Guyane
Pays Drapeau de la Guyane Guyane
Typologie SVO, flexionnelle, syllabique
Classification par famille

Le français de Guyane ou français guyanais est une variété de la langue française. Il est parlé dans la région et le département français d'outre-mer, la Guyane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

Le français guyanais a reçu un apport important du créole guyanais, mais aussi de plusieurs langues locales, telles que les langues amérindiennes et parfois des langues bushinenges.

Quelques mots et expressions du français guyanais[modifier | modifier le code]

Îlet[modifier | modifier le code]

En Guyane, ce mot signifie une petite île ou un îlot.

Chuite/chuitesse[modifier | modifier le code]

Le mot « chuite » (anglais : sweet) et sa variante « chuitesse », sortent tous les deux du créole guyanais et signifient « bon », « très bon », voire « délicieux », exemple : « cette glace est chuite ». Quelle chuitesse ! » (quel régal !).

Carbet[modifier | modifier le code]

Un carbet est un abri de bois sans mur typique des cultures amérindiennes.

Awa[modifier | modifier le code]

Qui signifie « Non » vient du créole guyanais, est aussi souvent répété plusieurs fois, par exemple : « Awa, awa je ne veux pas y aller. »

Cramanioc[modifier | modifier le code]

Appellation local du manioc.

Djal[modifier | modifier le code]

Signifie « petit(e) copain/copine » vient du créole guyanais, par exemple : « ce soir, je sors avec mon/ma djal. »

Pripri[modifier | modifier le code]

Dégrad[modifier | modifier le code]

Ce terme désigne un lieu de mise à l'eau de chargement et déchargement des embarcations, qui vient du créole guyanais.

Macro/Macrelle[modifier | modifier le code]

Un macro (pour les hommes) et une macrelle (pour les femmes) est quelqu'un qui surveille la vie des gens, qui s'occupe de ce qui ne le regarde pas.

Graisse[modifier | modifier le code]

« Graisse » signifie « pommade pour cheveux » en français guyanais.

Bal brésilien[modifier | modifier le code]

Cette expression typique du français guyanais désigne un événement qui a pris une mauvaise tournure, par exemple : « ce match s'est terminé comme un bal brésilien » (car il y a eu beaucoup d'échauffourées).

Djòl Fizi[modifier | modifier le code]

Expression créole guyanaise, (qui se traduit par la « gueule d'un fusil »), qui signifie avoir un bas/pantalon qui est « trop petit » ou « trop cintré », par exemple : « ce pantalon fait djòl fizi sur toi » : il n'est sans doute pas fait pour toi !

Serrer[modifier | modifier le code]

Il est utilisé comme synonymes de « cacher », par exemple : « Je vais serrer mon sac, pour que personne ne puisse le toucher. »

Dièse[modifier | modifier le code]

Dièse vient du créole guyanais, il signifie « style » ou peut aussi désigner un comportement, ex : il fait son djèz » : il fait son intéressant.

Tout bonnement[modifier | modifier le code]

Ce mot qui sort du créole guyanais signifie « beaucoup », « vraiment » et/ou « en grande quantité ». Par exemple, « ce dessert est bon tout bonnement. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Claudine Chamoreau et Laurence Goury, « Variations autour du verbe et de ses pronoms objet en français parlé en Guyane : rôle du contact de langues et de la variation intrasystémique », dans Changement linguistique et langues en contact, CNRS Éditions, , p. 203-230.
  • Isabelle Léglise et Bettina Migge, Pratiques et représentations linguistiques en Guyane : Regards croisés, IRD Éditions, .
  • Odile Renault-Lescure, « Langue maternelle et langue française en Guyane: ennemies? », Espace créole, no 7,‎ , p. 151-171.