Frédéric Sausset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédéric SAUSSET
Description de cette image, également commentée ci-après
Frédéric Sausset, le 5 juin 2016
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Blois (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Site web srt41.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2015
Qualité Pilote automobile en endurance
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Sausset Racing Team 41 (SRT41)

Frédéric Sausset, né le à Blois, est un chef d’entreprise français, pilote automobile, quadruple-amputé à la suite d’un accident bactériologique, connu pour avoir participé et terminé les 24 Heures du Mans 2016, une première mondiale pour un tel handicap[1]. Il a ensuite créé la 1ère Filière Internationale de pilotes de haut niveau issus du handicap de l’Histoire, https://srt41.com/la-filiere-frederic-sausset-un-volant-pour-tous/ avec pour objectif d’emmener un équipage exclusivement composé de pilotes handicapés aux 24 heures du Mans dès 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric Sausset a grandi dans un environnement entrepreneurial et automobile. Ses grands-parents puis ses parents ont tenu des concessions d'automobiles et de poids lourds à Blois et alentours. Il entreprit des études de commerce international, obtenant un Brevet de technicien supérieur (BTS) en 1991. Il a entamé sa vie professionnelle comme vendeur automobile. Il a géré depuis 1998, avec son épouse Frédérique, des magasins de textile à Blois, Vendôme et Châteaudun, et, ironie du sort, il s'est toujours fait remarquer par « l'intérêt qu'il a porté à la démarche d'accessibilité à tous dès les années 2007-2008 » [2], [3].

Il a occupé des fonctions dans les organismes patronaux. Il fut pendant trois ans président de la Fédération Blésoise du commerce, et de 2011 à 2012 , vice-président de la chambre de commerce et d'industrie de Loir-et-Cher[4].

Accident[modifier | modifier le code]

Le 28 juillet 2012, en vacances dans les Landes, il a été victime d’une bactérie à toxine foudroyante qui a entraîné une septicémie nécrosante[5], infection extrêmement rare. Après une égratignure en apparence banale sur un doigt, Frédéric Sausset est tombé dans le coma. Après un mois en soins intensifs à l’hôpital de Bayonne et un transfert à l’unité des grands brûlés du Centre hospitalier régional universitaire de Tours, les médecins ont dû se résoudre à l’amputation de ses bras et de ses jambes. Il a lutté contre la mort plusieurs semaines avant de sortir du coma fin août 2012[6],[7].

Le 17 octobre 2012, il entrait au centre de rééducation de Bel-Air à La Membrolle-sur-Choisille près de Tours. Il ne sortit pas du milieu hospitalier avant mai 2013, subissant plusieurs opérations[8].

Carrière de pilote[modifier | modifier le code]

Dès l'hiver 2012, privé de ses quatre membres, Frédéric Sausset décidait de participer aux 24 Heures du Mans. Il fonda en 2013 le Sausset Racing Team 41 (SRT41)[9],[10],[11].

Il possédait bien une sportive de série, mais il n’avait jamais disputé de course automobile. Il obtint le soutien de Christophe Tinseau[12], pilote professionnel (11 participations aux 24 heures du Mans), de Vincent Beaumesnil, directeur sport de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO), entité organisatrice des 24 heures du Mans, du Docteur Wolfgang Ullrich, patron de l'écurie Audi Sport Team Joest, (13 victoires aux 24 heures du Mans) et de Jean Todt, Président de la Fédération internationale de l'automobile. Un stand lui fut réservé aux 24 heures du Mans, le Garage 56 ou 56e Stand, dédié aux projets expérimentaux.

En février 2014, sponsorisé principalement par son assureur Axa, il prit le volant d’une Ligier JS 53 EVO CN, préparée par l’écurie Onroak[13], équipée d’un appareillage spécifique : deux longues tiges reliées des pédales à deux plaques disposées sous ses cuisses, pour accélérer et freiner, en pesant ou en soulageant avec ses cuisses ; le moignon du bras droit emboîté dans une prothèse, elle-même fixée sur le volant par une cheville amovible, pour diriger la voiture ; plus une boîte de vitesses automatique ainsi qu’un siège éjectable en cas d’accident[14].

