Fréménil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fréménil
Fréménil
Fréménil, vue depuis la route de Domjevin.
Blason de Fréménil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Intercommunalité Communauté de communes de Vezouze en Piémont
Maire
Mandat
Patrick Louis-Castet
2014-2020
Code postal 54450
Code commune 54210
Démographie
Population
municipale
216 hab. (2017 en diminution de 4 % par rapport à 2012)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 57″ nord, 6° 42′ 48″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 264 m
Superficie 3,04 km2
Élections
Départementales Canton de Baccarat
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fréménil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fréménil

Fréménil est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

  • Située à 18 km de Lunéville, 50 km de Nancy à l’Ouest et à 12 km de Blâmont à l’Est.
  • Situé entre l’altitude 240 et 250 m, le village est implanté sur la rive gauche de la Vezouze, affluent de la Meurthe à Lunéville. Entre la rivière et le village s’étale la prairie qui, depuis des temps lointains, a été le cadre des traditionnelles fenaisons.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Verdurette, affluent de la Vezouze baigne le bas du village, au lieu-dit la Banvoire : c'est le lieu où demeurait le garde du ban communal (de ban, propriété du seigneur (la prairie) mais à usage obligatoire des paysans, moyennant redevance, et voire (du germain Ward) : gardé, gardien). On peut traduire de nos jours cette fonction par « garde champêtre ». C'est aussi en ce lieu que se situait l'abreuvoir pour les animaux, zone du ruisseau près du pont de la Banvoire où l'on trouvait un pédiluve pour les chevaux.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

  • La route nationale 4 Paris-Strasbourg passe à 1,5 km du village, ce qui le protège du bruit de la circulation des grands axes routiers cependant que le chemin départemental 19a lui assure la desserte entre Benamenil et Ogeviller.
  • La RN 4 actuelle[Quand ?] (à 2 fois 1 voie) très fréquentée (9300 véhicules par jour dont 2500 poids-lourds) est aussi très dangereuse. Entre 1993 et 1998 (5 ans) 139 accidents dont 14 mortels. Son trafic ne cesse d'augmenter et ses nuisances aussi : insécurité, bruit, pollution. Le projet de nouvelle route à 2 fois 2 voies évitant notamment les traversées de Bénaménil, Ogéviller, Herbéviller est en cours de réalisation[Quand ?]. Les travaux sont désormais terminés selon le programme de mise en service suivant :
  • 1re section : Thiébauménil - Echangeur de Bénaménil → Fin 2002
  • 2e section : Echangeur de Bénaménil - Gogney2e semestre 2005
  • 3e section : Gogney - Saint-Georges → 2007

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Au gré des ans on trouve notre village sous l’appellation de Foumenil, Fratrum Mansile (Le village des Frères)
  • La terminaison ménil indique une origine de l’époque gallo-romaine.
  • En 1034, des titres de l’abbaye Saint-Rémy de Lunéville mentionnent que les habitants de Fréménil, tout comme ceux de Vého, sont tenus d’assurer l’entretien du pont de Domjevin sur la Vezouze.
  • En 1478 on retrouve le village sous l’appellation de Fréménil.
  • D’abord un hameau, composé de quelques habitations de fermiers qui s’étaient placés sous la protection des Templiers de Domjevin, Fréménil ne figure pas sur les cartes des Trois-Évêchés avant le XVIIe siècle. Tout laisse à penser que c’est auprès du vieux puits banal, qui lui a fourni l’eau potable (élément essentiel pour la vie des hommes et des animaux), que s’est édifié progressivement le village avec ses maisons de fermiers, de laboureurs et de manouvriers. Le lieu du culte a dû accompagner la création du village.
  • Fréménil dépendait du domaine de la principauté épiscopale de Metz. D’abord annexe de Migneville, Monseigneur de Bissy, évêque de Toul, l’unit à la paroisse de Bénaménil le 22 octobre 1686. En 1756, on retrouve le village sous l’appellation de Friménil avec son écart “le Moulin de la Baraque” qui relèvent du Diocèse de Metz - juridiction et généralité de Vic.
  • L’église a été bâtie (ou plus vraisemblablement reconstruite) en 1766.
  • En 1768, monsieur de Ligniville était seigneur de Fréménil.
  • Dans les anciennes divisions de 1790 on trouve Fréménil, canton d’Ogeviller, district de Blâmont - Circonscription ecclésiastique : diocèse de Metz.
  • En 1853 à la Baraque, Moulin, il y a une maison, 2 ménages et 10 habitants.
  • En juillet 1936, monsieur l’abbé Emile Hatton, curé de Domjevin, professeur d’histoire procéda à des fouilles archéologiques au cimetière de Fréménil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Michel Neige    
2014 En cours Patrick Louis-Castet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2017, la commune comptait 216 habitants[Note 1], en diminution de 4 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208226217656290293286290298
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
278291286281277265264236238
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
237240225221204195154136120
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
123124120140147168216223216
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maisons anciennes (portes).
  • Le gué (endroit où la Verdurette se jette dans la Vezouze) .
  • Église (1766) : chœur sculpté, tour romane remaniée, nef et chevet du XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]