Français de Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le français de Corse est sensiblement le même que le français de France bien que plus imagé.

Les principales particularités du français de la Corse relèvent pour l'essentiel d'emprunts à la langue corse, de mots ou de structures grammaticales. Le mélange des deux langues, qualifié de « francorse » par les linguistes, est d'ailleurs très courant.

Cela dit, à l'écrit comme à l'oral, le français corse ne se distingue pas du français continental.

Ces mots, en général très usuels, se retrouvent souvent en italien.

Il ne sera pas fait mention ici des mots propres à la Corse (termes culinaires...), car la langue corse est une langue suffisamment riche pour tout exprimer.

Quelques mots utilisés dans le français de la Corse[modifier | modifier le code]

  • Pinzutu, pinzuti (pluriel) = pointu, pointus = Français. Le terme est un peu péjoratif. On désigne ainsi les Français du continent. L'origine de ce mot viendrait du tricorne (chapeau pointu à trois pointes) que portaient les soldats français de Louis XV lorsqu'ils ont occupé la Corse, en 1768).
  • Scarpu = chaussure (masculin singulier - pluriel : scarpi). Féminin en italien : scarpa (singulier), scarpe (pluriel) ; je me suis acheté une paire de scarpi.
  • À dopu, à prestu = à bientôt, à tout à l'heure (italien : a dopo, a presto).
  • Aspetta = attends (à l'impératif) ; en italien : aspetta.
  • Pezzu = morceau (pezzo en italien), expression dérivée pour parler d'une jolie fille (« un joli morceau ! »).
  • Pristu = mot que l'on dit pour faire partir un chien.
  • Misgiu = mot que l'on dit pour faire partir un chat (au nord) ou pour désigner un chat (dans le sud). En italien on dit : micio.
  • Mi ! = interjection signifiant « regarde »
  • Mi mi mi ! = interjection signifiant « regarde, cela vaut le coup ».
  • Iscia ! = interjection proche de « pouah ! ».
  • Chì laziu ! = quelle fatigue !
  • Stancu = fatigué. Italien : stanco.
  • Stancu mortu = mort de fatigue, épuisé, harassé. Italien : stanco morto.
  • Basta = assez ! En italien: basta.
  • Aiò ! = interjection signifiant « allons », souvent dans le sens de « laisse courir » ou « reprenons notre sérieux ».
  • A sbacca = la frime (verbe sbaccà = frimer).
  • Le stampe = les antisèches.
  • Je me suis pris un coghju, une bordée = je me suis saoulé (altération en coghju (cuir) du mot coghja : voir l'expression bastiaise "campà si una coghja" signifiant s'en mettre plein la lampe.) ; être en coghju, être briacu = être saoul.
  • J'ai strasciné = j'ai combattu, j'ai eu du mal (du verbe strascinà : traîner, se mouvoir avec effort).
  • On a scapé =o s'est échappé (verbe scappà= s'échapper). Italien: scappare.
  • Je me fais une affaccata à la maison = je passerai chez moi (le verbe affacà signifie « passer brièvement », « se montrer »).
  • "Avà" = Expression courante pour marquer un étonnement prononcé. Exemple : C'est pas vrai ?
  • "Macu" ou "Toccu de Macu" (sur Ajaccio) = Se dit de quelque chose ou de quelqu'un de bien : C'est Toccu de Macu : C'est génial.
  • "Babin!" = Du corse "Và bè", prononcé à la bastiaise. En italien on dit : va bene. Interjection très fréquente destinée à exprimer l'étonnement, la surprise. Souvent précédée de "Bouh !"
  • Oh Fratè ! = Littéralement cela signifie "Oh Frère !", mais cette expression est utilisée pour interpeller quelqu'un qui nous est proche, que l'on apprécie. En italien on dit: oh fratello! En Italie du centre on dit aussi : Oh fratè!
  • "Goffu" = Utilisation très fréquente pour parler de quelque chose, de quelqu'un de laid ou, par extension, quelqu'un de bête (moche dans ses actes ou ses propos) ou une situation déplaisante, ou idiote. Exemples : "Comme il est goffu ce mur !" ⇒ Comme ce mur est moche ! ; "Comme t'ies goffu, tu m'as fait peur !" ⇒ T'es bête, tu m'as fait peur !

Quelques tournures grammaticales propres à la Corse[modifier | modifier le code]

  • T'ies = contraction de "tu es" (phonétique : tiɛ).
  • J'ai vu à Paul = j'ai vu Paul (en corse, on aurait dit : aghju vistu a Pàulu).
  • Comment tu restes ? = Comment ça va ? (du corse "cumu stai"; italien: come stai.
  • Allez, à demain ! = Bon, à demain ! ("Allez", francisation de l'interjection corse "ahé", est la marque d'une fin de conversation suivie d'un départ de l'un des interlocuteurs).
  • Qu'est-ce qu'il fera ? = que peut-il bien faire ? (utilisation du futur simple pour amplifier l'interrogation, extrêmement courant).
  • Il me passe l'envie ! = Je n'ai plus envie ! (francisation du corse "mi caccia u laziu").
  • Il est passé à Antoine = Antoine est passé (parce qu'en corse, on aurait dit Hè passatu a Antone).
  • Autant demain il pleut = Peut être qu'il pleuvra demain (le mot « autant » permet d'exprimer une supposition, un désir... très fréquent).
  • De quand en quand = de temps en temps (transcription du corse di quandu in quandu. Italien: di quando in quando.
  • De qui tu es ? = qui sont tes parents ? ou quelle est ta famille ? (du corse di quale sì ?).
  • Il te vient quoi celui-là ? - Il me vient rien = quel lien de parenté as-tu avec lui ? - Aucun (du corse Chì ti vene quessu ? - Ùn mi vene nunda).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]