Frédéric Pajak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric Pajak
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Père
Jacques Pajak (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Frédéric Pajak, né le à Suresnes, est un dessinateur, écrivain et éditeur français et suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric Pajak est le fils de l'artiste peintre Jacques Pajak.

Il voyage beaucoup, forme et affirme sa sensibilité. Rédacteur en chef de plusieurs journaux culturels et satiriques, notamment le mensuel culturel Voir, il publie également des dessins dans ses journaux, gagne un prix du scénario à Locarno pour un film en préparation. En 1987, il publie un roman Le bon larron publié chez Bernard Campiche éditeur. L'Immense solitude, paru en 1999, est l'ouvrage qui le fait connaître. Pour ce livre, il reçoit le Prix Michel-Dentan 2000. Dans ce livre, Pajak invente une forme parfaitement originale : le texte et le dessin sont si intimement imbriqués qu'ils doivent se lire ensemble. Ce n'est pas un livre illustré, ni une forme de BD, mais un alliage à la fois fascinant et puissant entre les mots et les images, qui sont comme mis en miroir. Désirant avant tout ne pas se confiner à un champ plutôt qu'à un autre, Frédéric Pajak est à la fois peintre et écrivain. En 2000, Pajak met en scène le poète Guillaume Apollinaire dans Le chagrin d'amour, livre qui procède de la même veine que L'immense solitude. En 2001, il publie Humour, une biographie de James Joyce, en collaboration avec Yves Tenret.

Au printemps 2006, il publie un roman chez Gallimard, La Guerre sexuelle. Il a également lancé de nombreuses revues dont L'Imbécile et il édite chez Buchet Chastel la collection Les Cahiers dessinés, dans laquelle il rassemble des peintres, des dessinateurs et des auteurs de bande dessinée.

Il remporte le prix Médicis essai 2014 pour le troisième tome du Manifeste incertain[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vincy Thomas, Marie-Christine Imbault, « Les prix Médicis 2014 pour Antoine Volodine, Lily Brett et Frédéric Pajak », sur Livres Hebdo, (consulté le 4 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]