Fraire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fraire
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Walcourt
Code postal 5650
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Frairois(e) / Frairot(te)
Population 1 410 hab. (01/01/2008)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ nord, 4° 30′ est
Superficie 788 ha = 7,88 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Namur
Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Fraire
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Fraire
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Fraire

Fraire est une section de la ville belge de Walcourt située en Région wallonne dans la province de Namur. La commune est bornée au nord par Laneffe et Chastrès, à l’est par Saint-Aubin et Morialmé, au sud par Yves-Gomezée et à l’ouest par Walcourt. Elle est traversée par la N 5 (section de Philippeville-Charleroi) et la N 932 (Annevoie-Rouillon-Fraire). Le ruisseau de Fairoul, affluent de l’Eau d’Yves, prend sa source dans la commune.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Fraire comprend un hameau : Fairoul.

Histoire[modifier | modifier le code]

La charte des minières de Morialmé de 1384 : Document qui octroie des droits aux mineurs parmi lesquels des habitants de Fraire. Les premières lignes de cet accord sont les suivantes : Voici les franchises et droits des minières de fer de Morialmé, faites, ordonnées et rédigées, pour que tous ceux qui viendront plus tard en aient plus grande souvenance et que les jurés des dites minières, savoir : Jounons Du Buck, Jehan Le Camus, Jehan Horret, Pierre Hubert, tous de Fraire-la-Petite et Jehan le Stordeur, de Morialmé, ont mises ou fait mettre dans les présentes. Fait en l'an de grâce 1384, le lundi qui est le lendemain du grand carême et le premier jour du mois de mars. [1]

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

C’est le , au départ de Marchienne, que le chemin de fer de la Société du chemin de fer de l'Entre-Sambre-et-Meuse atteint Walcourt, et de là, via la ligne 135, Morialmé au centre de la région où les mines de fer étaient encore en pleine activité. Une autre section, Berzée-Laneffe, est également ouverte, avec des wagons tractés par des chevaux pour transporter le minerai de fer.

Ces travaux sont supervisés par Eugène Gremez, de Cerfontaine, contrôleur du Service des Transports, placé directement sous les ordres de George Sheward, administrateur anglais de la ligne, dont l’adresse n’est autre que "Jardinet-lez-Walcourt", c-à-d à l’ancienne abbaye.

Gremez multiplie les visites non seulement aux diverses stations de ligne mais entre-temps, il s’enquiert des multiples développements commerciaux possibles, étudie les prix de revient, passe commande de tous les instruments et objets nécessaires, nomme des responsables à tous les niveaux. [2]

Personnalité[modifier | modifier le code]

Lord Sabathan, ex-bassiste et fondateur du groupe de black metal Enthroned est originaire de Fraire. Il a maintenant quitté Enthroned et a fondé HORACLE, groupe de Heavy Metal mélodique, dont il est bassiste, avec Greg War, batteur, aussi originaire de Fraire. Lord Sabathan est aussi bassiste du groupe de Black Metal Slaughter Messiah.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Évrard, « Notes sur l’histoire de Fraire et Fairoul », Le Guetteur Wallon, no 3,‎ , p. 69-83 (lire en ligne)
  • Achille Trotin, Fraire sur les traces de son passé minier, Fraire, Les sentiers du fer / Les pîssintes du fiêr, , 38 p.
  • Achille Trotin, Fraire et l’extraction du minerai de fer au 19e s., Fraire, Les sentiers du fer / Les pîssintes du fiêr, , 185 p.
  • Joseph Gonze, « Fraire-Fairoul - Les registres paroissiaux 1726-1801 », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 310,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Lépine, « La charte des minières de 1384 », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 467,‎
  2. André Lépine, « Le canal de Chimay (1831) et le chemin de fer de l'Entre-Sambre-et-Meuse (1844) », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 468,‎