À partir de mars 2015, Frédéric Sausset fut engagé dans le championnat VdeV, où il disputait, en compagnie de Christophe Tinseau, 5 courses (Circuit de Barcelone[15], Motorland Aragon, Circuit Paul-Ricard, Magny-Cours, Circuit d'Estoril), où il progressait. Les courses de Frédéric Sausset étaient ralenties par les changements de pilotes, sa mise en place dans l’habitacle nécessitant environ quatre minutes contre trente secondes pour un pilote valide[16]

À partir de février 2016, Frédéric Sausset se familiarisait avec un prototype Morgan LMP2. En mars 2016, au Circuit de Silverstone, il terminait 27e[réf. nécessaire] [Note 1] de la première manche du championnat européen d’endurance European Le Mans Series (ELMS) avec Christophe Tinseau, et Jean-Bernard Bouvet. En avril, au Mans, en championnat VdeV, en compagnie de Christophe Tinseau, la Morgan se qualifia en première ligne, disputant une partie de la course en tête, avant de devoir abandonner.

Les 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Frédéric Sausset et ses deux équipiers ont participé aux 24 Heures du Mans 2016[17],[18],[19]. L'équipage réussit à terminer l'épreuve en se classant au 36e rang sur 60 de la course[20].

C'est une première mondiale pour un quadruple amputé. Dans le domaine de pilotes handicapés, certains pilotes, comme l’Italien Alessandro Zanardi ou le Suisse paraplégique Clay Regazzoni, avaient disputé des courses de haut-niveau, mais ils conservaient l’usage de leurs bras et aucun n ‘avait participé à la mythique course des 24 heures du Mans.

Filière Frédéric Sausset[modifier | modifier le code]

Depuis, Frédéric Sausset met en œuvre une filière pour permettre aux pilotes handicapés d'accéder au sport automobile. Il présentera un inédit équipage composé de 3 pilotes handicapés aux 24 Heures du Mans et en ELMS en 2020 Pour à nouveau une grande première mondiale https://srt41.com/la-filiere-frederic-sausset-un-volant-pour-tous/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. O. Clot-Faybesse, Frédéric Sausset : premier pilote quadri-amputé aux 24 heures du Mans, in : Faire Face, mieux vivre le handicap moteur, 3 mai 2016.
  2. Passadena en fait une image de marque(s), CCI économie no 24 Dossier Commerce et handicap, juin 2012, p. 7.
  3. Claire Neilz, Frédéric Sausset, L'envie plus forte que le handicap, in: Top des entreprises, supplément à la Nouvelle République, novembre 2014 p. 5.
  4. CCI économie no 24 • juin 2012, op. cit., p. 9
  5. Frédéric Veille, « 24 Heures du Mans 2016 : Frédéric Sausset, premier pilote quadri-amputé au départ », sur rtl.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  6. Frédérique Sausset, Communiqué Frédéric Sausset.
  7. Laurent Mercier, « Frédéric Sausset : “Disputer Le Mans en LM P2 donne un caractère encore plus exceptionnel à mon projet” », sur endurance-info.com, (consulté le 23 mai 2016)
  8. Mme Catherine Demeyer, Témoignage de la kinésithérapeute de Frédéric, quadri-amputé, in: Orthofiga, sans date.
  9. Xavier Richard, « Frédéric Sausset veut faire Le Mans », sur francetvsport.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  10. Claire Neilz, op. cit.
  11. Laurent Mercier, « Frédéric Sausset, amputé des 4 membres, veut s’attaquer au Mans en LM P2 », sur endurance-info.com, (consulté le 23 mai 2016)
  12. Coralie Lemke, « Frédéric Sausset a réinventé sa vie », sur 20minutes.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  13. Ligier JS 53 EVO 2 presentation, site Onroak Automotive, 2015.
  14. V.MD., Comment rouler sans bras ni jambes, Le Parisien, 27 mars 2016.
  15. Les débuts en course de Frédéric Sausset et Christophe Tinseau sur la Ligier no 84!, VdeVsports,
  16. Endurance: Fred, quadri-amputé, démarre sa saison, sportauto.fr, 19 avril 2016
  17. « Amputé des quatre membres, il fut au départ des 24 Heures du Mans », sur directmatin.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  18. La liste des engagés au 24 Heures du Mans 2016
  19. Guillaume Navarro, Toyota perd les 24 Heures du Mans dans le dernier tour! (paragraphe Courage sans barrages), motorsport.com, 19 juin 2016
  20. Catherine Pacary, « 24 Heures du Mans : victoire de Porsche, retour gagnant pour Alpine et Ford », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  21. Frédéric Veille, « 24 Heures du Mans : le rêve en piste pour Frédéric Sausset », sur rtl.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  22. Sébastien Bussière, Frédéric Sausset : un livre pour continuer d'avancer, La Nouvelle République, 27 mai 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]