Frédéric Mazzella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frédéric Mazzella, né le à Nantes, est un chef d'entreprise français, dirigeant de la plateforme de covoiturage BlaBlaCar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un professeur de mathématiques et d'une professeur de français, il a grandi à Sérigné (Vendée)[2]. Il a étudié comme boursier au lycée Henri-IV en maths-sup et spé, étant reçu à l'École normale supérieure en physique puis à l'université Stanford (États-Unis) entre 1999 et 2002, payant son inscription en travaillant en parallèle pour la NASA[1],[3].

En 2006, il rachète covoiturage.fr (devenu BlaBlaCar en 2013), une plate-forme permettant de mettre en relation des personnes souhaitant effectuer un covoiturage. Les débuts sont difficiles (il emprunte 70 000 euros à sa formation à l'INSEAD, qu'il rembourse en 2013) et il ne se verse son premier salaire qu'en 2009. Xavier Niel dit de Frédéric Mazzella qu'il est « la plus grande star française de l'Internet »[1]. À l'automne 2015, l'importante levée de fonds réalisée par son entreprise le met sur le devant de la scène[4],[5].

En mai 2015, il lance avec d'autres chefs d'entreprise le mouvement « Reviens Léon, on innove à la maison ! », afin d'inciter les entrepreneurs français expatriés à revenir innover dans leur pays[1],[5].

En parallèle de sa carrière professionnelle, il est passionné de musique, ayant étudié au Conservatoire national de musique de Paris[1]et jouant de quatre instruments, dont le violon et le piano[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marie-Pierre Gröndahl, « Frédéric Mazzella - Le créateur de BlaBlaCar vient de lever 200 millions de dollars auprès d'investisseurs », Paris Match, semaine du 1er au 7 octobre 2015, pages 102-103.
  2. Donald Hébert, « BLABLACAR. Musicien, stratège, patriote... 10 choses à savoir sur Frédéric Mazzella », tempsreel.nouvelobs.com, 21 septembre 2015.
  3. Juliette Deborde, « Frédéric Mazzella. Transporté », liberation.fr, 1er octobre 2014.
  4. Richard Poirot, « Frédéric Mazzella, Blabla cash », sur liberation.fr,
  5. a, b et c Valérie de Senneville, « Frédéric Mazzella, une réussite sans bla-bla », sur lesechos.fr, (consulté le 7 janvier 2016)