Frédéric O'Brady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédéric O'Brady
Nom de naissance Frigyes Ábel
Naissance
Budapest, Autriche-Hongrie
Décès (à 99 ans)
Rochester, État de New York, États-Unis
Profession Acteur

Frédéric O'Brady, né Frigyes Ábel le à Budapest et mort le à Rochester[1], est un acteur, artiste de cabaret et écrivain d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartient à une famille juive dans laquelle on parle notamment hongrois, allemand et français. Il parlera sept langues dont le russe (à Paris, il lit des journaux russes assez régulièrement) et l'anglais. Il émigre en France. Homme de gauche courant "quatrième internationale", ses tendances sont anarchisantes.

Il fréquente le milieu surréaliste et est à la fois acteur de théâtre, de cinéma, puis de télévision, chanteur, fantaisiste, marionnettiste, pianiste, compositeur, écrivain... Il mène tout de front et ne semble pas souhaiter choisir.

Il participe à Ubu roi (monté par Sylvain Itkine, décors de Max Ernst et Jean Effel) en 1937. Au cinéma il tient des petits rôles dans plus de 30 films, notamment dans Drôle de drame de Marcel Carné, La vie est à nous de Jean Renoir, Dossier secret (Monsieur Arkadin) d'Orson Welles.

Son physique (il dit mesurer 1,67 m), son crâne dégarni, puis rasé et poli, et son accent d'Europe Centrale lui sont tantôt des avantages, mais plus souvent des inconvénients.

Pendant la guerre, il se fait discret puis s'engage dans la Légion étrangère, où il aurait été accepté malgré sa taille (matricule de recrutement n°14468, 1re Région militaire, Bureau central de la Seine). Dans les années 1950, il joue l'opérette avec Bourvil, Georges Guétary, Annie Cordy et se produit dans des cabarets (La Rose Rouge (?)), en même temps qu'il poursuit ses autres activités.

À la télévision, il monte des spectacles de "billes", marionnettes limitées à une boule figurant la tête du personnage et participe aux premières émissions du type caméra cachée.

Il compose de la musique (?) et publie un livre Extérieurs à Venise(1950), préfacé par Orson Welles, puis Le Ciel d'en face (1954) qui est présenté au prix Goncourt. Il aussi publie quelques livres en anglais, parmi eux All Told et There's Always a Throgmorton (1970, Simon and Schuster, New York SBN 671-20644-3).

Il est nommé en 1981 chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres[2],[3].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Frédéric O'Brady sur l’Internet Movie Database
  2. (en) « Wordsworth and O’Brady Star in “Faustus” », The Gleaner, Rochester, Nazareth College, vol. 57, no 4,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  3. (hu) György Székely (dir.), Magyar színházművészeti lexikon [« Encyclopédie hongroise d'art dramatique »], Budapest, Akadémiai kiadó, (ISBN 963-05-6635-4), « O’Brady, Frederic; Ábel Frigyes ».

Liens externes[modifier | modifier le code]