Frédéric II de Saluces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric II de Saluces
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Margrave
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Del Vasto (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Riccarda Visconti (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Béatrice de Genève (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Blason famille fr d'Altier de Borne.svg
blason

Fredéric II de Saluces (Italien: Federico II del Vasto ou di Saluzzo) né en 1332 mort en 1396 inhumé dans l'église du couvent des dominicains de Saluces marquis de Saluces de 1357 à 1396.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric II est le fils de Marquis Thomas II de Saluces et de son épouse Richarde (qui teste en 1361) fille de Galés Ier Visconti. Il succède à son père en 1357 mais il hérite d'une position très affaiblie par la récente guerre civile qui a opposé jusqu'en 1344 son grand-père Frédéric Ier († 1336) puis son père à Manfred V († 1389/1392) demi-frère de Frédéric Ier et qui l'oblige à passer un accord avec son grand-oncle à qui il abandonne plusieurs seigneuries afin de conclure une paix définitive.

Les relations sont tendues désormais avec la Maison de Savoie à qui Frédéric II refuse l'Hommage lige en représailles Amédée VI de Savoie lui enlève Barge et Revello. A la recherche d'alliés, il fait hommage à Barnabé Visconti le ce qui lui aliène ses frères cadets qui prennent le parti du comte de Savoie. Entouré d'ennemis dans le Piémont, Frédéric II n'a d'autre issue que de rechercher la protection de la cour de France. En avril 1375 Frédéric II jure allégeance au jeune Dauphin de France, lui soumettant l'ensemble du Marquisat. En 1360, il épouse Béatrice de Genève, fille d'Hugues de Genève[1], opposant acharné à la maison de Savoie.

Au cours des quarante années suivantes la maison de Saluces, menacée en permanence par la Savoie, a recours à l'aide des Français, leur demandant d'intervenir en sa faveur dans les querelles transalpines .

En 1376, Frédéric se rend à Paris et obtient du roi de Charles V de France que les différends qui l'opposent à la Savoie soient tranchés devant le parlement de Paris. En 1384 Frédéric II revendique une partie de l'héritage de la reine Jeanne Ire de Naples dans le Piémont et occupe diverses localités dans la vallée de la Stura di Demonte Amédée VI de Savoie intervient et annexe le Castellar et d'autres petites cités[2].

Frédéric II renouvelle sa vassalité au Dauphin Charles († 1401) fils de Charles VI de France. Amédée VII de Savoie proteste mais la reine Isabeau de Bavière et le duc Louis de Touraine qui dirigeait la diplomatie française depuis 1392 soutiennent sa cause[3]. L'hostilité avec la Savoie se poursuit et en 1394 Thomas comte de Carmagnola, fis ainé et héritier de Frédéric II, est battu et capturé par Amédée de Piémont. Il est détenu pendant près de deux ans à Turin et pour se libérer il doit payer une rançon de 20.000 florins d'or et renouveler l'hommage prêté jadis par son père. Frédéric II meurt en 1396 et Thomas III lui succède.

Le règne de Frédéric II de Saluces est la première étape du processus de vassalisation du marquisat par la France qui mènera, au XVIe siècle, après la mort de Gabriel de Saluces à l'incorporation de ses domaines dans le royaume de France.

Famille[modifier | modifier le code]

Frédéric II de Saluces épouse en 1360 Béatrice de Genève, fille de Hugues de Genève, seigneur d'Anthon et de son épouse Isabelle Dame d'Anthon (après 1405)[1],[4], avec qui il a neuf enfants :

  • Thomas III de Saluces, son successeur.
  • Amédée de Saluces († ).
  • Pierre(† 1412), chanoine au chapitre de Lyon et du Puy ; évêque de Mende.
  • Hugues, seigneur de Sanfronte, Morny, Monreale et Bastide. ∞ (1391) Marguerite des Baux, fille de Bertrand, seigneur de Jonquières, et de Bronde Adhémar-Grignan
  • Robert (cité en 1381). Moine dominicain.
  • Jacques. Moine Dominicain.
  • Paula. ∞ Francesco [II] del Carretto, seigneur di Millesimo († [1385/86]), puis (1388) Framonte de Cars.
  • Violante. ∞ (1389) Antonio de Porri, sonte de Pollenzo, Pocapaglia, San Vittore et Braida, marquis de Val Brebbia.
  • Constance. ∞ seigneur de Soult, puis Jean III de Sancerre (1334-1402/03).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Charles Cawley, « Beatrix Geneva », sur fmg.ac/MedLands (Foundation for Medieval Genealogy) (consulté en juillet 2021).
  2. Marie-José de Belgique La Maison de Savoie: Les origines le Comte Vert- le Comte Rouge Éditions Albin Michel Paris 1956, p. 310, note n°1.
  3. Marie-José de Belgique Op.cit p. 324-325.
  4. Robert Avezou, « Les possessions de la famille de Genève en Bas-Dauphiné aux XIVe et XVe siècles », dans Collectif, Mélanges offerts à M. Paul-E. Martin par ses amis, ses collègues, ses élèves, t. XL, Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, (lire en ligne), p. 376. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Delfino Muletti, Carlo Muletti Memorie storico-diplomatiche appartenenti alla città ed ai marchesi di Saluzzo, Tome IV, Livre 11 (1357-1396) Domenico Lobetti-Bodoni Saluzzo 1880.
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill , Leyde 1890-1893, réédition 1966. Volume III, chapitre XII, §.11 « Saluces » et tableau généalogique n° 16 p. 731-732

Liens externes[modifier | modifier le code]