Frédéric Plessis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un journaliste image illustrant français
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un journaliste français et un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Frédéric Plessis
Plessis, Frederic (Gerschel, 1899).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de

Frédéric Plessis (Brest - Paris ) est un poète, romancier, journaliste et professeur de lettres français.

Études[modifier | modifier le code]

Il commence ses études au Lycée de Brest et les achève au Lycée Saint-Louis de Paris. Il obtient une licence en droit en 1871 à l'Université de Rennes, puis soutient une thèse sur « Le mandat et la gestion d'affaires » à la Sorbonne de Paris en 1876. Il va ensuite obtenir, en 1878, une licence ès-Lettres à l'Université de Clermont-Ferrand, optant pour une carrière de philologue latiniste. Après un passage à l'École des Hautes Études où il =se perfectionne en latin sous la direction d'Eugène Benoist, il obtient une mission pour aller étudier des manuscrits anciens à Wolfenbüttel en Allemagne.

Carrière universitaire et littéraire[modifier | modifier le code]

Il est nommé maître de conférence auprès des université de Poitiers et de Caen et soutient une thèse de Lettres à paris en 1886 sur Properce. Il est alors chargé de cours à Bordeaux, puis à Lyon, avant d'obtenir un poste à l'École normale supérieure.

Il est ensuite nommé professeur-adjoint à la Sorbonne. Il produit de nombreuses traductions et éditions latines (Térence, Properce, Cicéron, Virgile, Horace) en traitant principalement la poésie latine.

Lui-même poète en français, Il se fait le défenseur du néo-classicisme et devient proche de l'Action française de Charles Maurras. Il fut l'un des collaborateurs de la Revue critique des idées et des livres fondée en 1908 par Jean Rivain et Eugène Marsan. Il fut aussi chroniqueur littéraire au quotidien La Presse et fut l'un des directeurs, de 1907 à 1909 du Bulletin critique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Poésie française
    • La Lampe d'Argile, 1887
    • Vesper, 1897 Texte en ligne sur Gallica
    • Poésies complètes, comportant La Lampe d'Argile, Vesper et Gallica, 1904
    • La Couronne de lierre, 1921 et 1937 (revue et augmentée)
  • Publications savantes
    • Édition de « Les Adelphes » de Térence, 1884
    • Études critiques sur Properce et ses élégies, 1884
    • Essai sur la polémique de Cicéron et des Attiques, 1896
    • Métrique grecque et latine, 1888
    • Horace, avec la collaboration de Paul Lejay, 1903
    • Choix d'épitaphes latines en vers, 1905
    • Histoire de la poésie latine 1909
    • Odes et épodes d'Horace, Hachette

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire biographique du Finistère, Flammarion, 1911.

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]