Fréquence cardiaque maximale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fréquence cardiaque maximale (FCM) est le rythme que le cœur humain d'une personne donnée atteint lors des plus fortes sollicitations.

Généralités[modifier | modifier le code]

La fréquence cardiaque maximale dépend de l'âge et peut être estimée par une règle simple, « 220 moins l'âge ». Par exemple, un homme de 42 ans aura une FCM de 178. Pour les femmes, il est conseillé d'utiliser la règle « 226 moins l'âge ». Cette formule est simple, mais la moins fiable des formules existantes : l'écart-type du résultat obtenu est d'environ 10.

Cette donnée permet au sportif de savoir jusqu'où pousser son effort. La plupart du temps, ses séances se déroulent entre 70 et 80 % de sa FCM, si leur but est d'augmenter sa capacité respiratoire et l'oxygénation des muscles sollicités (travail en endurance).

Il ne faut pas confondre fréquence cardiaque maximale et fréquence cardiaque à ne pas dépasser. Si un individu dépasse sa fréquence cardiaque maximale estimée, c'est que sa fréquence cardiaque maximale est plus élevée que l'estimation selon la formule. Il n'y a aucune raison de s'empêcher de dépasser sa fréquence cardiaque maximale estimée. Si l'individu ne souffre pas de maladie cardiovasculaire, ce n'est ni dangereux, ni mauvais pour la santé.

Formules[modifier | modifier le code]

Valeurs obtenues par des formules différentes.

Différentes formules existent pour estimer la FCM :

  • FCM = 220 – âge (Astrand et Ryhming, 1954[1])
  • FCM = 205,8 – 0,685 x âge (Inbaret al. 1994[2])
  • FCM = 208,754 – 0,734 x âge (Robergs et Lanwher, 2002[3])
  • FCM = 207 – 0,7 x âge (Gellish et al. 2007[4]) (relation linéaire)
  • FCM = 191,5 – 0.007 x âge² (Gellish & Coll. 2007) (relation curvilinéaire)

Les travaux de Gellish et coll. (2007) ont permis de réduire le taux d'erreur à ± 2 à 5 bpm entre 35 et 65 ans dans sa forme curvilinéaire. Ce qui en fait, à ce jour, la plus précise des équations pour estimer la FCM.

Gellish et coll. proposent deux formules :

  • 206.9 – (0.67 x âge) pour la relation linéaire ;
  • 191,5 – 0.007 x âge² pour la relation curvilinéaire ;

Cette seconde formule est la plus valide des deux car elle épouse mieux la tendance de l’évolution globale de la FCM avec l’âge. Mais d'un point de vue pratique, certaines personnes préfèreront la formule linéaire pour sa simplicité d'utilisation.

Méthode de Karvonen[modifier | modifier le code]

La méthode de Karvonen est utilisée pour planifier des plans d'entraînement de sportif sur la base de la fréquence cardiaque. Elle prend en compte la fréquence au repos et la fréquence de réserve.

Cette méthode utilise la fréquence cardiaque comme indicateur des zones d'utilisation des filières énergétiques (la filière aérobie et anaérobie lactique).

Cette méthode prend en compte différents paramètres :

  • fréquence cardiaque maximale (rythme cardiaque maximal qu'un individu peut atteindre).
  • fréquence cardiaque au repos (rythme cardiaque).
  • fréquence cardiaque de réserve.

Test physique[modifier | modifier le code]

Afin de déterminer plus précisément la fréquence cardiaque maximale d'un individu, il est recommandé de lui faire passer un test spécifique. Le protocole suivant est souvent utilisé en course à pied, valide pour d'autres disciplines :

  1. Échauffement pendant une vingtaine de minutes à vitesse modérée.
  2. Première répétition de trois minutes à haute intensité (pas maximale).
  3. Repos de deux minutes en continuant à courir à vitesse modérée.
  4. Deuxième répétition de trois minutes et dans la dernière minute, fournir un effort maximal.
  5. À l’aide d'un cardio-fréquencemètre, noter la fréquence cardiaque la plus haute atteinte, c’est probablement la FC max.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P.-O. Åstrand et Irma Ryhming, « A Nomogram for Calculation of Aerobic Capacity (Physical Fitness) From Pulse Rate During Submaximal Work », Journal of Applied Physiology, vol. 7, no 2,‎ , p. 218-221 (ISSN 8750-7587 et 1522-1601, PMID 13211501, lire en ligne [PDF])
  2. (en) O Inbar, A Oren, M Scheinowitz, A Rotstein, R Dlin, R Casaburi, « Normal cardiopulmonary responses during incremental exercise in 20- to 70-yr-old men », Medicine and science in sports and exercise, vol. 26, no 5,‎ , p. 538-546 (ISSN 0195-9131, PMID 8007799)
  3. (en) Robert A. Robergs et Roberto Landwehr, « The surprising history of the “HRmax= 220-age” equation », J Exerc Physiol, vol. 5, no 2,‎ , p. 1–10 (ISSN 1097-9751, lire en ligne [doc])
  4. (en) Ronald L Gellish, Brian R Goslin, Ronald E Olson, Audry McDonald, Gary D Russi, Virinder K Moudgil, « Longitudinal modeling of the relationship between age and maximal heart rate », Medicine and science in sports and exercise, vol. 39, no 5,‎ , p. 822-829 (ISSN 0195-9131, PMID 17468581, DOI 10.1097/mss.0b013e31803349c6, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]