Fra Galgario

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fra Galgario
Fra' Galgario self-portrait.jpg
Autoportrait
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
BergameVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Portrait d'un jeune peintre, (1732)

Fra Galgario ou Fra' Galgario (de son nom dans le siècle Giuseppe Vittore Ghislandi), nommé aussi Fra Vittore del Galgario (Bergame, 1655-1743) est un peintre italien de caractères, qui a été actif à Bergame comme portraitiste au cours de la période rococo et dont le succès est dû à des portraits ostentatoires des familles de l'aristocratie locale bergamasque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Domenico Ghislandi, artiste décorateur de fresques, et de son épouse, née Flaminia Mansueti. Son père le fait entrer d'abord dans l'atelier de Giacomo Cotta[1], puis de Bartolomeo Bianchi à Bergame également, sans qu'il soit possible de lui attribuer des tableaux de cette époque.

Il termine dans l'atelier de Sebastiano Bombelli à Venise dans les années 1690. Il le quitte sans laisser d'œuvres incontestables, mais cela lui a permis d'entrer dans les réseaux des commanditaires vénitiens[2]. Il fait un voyage à Milan auprès du portraitiste allemand Salomon Adler.

Retourné à Bergame, il connaît le succès par des portraits plus ostentatoires des aristocrates de sa ville natale que ceux des peintres locaux. En 1702, il entre dans l'ordre des Minimes, au monastère de Galgario, à Bergame, où il prend le nom de religion de Victor de Galgario et possède son propre atelier de peintre.

Installé à Bologne, il est admis comme membre de l'Académie clémentine en 1717, année de sa rencontre avec le grand peintre bolonais Giuseppe Maria Crespi dont l'influence le rend plus libre : il exécute alors des portraits de modèles portant des costumes extravagants (chapeaux étranges se substituant aux perruques[3]).

Il revient ensuite à Bergame et s'exerce aux capricciosi et à partir de 1730 il devient un expérimentateur de nouvelles techniques picturales (mise au point de laques, retouche avec les doigts, surimposition de couches sans grattages...)[3]. Il délaisse d'ailleurs à partir de cette époque la peinture de portraits de commandes pour peindre ceux de ses amis ou d'enfants.

L'avocat Giacomo Bettami de' Bazini a été un collectionneur passionné des tableaux de Fra Galgario (onze ou quatorze tableaux)[3].

Plus récemment en 1945, Ferruccio Baruffi lui a consacré une exposition Mostra del Premio Fra Galgario à Bergame.

Bartolomeo Nazari a été de ses élèves.

Œuvres[modifier | modifier le code]


Œuvres à documenter
  • Autres œuvres à l'Académie Carrara de Bergame :
    • Ritratto di gentiluomo di casa Finardi (1710)
    • Ritratto di gentildonna con ventaglio (env. 1710),
  • Collection Luigi Koelliker :
    • Portrait de dame avec un domestique noir,
    • Portrait de Gian Domenico Tassi (entre 1710 et 1715).
  • Portrait de Clara Benaglio Finardi (1710), collection privée,
  • Portrait de jeune fille, Musée national des beaux-arts d'Alger
  • Busto di un poeta laureato
  • Giovane con bicchiere di vino e natura morta con pane e cipolla
  • Portrait du comte Andrea Asperti col figlio
  • Portrait du comte Bartolomeo Secco Suardo in armi
  • Portrait du docteur Bernardi
  • Portrait de maréchal Matthias von der Schulenburg
  • Ritratto dello scultore Andrea Fantoni
  • Portrait de Carlo Tinti
  • Portrait de Domenico Ghislandi

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Exposition à Bergame : Fra' Galgario : La seduzione del Ritratto nel '700 Europeo, octobre 2003 à janvier 2004 (site avec une liste détaillée de portraits de Fra Galgario).