Frédéric Fréry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Fréry
Frédéric Fréry en mars 2020.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directrice de thèse
Denise Flouzat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Frédéric Fréry, né le à Paris, est enseignant-chercheur dans le domaine de la stratégie d'entreprise, du management et de l'innovation[1],[2].

Il est professeur à l’ESCP et à CentraleSupélec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric Fréry est diplômé de l'ESCP, titulaire d’un mastère spécialisé technologie et management de l'École centrale Paris en 1990, d'un diplôme d'études approfondies, d'un doctorat ès sciences de gestion et du diplôme d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’université Panthéon-Sorbonne. Il a été Visiting Scholar à l'université Stanford et Visiting Professor à l'université du Texas à Austin. Il a aussi enseigné à l'université Lomonossov de Moscou et à l'Institut de technologie et d'études supérieures de Monterrey au Mexique[1].

Il a écrit ou participé à plusieurs dizaines d'ouvrages sur la stratégie, le management et l'innovation, dont le manuel Stratégique[3] (avec Richard Whittington, Duncan Angwin, Patrick Regnér, Gerry Johnson et Kevan Scholes, actuellement à sa 13e édition), et 100 Idées impertinentes pour mieux manager[4], le premier ouvrage original en français publié par la Harvard Business Review, qui a été intégralement republié dans un numéro hors série de la Harvard Business Review France[5]. Il a notamment préfacé les éditions françaises d'ouvrages de Henry Mintzberg[6] et de Gary Hamel[7]. Il a également publié des articles dans des revues telles que la MIT Sloan Management Review, la Revue française de gestion (pour laquelle il a co-dirigé en un dossier spécial consacré aux écosystèmes d'affaires), la Harvard Business Review France[8] et Gérer et Comprendre. Il a été vice-président de l’association internationale de management stratégique de à , président du comité d’organisation de la conférence et membre du comité scientifique des conférences de à .

En tant que professeur à l’ESCP, il reçoit le Prix de l’excellence pédagogique 2009[1]. Il dirige le programme Full-Time MBA de à , le programme Executive MBA de à et le programme Global Executive PhD depuis . Il est titulaire de la chaire KPMG/ESCP gouvernance, stratégie, risques et performance[1] de à , à la suite de quoi il devient fellow de l'Institute for Corporate Governance[9] en . Il siège au conseil d'administration de l’ESCP de à .

En , il est nommé professeur à CentraleSupélec à titre honorifique. Il y assure le cours de stratégie dans la filière Métiers d’analyse et d’aide à la décision[10].

De à , il dirige le tronc commun des enseignements de gestion à l'ENSAM[1].

Recherche[modifier | modifier le code]

Les travaux de recherche de Frédéric Fréry portent essentiellement sur les stratégies d'externalisation, l'innovation stratégique (avec notamment la notion de technologies éternellement émergentes), l'agilité, les dimensions fondamentales de la stratégie et l'utilisation stratégique de ressources ordinaires.

Les stratégies d'externalisation, le management 2.0 et l'uberisation[modifier | modifier le code]

À la suite de sa thèse de doctorat en sciences de gestion soutenue en [11], Frédéric Fréry publie une série d'articles et de chapitres d'ouvrages sur les stratégies d'externalisation en développant la notion d'entreprise virtuelle, c'est-à-dire une entreprise qui externalise l'essentiel de son activité auprès de prestataires externes. Ces travaux mobilisent notamment ceux de Ronald Coase et Oliver Williamson consacrés aux coûts de transaction, mais en s'inscrivant dans une perspective de management stratégique et non d'économie.

Dès , dans une communication intitulée Et si l'entreprise n'était qu'un épisode de l'histoire ? présentée lors des 12e Journées des IAE à Montpellier, Frédéric Fréry envisage que, du fait des progrès des technologies de l'information, les entreprises intégrées pourraient être remplacées par des transactions entre des prestataires indépendants. Dans la deuxième moitié des années 2010, cette réflexion débouche sur ses travaux consacrés à l'ubérisation.

En , Frédéric Fréry publie un ouvrage sur Benetton, entreprise qui fait l'objet d'une analyse dans sa thèse de doctorat et qu'il présente comme un archétype d'entreprise virtuelle[12]. Une deuxième édition de cet ouvrage est publiée en . Ce travail sur Benetton vaut à Frédéric Fréry d'être fréquemment interviewé par les médias économiques[13],[14].

