Fradique de Menezes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fradique de Menezes
Illustration.
Fradique de Menezes en 2009.
Fonctions
Président de la République démocratique
de Sao Tomé-et-Principe
[N 1]
(10 ans)
Élection
Réélection
Premier ministre Guilherme Posser da Costa
Evaristo Carvalho
Gabriel Costa
Maria das Neves
Damião Vaz d'Almeida
Maria do Carmo Silveira
Tomé Vera Cruz
Patrice Trovoada
Rafael Branco
Patrice Trovoada
Prédécesseur Miguel Trovoada
Successeur Manuel Pinto da Costa
Ministre des Affaires étrangères
de Sao Tomé-et-Principe
Président Manuel Pinto da Costa
Premier ministre Poste aboli
Prédécesseur Manuel Pinto da Costa
Successeur Guilherme Posser da Costa
Biographie
Nom de naissance Fradique Bandeira Melo de Menezes
Date de naissance (78 ans)
Lieu de naissance Madalena (Sao Tomé-et-Principe)
Nationalité santoméenne
Parti politique ADI (jusqu'en 2001)
MDFM-PL (2001-2018)
MDFM-UDD (depuis 2018)
Diplômé de Université libre de Bruxelles
Profession Homme politique

Fradique de Menezes
Présidents de la République démocratique
de Sao Tomé-et-Principe

Fradique de Menezes, né le à Madalena, est un homme politique santoméen, membre du Mouvement pour les forces de changement démocratique - Parti libéral. Il est président de la République du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fradique de Menezes, de son nom complet Fradique Bandeira Melo de Menezes, est né à Água Têlha[1], un quartier de Madalena le 21 mars 1942, d'un père portugais et d'une mère santoméenne, sur l'île de Sao Tomé en 1942, avant que Sao Tomé-et-Principe obtienne son indépendance du Portugal. Il a étudié au Portugal puis l'éducation et la psychologie à l'Université libre de Bruxelles. Menezes a été homme d'affaires puis ministre des Affaires étrangères de 1986 à 1987.

Il est élu président de la République le 29 juillet 2001, dès le premier tour, avec 55,2 % des voix, face à Manuel Pinto da Costa (MLSTP-PSD), 39,98 %. Il avait aussi face à lui Carlos Tiny (ministre de la Santé), 3,26 %, Victor Monteiro (capitaine de réserve), 0,87 %, et Francisco Fortunato Pires (président de l'Assemblée nationale), 0,71 %. Il quitte son parti l'Action démocratique indépendante (ADI) en 2001, lorsqu'il fait scission pour fonder le Mouvement pour les forces de changement démocratique - Parti libéral avec Carlos Neves[2].

Le 16 juillet 2003, le commandant Fernando Pereira profite de son absence (voyage au Nigéria) pour prendre le pouvoir, mais après un accord avec les militaires, Fradique de Menezes reprend ses fonctions le 23. Patrice Trovoada, ancien premier ministre, est accusé d'avoir provoqué un coup d'Etat et d'avoir ordonné l'assassinat de Fradique de Menezes. [3]

Le 30 juillet 2006, il est réélu dès le premier tour pour un deuxième mandat de cinq ans. Il obtient 60,58 % des voix face à Patrice Trovoada (ADI), 38,82 %, et Nilo Guimarães, 0,59 %.

Fradique de Menezes est élu en président d'honneur de l'Union MDFM-UDD, organisation politique regroupant les membres du MDFM-PL et ceux de l'Union des démocrates pour la citoyenneté et le développement, créée à l'occasion des élections législatives de la même année.

Fradique de Menezes a été impliqué dans une histoire de corruption avec l'enquête « Rosema »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Brièvement déposé par Fernando Pereira du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sao Tomé et Principe, Cour suprême, 13 juillet 2006, 28/2006, Juricaf, [1]
  2. (pt) Abel Veiga, « Fradique ataca Patrice no nascimento do novo partido político », sur Téla Nón, (consulté le 28 octobre 2018).
  3. Deutsche Welle (www.dw.com), « São Tomé e Príncipe: Ex-mercenário afirma que Trovoada financiou golpe de Estado de 2003 | DW | 17.06.2019 », sur DW.COM (consulté le 13 juillet 2019)
  4. (pt) « Caso Rosema:"a máfia que ameaça o país" », sur RFI, (consulté le 6 mai 2019)

Article connexe[modifier | modifier le code]