Frédéric Régamey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Régamey
Image dans Infobox.
Autoportrait et caricatures
Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Père
Fratrie
Enfant

Frédéric Régamey né le à Paris et mort dans la même ville le est un écrivain, peintre, illustrateur et graveur français.

Il représente des sujets sportifs — en particulier l'escrime et l'équitation —, des scènes militaires et des sujets alsaciens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric Régamey est le troisième fils de Louis Pierre Guillaume Régamey (1814-1878), dessinateur et lithographe, et le frère de Guillaume (1837-1875) et de Félix Régamey (1844-1907), tous deux peintres et illustrateurs.

Il est l'époux d'une Alsacienne de Beblenheim, Jeanne Heilmann, connue comme écrivain sous le nom de Mme Frédéric Régamey, de Jeanne Régamey ou encore sous le pseudonyme de Jeanne Rival. Un de leurs enfants est Raymond, connu sous le nom de Pie Raymond Régamey (1900-1996), dominicain et historien de l'art.

Il met en œuvre la chromolithographie comme illustrateur. En 1873, il fonde la revue Paris à l'eau-forte. En 1885, il participe au lancement de l'Illustré quotidien[1].

Durant la Première Guerre mondiale, il travaille notamment en tant qu'illustrateur et réalise de nombreux dessins pour des éditeurs de cartes postales.

Il meurt le à son domicile dans le 16e arrondissement de Paris[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Affiche pour Fille d'Alsace (1909).

Élève d'Horace Lecoq de Boisbaudran, Frédéric Régamey expose au Salon des artistes français, où il obtient une mention honorable en 1892. En 1912, il devient membre de la Société nationale des beaux-arts. En Alsace, il participe, en 1920, à l'Exposition de la Société des arts de Mulhouse. Influencé par l'impressionnisme, sa conception de l'art change à partir de son séjour en Alsace (1908–1912). Mais son intérêt pour les artistes alsaciens est antérieur. En effet, dès août 1901, il participe aux réunions du Kunschthafe ou Marmite aux Arts à Schiltigheim.

Pour se distinguer de son frère Félix, il signe « Fc. Régamey ».

Journaux et revues[modifier | modifier le code]

En 1873, il fonde avec Richard Lesclide une revue hebdomadaire Paris à l'eau-forte. Il collabore au Musée des Deux-Mondes où il introduit le procédé de la chromolithographie, ainsi qu'au Saint-Nicolas, au Philibert, au Journal de la jeunesse et à l’Illustrated London News. En 1885, il fonde l’Illustré quotidien[3].

Illustrations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Daniel Darc, La Princesse Méduse (1880), illustration de Félix et Frédéric Régamey.
  • Daniel Darc, La Princesse Méduse, Paris, 1880, illustré par Félix et Frédéric Régamey.
  • Richard Lesclide, Mémoires des Frères Hanlon Lees, préfacé par Théodore de Banville, 1880, six eaux-fortes.
  • François Musany, Traité d'équitation, Paris, Baudoin, 1888, 132 pages, 78 vignettes et croquis.
  • François Musany, Traité d'équitation, Paris, Baudoin, 1888, 240 pages, 122 vignettes et croquis.
  • François Musany, L'amazone. Au manège, à la promenade. Traité de l'équitation des dames, Paris, Rothschild, 1888, 178 pages, 206 vignettes et croquis.
  • Esprit-Pascal Jouffret, Traité de la conduite en guides et de l'entretien des voitures, Paris, Baudoin, 1889, 150 pages, vignettes et croquis.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne et Frédéric Régamey, Récits d'un vieil Alsacien, préface de Maurice Barrès, Paris, Éditions Albin Michel, 1905.
  • Collectif, L'Alsace et la Lorraine - Les provinces captives, préface de Maurice Barrès, Toulouse, Éditions B.Sirven, 1917.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture (1820–1920), Paris, Les Éditions de l'Amateur, t. t.II, 1982.
  • Roland et Anne-Marie Holveck, L'Alsace vue par les illustrateurs, Société Alsacienne d'Expansion Photographique, 1982.
  • François Lotz, Artistes peintres alsaciens de jadis et de naguère (1880–1982), 1987.
  • Marcus Ostwalder, Dictionnaire des illustrateurs (1800–1914), Neuchâtel, Ides et Calendes, 1989.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Julien et Walter Kiwior, Le Kunschthaafe. Art, histoire et gastronomie en Alsace, Strasbourg, Éditions Aktuaryus, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]