En , dans un article de la Revue française de gestion, Frédéric Fréry présente les trois principaux avantages d'une entreprise virtuelle par rapport à une entreprise intégrée classique :

  1. Les coûts fixes sont remplacés par des coûts variables, d'où un abaissement du seuil de rentabilité et une plus grande adaptabilité ;
  2. Les coûts indirects sont remplacés par des coûts directs, d'où une plus grande lisibilité ;
  3. Le droit du travail est remplacé par le droit commercial, d'où une plus grande flexibilité.

Cependant, l'entreprise virtuelle souffre d'un inconvénient majeur : la difficulté du contrôle des prestataires externes. Pour répondre à cette limite, Frédéric Fréry propose trois formes d'intégration alternatives à l'intégration capitalistique classique :

  1. L'intégration logistique : contrôle des transactions au sein du réseau ;
  2. L'intégration médiatique : contrôle de la marque qui ajoute l'essentiel de la valeur aux offres ;
  3. L'intégration culturelle : contrôle par le fait que le réseau se déploie au sein d'une communauté existante.

En , Frédéric Fréry poursuit ses travaux sur les entreprises virtuelles par la notion de management 2.0, puis à partir de les relie à celle d'ubérisation de l'entreprise, présentée comme une forme d'externalisation maximale.

Les technologies éternellement émergentes[modifier | modifier le code]

En , Frédéric Fréry commence à travailler sur le management de l'innovation avec la publication, avec Joël Broustail, d'un ouvrage intitulé Le Management stratégique de l'innovation[15].

En , dans un chapitre d'ouvrage[16], il propose la notion de technologies éternellement émergentes, c'est-à-dire des technologies dont on anticipe éternellement le succès, alors que celui-ci ne se concrétise jamais. Selon Frédéric Fréry, l'exemple emblématique de technologie éternellement émergente est la voiture électrique[17]. Toujours en , Frédéric Fréry présente la notion de technologie éternellement émergente lors d'une conférence en l'Association internationale de management stratégique.

En , Frédéric Fréry actualise ses recherches sur les technologies éternellement émergentes lors d'une présentation au séminaire de recherche "Management de l’innovation : théories et pratiques" de la Chaire Management de l’Innovation de l'École Polytechnique[18],[19].

L'agilité[modifier | modifier le code]

En , dans le cadre de son séjour comme professeur visitant à l'université du Texas à Austin, Frédéric Fréry contribue à importer en France la notion de management agile[20]. Il définit l'agilité comme « la capacité à maintenir la compétitivité des entreprises alors que la turbulence de leur environnement dépasse leur vitesse d’adaptation traditionnelle. »

En , dans un article publié dans l'Expansion Management Review, Frédéric Fréry définit l'agilité comme une des postures envisageables face à l'incertitude[21].

Les dimensions fondamentales de la stratégie d'entreprise[modifier | modifier le code]

En , dans un article publié par la MIT Sloan Management Review, les dimensions fondamentales de la stratégie[22], Frédéric Fréry propose de résumer la stratégie d'entreprise par trois dimensions fondamentales, qui forment le modèle VIP :

  1. Valeur (quel est notre modèle économique ?) ;
  2. Imitation (quel est notre avantage concurrentiel ?) ;
  3. Périmètre (quel est notre périmètre d'activité ?).

Par la suite, Frédéric Fréry reprend et développe ce modèle dans les éditions successives de son manuel Stratégique[3].

Les stratégies mobilisant des ressources ordinaires[modifier | modifier le code]

En , dans un article publié par la MIT Sloan Management Review[23], Frédéric Fréry, Xavier Lecocq et Vanessa Warnier soulignent l'intérêt stratégique des ressources ordinaires. La théorie de la ressource, notamment développée par Jay Barney, postule que l'avantage concurrentiel doit reposer sur la maîtrise de ressources stratégiques. Or, certaines entreprises, comme Uber, Airbnb ou McDonald's, préfèrent mobiliser des ressources ordinaires : particuliers équipés d'un véhicule, locaux disponibles, personnel peu qualifié, etc. La mutualisation de ces ressources ordinaires, notamment au moyen de plateformes numériques, permet de concurrencer les ressources stratégiques.

Cet article fait suite à une communication présentée lors de la 19e Conférence Internationale de Management Stratégique à Luxembourg en juin et à un article publié dans la Revue française de gestion en .

