Frédéric Laffont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laffont.
Frédéric Laffont
Description de l'image Portrait Frederic Laffont.jpg.
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Directeur de la photographie
Réalisateur
Producteur
Ingénieur du son
Scénariste

Frédéric Laffont est un reporter et cinéaste documentariste français. Il obtient le prix Albert-Londres pour son reportage sur la vie quotidienne à Beyrouth en temps de guerre. 

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a créé, avec Christophe de Ponfilly, l’agence de presse Interscoop et la société de production de longs métrages Albert Films[1].

Il dirige Camera Magica, une maison de production de films documentaires créée en 2008.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]
Téléfilms[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Ingénieur du son[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mille et un jours, mille et une nuits Éditions Arléa
  • Poussières de guerre Éditions Robert Laffont
  • Maudits soient les yeux fermés… Éditions J.C. Lattès

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (février 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Sélection compétition BAFF 2016 pour Les Enchanteurs. Bruxelles, Belgique.
  • Prix Albert Londres 1987 pour La Guerre des nerfs. Beyrouth, Liban.
  • Étoile de la Société des Auteurs (SCAM) 2014 pour Liban des guerres et des hommes
  • Étoile de la Société des Auteurs (SCAM) 2013 pour Dans les bottes de Clint
  • FIPA 2013, sélection officielle pour Liban, des guerres et des hommes
  • FIPA 2010, sélection officielle en compétition pour 1$ pour 1 vie
  • Étoile de la Société des Auteurs (SCAM) 2007 pour Mille et un jours
  • Prix spécial du jury du Festival du scoop d’Angers 2002 pour Poussières de paix
  • Prix du jury du Festival de Saulieu, 2002 pour Fugues américaines – Cajun, Louisiane
  • Grand prix de géographie Ptolémée, 2000 pour Liban
  • Prix Spécial du Festival du Scoop d'Angers 1996 pour Maudits soient les yeux fermés
  • Prix Écran d'Or du Festival Vues d'Afrique Montréal 1996, Maudits soient les yeux fermés
  • Prix du meilleur film sportif au Festival de Palerme, 1994 pour À quoi rêvent les boxeurs ?
  • Prix Jules Verne 1994 du meilleur documentaire pour Capitaine W., astronaute
  • Nymphe d'or Festival de Monte-Carlo, 1993 pour Beyrouth, des balles et des ballons
  • Prix de la critique internationale Monte-Carlo, 1993 pour Beyrouth, des balles et des ballons
  • Prix au Festival International de Monte-Carlo, 1992 pour À cœur, À corps, À cris
  • Aigle d'or du Festival International d'histoire de Rueil, 1990 pour Poussières de Guerre
  • Grand Prix Festival international de Journalisme d’Angers, 1990 pour Poussières de Guerre
  • Prix du Meilleur Journaliste Reporter d'Images, La Ciotat 1988 pour Pas de larme pour Mao
  • Prix spécial du jury au Festival de Monte-Carlo, 1987 pour La mer arrive encore au Liban
  • Lauréat de la Course Autour du Monde, 1984.

Presse[modifier | modifier le code]

Richard Cannavo, Le Nouvel Obs :

“A rare filmmaker”.

Angels and Demons of the Inner City

L’Express : “This documentary,  a masterpiece that should be shown on the big screen, has the haunting beauty of Pasolini’s first films.    With this work, devoid of the usual cliches,  F.L. proves that  no subject is hackneyed when tackled with such passion.” Le Point : “The director, F.L., has made a challenging film that annihilates well-meaning sentiment and preconceived ideas about law and order. “

Le Chef’s secrets

Télé 7 jours : “More than just a delight for the senses, this film, replete with the alchemy that all-too rarely materializes between a director, a virtuoso of sound and image, and an inspired man, transmits a powerful message.”

Racket on Land and Sea

Télérama: “ Frederic Laffont gives us not a small pleasure but a very big one.  Difficult to summarize, this rich and beautiful documentary brings to life a neighbour or friend who happens to casually stroll in front of the lens, in just a few shots.  This magnificent homage to magicians of the ordinary conveys a tremendous sense of joy.”

CNN planet

Le Nouvel Obs:  “A dazzling success, this documentary renders all prior debate about television obsolete.   Laffont abstains from commenting or judging in any way,  preferring to lure CNN into something like their own trap by letting the pictures speak for themselves. The need for brilliant dissidents like Frédéric Laffont and for a haven such as Arte to host them has, tragically, never seemed so great.”Le Monde:  “Frederic Laffont opts for no comments.  Instead, He lets the images speak for themselves, thereby mimicking the CNN approach.   That network’s system and philosophy are vividly exposed in this remarkable and disturbing documentary.”

Cursed be closed eyes

La Vie : “Like throwing a stone in a pond — infinite shock waves.”

Captain W. Astronaute

National Air and Space Museum : “It is one of the best astronaut biographies I have seen. I thought it was humorous without mocking the subject. It allowed Wally to tell his own story. It was a pleasure to watch this program.”

What do boxers dream about?

VSD : “12 rounds, in a Parisian suburb’s boxing club.  A winner by knock-out.”

God, PO box, Jerusalem

La Croix: “In this film for Zanzi bar, Frederic Lafont’s approach is similar to the one he used in his film «Beirut, bullets and balls», winner of the Nymphe d’Or at the Monte-Carlo Festival.  Once again, he manages to convey a complex reality with sensitivity and dedication. “

Interval in Prague’s Chateau

Le Pélerin : “A truly extraordinary documentary.”

Beirut, bullets and balls

Le Monde :   “Here is a very talented director:  from detail to detail, from confession to confession, from a supporter’s shout to a poetic thought, F.L. turns a soccer film into a deeply allegorical work about Lebanon."

Frontline doctors

Télérama  : “One year filming, five months editing, 150 hours of rushes. When Christophe de Ponfilly and Frédéric Laffont embark on a film, they take their time looking around, listening, and observing.  The style of these free-thinking directors, both Albert Londres Award winners, sets a new standard for documentary film-making.”

Dust of Wars

Le Figaro : “Christophe de Ponfilly and Frédéric Laffont have hunted down the scars left by the absurd Afghan-Soviet conflict on both sides. A formidable task and an admirable result. “

VSD : “A magnificent work. The spirit of great reporting in the real sense of the word.”

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Albert Films », sur www.unifrance.org (consulté le 6 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]