Frédéric Royer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Royer.
Frédéric Royer
Image illustrative de l'article Frédéric Royer

Surnom Fred, Frede Royer
Nom de naissance Frédéric Royer
Naissance
Le Vésinet (Yvelines), France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Journaliste
Autres activités Animateur de télévision, auteur
Site internet Site officiel
Médias
Média principal Presse
Pays France
Télévision Gérard de la télévision
Gérard du cinéma
Gérard de la politique (Paris Première)
Fonction Animateur de télévision

Frédéric Royer, également appelé Fred ou Frede Royer[1],[2],, est un auteur, journaliste et animateur de télévision français.

Il est notamment connu pour être le créateur des cérémonies des Gérard de la télévision et des Gérard du cinéma, diffusées sur la chaîne Paris Première.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Élevé dans un « milieu petit bourgeois du Vesinet bien assumé » qui le conduit en école de commerce, puis au service commercial de l'entreprise Saint-Gobain, Frédéric Royer est « sauvé » grâce à une rencontre avec Stéphane de Rosnay, le fondateur d’Infos du Monde[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Frédéric Royer commence son parcours dans les médias en 1994 à la rédaction d'Infos du Monde, un hebdomadaire de fausses informations[2], avant de créer en 1999 L'Examineur[4], un site d’informations parodique (« un site hybride entre The Onion.com et Infos du Monde », indique-t-il[3]) qui lancera la rumeur « Miss France (Élodie Gossuin) est un homme »[5], ainsi que celle du parachute doré du ministre Francis Mer[6]. Afin de tester les médias, il lance plusieurs autres hoaxes[3], jusqu’à ce que l’un d’entre eux, mettant en cause des notables toulousains en pleine affaire Alègre, déplaise fortement à la justice[7]. Il écrit dans le même temps pour divers magazines, de Marianne à Voici en passant par 20 ans, Technikart, Max ou le Nouvel Économiste[3].

En 2003, sous le nom de « Rargé », il sévi brièvement dans les rues et les musées parisiens en tant qu’artiste. Après avoir fait partie de la première vague du street art français en repeignant en rose plusieurs sanisettes Decaux, il invente le museum art en organisant une exposition pirate de sacs en plastiques de marques au Palais de Tokyo[réf. nécessaire].

En 2005, il lance le mensuel satirique L'Anti-Américain Primaire[8].

En février 2006, s’inspirant des Razzie Awards américains, il crée les Gérard du cinéma, puis en novembre 2006 les Gérard de la télévision[1], diffusés depuis 2007 sur Paris Première. Il en est également l’animateur principal[9]. Il crée et anime également les Gérard de la politique le , toujours sur Paris Première.

En 2009, il est le coauteur du Dictionnaire injuste et borné de la télévision (éditions l'Archipel)[10],[11]. En 2010, il est l’un des chroniqueurs de l'émission Comité de la carte, sur Paris Première.

Il crée par la suite divers événements comme le « Prix du roman inachevé »[12] et l’élection Miss Black France[13], qui suscite la controverse pour son supposé aspect « communautaire »[14].

Il signe d’ailleurs dans le magazine Slate une tribune avec le président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), Louis-George Tin, dénonçant le manque de représentativité des femmes noires dans l’élection Miss France[15]. Il est également à l'origine d'une tribune dans Le Monde signée par de nombreuses personnalités (Audrey Pulvar, Sonia Rolland, Léonora Miano, Aïssa Maïga, etc.) réagissant à un article maladroit du magazine Elle à propos des codes vestimentaires de la communauté noire[16]. En mars 2012, il est l'un des interprètes (avec Stéphane Bak, Enora Malagré, Jimmy Jean-Louis, etc.) du court-métrage Bref, je crois que je suis raciste, qui dépasse les 1 700 000 vues sur YouTube[17].

Le , il présente « Le Concert solidaire » au Casino de Paris pour le trentième anniversaire de l'organisation Handicap International[18].

En décembre 2013, il lance à Madrid Los Gerardos de la tele, l’équivalent des Gérard en Espagne[19].

Le , un mois après la 8e édition des Gérard de la télévision, l'animateur Mouloud Achour, lauréat pour le « Gérard du quota », s'en prend violemment aux Gérard en les traitant de « fils de pute ». Frédéric Royer lui rétorque qu'en employant cette expression, il utilise un « langage de quota »[20].

En 2014, il devient collaborateur des magazines Grazia et Télé Obs.

En 2017, il publie trois livres : 50 drôles d’anecdotes scientifiques (pour calmer un peu les BAC +12) et 50 drôles d’anecdotes historiques (pour se la raconter dans les dîners) aux éditions First, et Comment ne pas mourir seul(e) aux éditions J'ai Lu.[21],[22]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Slate « Les Gérard : ce que leur fondateur pense de Cyril Hanouna, Nabilla et les autres », Charlotte Pudlowski, Slate.fr, 13 janvier 2014.
  2. a et b « Le Gorafi, le faux site d’info qui cartonne », David Doucet, Les Inrocks.com, 11 juin 2013.
  3. a, b, c et d « Artistes imposteurs, fin : L’homme par qui la rumeur arrive », Alexandre Piquard, Transfert.net, 28 décembre 2001.
  4. « Legorafi plonge dans Fort Boyard », Hoaxbuster.com, 11 juin 2013.
  5. (en) « Miss or monsieur prank revealed », BBC News.co.uk, 27 avril 2001.
  6. « Le canular qui agace Francis Mer », L'Obs.com, 8 décembre 2003.
  7. « Toulouse. L'auteur du faux site porno poursuivi », La Dépêche.fr, 17 octobre 2005.
  8. (en) « Tabloid Is Anti-Americanism for Dummies », Nidra Poller, New York Sun.com, 10 février 2005.
  9. « Les Gérard changent de tête », Vanity Fair.fr, 12 novembre 2013.
  10. Présentation sur le site de l'éditeur, editionsarchipel.com.
  11. « Dictionnaire "injuste et borné" des Gérard », Bertrand Guyard, Le Figaro.fr, 10 novembre 2009.
  12. « Troisième salve de parpaings aux Gérard de la télévision », Macha Séry, Le Monde.fr, 3 décembre 2009.
  13. « Une "Miss Black France" sera élue samedi à Paris », L'Obs.com avec AP, 27 avril 2012.
  14. « Miss Black France, l'élection qui divise », Le Parisien.fr, 28 avril 2012.
  15. « Miss France, Miss White France », Fred Royer et Louis-Georges Tin, Slate.fr, 10 décembre 2012.
  16. « A quand une femme noire en couverture de "Elle" ? », Le Monde.fr, 31 janvier 2012.
  17. « Bref, je crois que je suis raciste », Meltybuzz.fr (consulté le 15 juin 2017).
  18. « Handicap International fête son trentième anniversaire en musique », Jean-Yves Dana, La Croix.com, 28 septembre 2012.
  19. (es) « Los 'premios Gerardos' coronan a Mariló Montero y Pablo Motos como peores presentadores », Sra Álvarez, 20 Minutos.es, 15 janvier 2014.
  20. « Exclu. La réponse du créateur des Gérard aux insultes de Mouloud Achour », programme-tv.net (consulté le 15 juin 2017).
  21. « Les anecdotes historiques avec Frede Royer », France Bleu.fr (consulté le 15 juin 2017).
  22. « 10 anecdotes scientifiques improbables, d’après Frede Royer », Gaëtan Lebrun, Neonmag.fr, 28 avril 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]