Frédéric d'Alexandry d'Orengiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric d'Alexandry d'Orengiani
Fonctions
Sénateur 1876-1882
Gouvernement IIIème République
Groupe politique Conservateur
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Savoie

Le baron Frédéric d’Alexandry d’Orengiani, né le à Chambéry (Duché de Savoie) et mort le , est un homme politique savoyard, partisan de l'annexion de la Savoie à la France en 1860.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du baron Hippolyte d'Alexandry d'Orengiani (1774-1853), qui est un avocat fiscal général, devenu président du Sénat de Savoie (1817-1850), et de Aurore-Dorothée Duclot. La famille d'Alexandry d'Orengiani est originaire d'Yvrée (Piémont) et se serait installée au château de Montchabod (Villard-d'Héry), au XVIIe siècle

Il épouse en 1855 Françoise Lucille Camille Cuillerie-Dupont, fille d'un banquier et manufacturier[1]. Ils ont deux enfants, Michel et Marguerite.

Mandats[modifier | modifier le code]

Il fut :

  • 1851-1860 : Syndic d'Héry
  • 1860-1870 : Maire de Chambéry
  • 1860-1880 : Conseiller général de la Savoie. Il fut vice-président puis président de l'Assemblée (1873-1874).
  • 1876-1882 : Sénateur de Savoie

Lors des débats précédent la réunion du duché à la France, il est secrétaire du comité central du parti pro-français pour Chambéry, précédant l'Annexion de la Savoie à la France en 1860[2]. Il fait partie de la délégation de 41 savoisiens menée par le comte Amédée Greyfié de Bellecombe[3] et envoyée auprès de l'Empereur Napoléon III[4].

C'est à la suite de ce militantisme qu'il fut nommé par l'Empereur maire de la ville de Chambéry.

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Guichonnet, Histoire de l'Annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager - Horvath, , 354 p., p. 134.
  2. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images : images, récits éditeur=La Fontaine de Siloé, collection « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 454-455.
  3. Les conseils divisionnaires du duché se réunissent le et décident de l'envoi d'une délégation de 41 savoisiens (nobles, bourgeois, officiers ministériels) favorables à l'Annexion. La délégation menée par le comte Amédée Greyfié de Bellecombe, comprend pour la province de Chambéry le député d'Aix Gustave de Martinel, les conseillers provinciaux Louis Bérard, Maurice Blanc, Ernest de Boigne, les barons Frédéric d'Alexandry d'Orengiani et Louis Girod de Montfalcon, ainsi que Charles Bertier, Alexis Falcoz, Pierre-Louis Besson, l'avocat Antoine Bourbon, le docteur Dardel, Jacques Prosper Degaillon, Charles François, Félix Gruat, Pierre Viviand, Savey-Guerraz et le major de la Garde nationale Vuagnat. La province d'Annecy est représentée par les députés Albert-Eugène Lachenal, Joseph Ginet (Rumilly), Hippolyte Pissard (Saint-Julien) et Jacques Replat (Annecy), accompagnés par Claude Bastian (ancien député de Saint-Julien), Dufour, les barons Scipion Ruphy (Annecy) et Jules Blanc (Faverges), François Bétrix (directeur de la Banque de Savoie), le docteur Descotes, Magnin, Masset, Alexis Rollier. À noter que le Chablais, plutôt favorable à un rapprochement avec la Suisse voisine n'envoie que Édouard Dessaix, Félix Jordan, François Ramel et Gustave Folliet. Cité par Régine Boisier/Paul Guichonnet.
  4. Régine Boisier, Adrien : Fils de paysan, appelé l'aristo, La Fontaine de Siloé, , 363 p. (ISBN 978-2-8420-6213-2), p. 190.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]