Frédéric Le Moal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Moal.
Frédéric Le Moal
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Frédéric Le Moal, né le 15 juillet 1972, est un historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Frédéric Le Moal est docteur en histoire (doctorat obtenu à l'université Paris IV - Sorbonne).

Carrière[modifier | modifier le code]

Spécialiste des Balkans dans la Première Guerre mondiale, il publie sa thèse, en 2006, La France et l'Italie dans les Balkans, 1914-1919. Il obtient pour cela le prix du Mémorial du Front d'Orient.

Il est actuellement professeur au lycée militaire de Saint-Cyr, à l'Institut catholique de Paris et à l'Institut Albert le Grand (Les Ponts de Cé/Angers)[1]. Il a également été professeur au Collège d'enseignement supérieur de l'armée de terre (CESAT).

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La France et l'Italie dans les Balkans, 1914-1919 : le contentieux adriatique, L'Harmattan, 2006 (préface de Georges-Henri Soutou).
  • La Serbie, du martyre à la victoire (1914-1918), 14-18 éditions, 253 pages, 2008[2].
  • avec Max Schiavon, Juin 1940, la guerre des Alpes. Enjeux et stratégies, 2010.
  • Frédéric Le Moal, Le Front yougoslave pendant la Seconde Guerre mondiale : de la guerre de l'Axe à la guerre froide, Éditions Soteca, , 272 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-916385-53-2).
  • Victor-Emmanuel III. Un roi face à Mussolini, Perrin 2014 (556 p.)
  • Les divisions du pape : Le Vatican face aux dictatures 1917-1989, Perrin, 2016, 350 pages[3].
  • Histoire du fascisme, Perrin, 2018, 421 pages[4],[5],[6].

Articles de revues[modifier | modifier le code]

  • « La création d'une légion monténégrine. Les enjeux politiques et militaires 1916-1918 », in Guerres mondiales et conflits contemporains, 2004/1, n° 213
  • « L'année 1915 dans les relations franco-italiennes : l'année de la rupture ? », in Guerres mondiales et conflits contemporains, 2005/4, n° 220
  • « Raffaele Guariglia à Paris (1938-1940) : reflet de l'impossible rapprochement franco-italien ? », in Transversalités, 2011/3, N° 119
  • « Le plébiscite de Klagenfurt : des militaires français hostiles aux Yougoslaves ? », in Guerres mondiales et conflits contemporains, 2016/1, N° 261

Compte rendu[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Le Moal, interviewé par Eugénie Bastié, « "Il n'y a jamais eu autant d'antifascistes depuis que le fascisme a disparu" », lefigaro.fr, 4 mai 2018.
  2. « Frédéric Le Moal, La Serbie, du martyre à la victoire (1914-1918) », Martin Motte, Revue historique des armées, 260, 2010, mis en ligne le 2 août 2010.
  3. « Le Soft Power du Vatican (II) : la politique numérique et la politique de communication du Vatican. », franceculture.fr, 1er janvier 2017.
  4. William Bourton, « Le fascisme, une révolution avortée », lesoir.be, 13 mai 2018.
  5. Jean Sévillia, « Le fascisme, enfant de la modernité », Le Figaro Magazine, semaine du 18 mai 2018, p. 90.
  6. Frédéric Taddeï, « Avons-nous vraiment vaincu le fascisme ? », Europe 1, 08/05/18

Liens externes[modifier | modifier le code]