Autres activités[modifier | modifier le code]

Frédéric Fréry est expert auprès de l'Association progrès du management depuis .

Il est conférencier auprès de nombreuses entreprises et associations professionnelles et intervient fréquemment dans les médias économiques[24],[25],[26],[27].

Il est l'auteur de nombreuses [28] vidéos consacrées à des questions de stratégie, de management et d'innovation, disponibles sur la plateforme Xerfi canal.

Il est expert auprès de l'Institut i7 pour l'innovation et la compétitivité.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Stratégique, 13e édition, avec Richard Whittington, Duncan Angwin, Patrick Regnér, Gerry Johnson et Kevan Scholes, Pearson,  ; 12e édition en  ; 11e édition en  ; 10e édition en  ; 9e édition en  ; 8e édition en  ; 7e édition en [3]. Ouvrage labellisé par le Collège de Labellisation de la FNEGE dans la catégorie Manuel Enseignement Supérieur en .
  • 100 Idées impertinentes pour mieux manager, Harvard Business Review/Prisma, [4]. Ouvrage labellisé par le Collège de Labellisation de la FNEGE dans la catégorie Essai en .
  • Réussir une externalisation, adaptation de Smarter Outsourcing de J.-L. Bravard et R. Morgan, Pearson, .
  • Réussir une acquisition, adaptation de Acquisition essentials de D. Rankine et P. Howson, Pearson, .
  • Manuel de gestion, avec A. Dayan, A. Burlaud, S. Macé, C. Simon et C. Thibierge, 2e édition, Ellipses,  ; 1re édition en .
  • Perspectives en management stratégique, avec H. Laroche, P. Joffre et O. Saulpic, Éditions EMS, .
  • Les 7 familles de l'assurance, avec D. Cordier, Vuibert, .
  • Conduire le diagnostic global d'une unité industrielle, avec V. Lerville Anger, A. Gazengel, B. Quinio, A. Ollivier et J. Eymeri, Éditions d'organisation, .
  • Benetton ou l'entreprise virtuelle, 2e édition, Vuibert, , 1re édition en [12].
  • Le Management stratégique de l'innovation, avec J. Broustail, Dalloz, [15].

Chapitres d’ouvrages[modifier | modifier le code]

  • « Des plateformes numériques aux IA génératives : quand les technologies bousculent les modèles de management », dans P. Bunkanwanicha, R. Coeurderoy, D. Battaglia, L. Blascos Arcas, P. Chamakiotis, A. Lanteri, Y. Meiller et S. Ben Slimane (ed.), New Technologies: the future of individuals, orgnisations, and society, ESCP Impact Papers, (lire en ligne), p.110–115.
  • « L'Innovation stratégique », F. Tannery, J.-P. Denis, T. Hafsi et A.-C. Martinet (eds), Encyclopédie de la stratégie, Éditions EMS, 2e édition, , 1re édition Vuibert, , p. 821–831.
  • « N'arrêtons pas le progrès », dans P. Bunkanwanicha, R. Coeurderoy, J. Pérez Luque, S. Schmid et S. Ben Slimane (ed.), Better Business: Creating Sustainable Value, ESCP Impact Papers, (lire en ligne), p.220–224.
  • « Pourquoi payer pour faire une école de commerce ? », O. Mamavi et R. Zerbib (ed.), Transformation digitale et enseignement supérieur, EMS, , p. 133–141.
  • « Préface », Collectif, Faire face à l'inconnu, Harvard Business Review France, , p. 4–5.
  • « Le changement climatique est un défi technologique », dans P. Bunkanwanicha, F. Lüdeke-Freunde, K. Razmdoost et S. Ben Slimane (ed.), Better Business: Creating Sustainable Value, ESCP Impact Papers, (lire en ligne), p.305-310.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Rémunérations des grands patrons, les raisons d’une explosion », The Conversation,‎ (lire en ligne).
  • « 100 idées impertinentes pour mieux manager », Harvard Business Review France, intégralité du numéro hors série spécial 100e anniversaire, octobre-novembre , 130 pages[5].
  • « What Will Management Look Like in the Next 100 Years? », Harvard Business Review,‎ (lire en ligne).
  • « Le management face au dérèglement climatique », Harvard Business Review France,‎ (lire en ligne).

Cahiers de recherche[modifier | modifier le code]

  • Guide méthodologique de conduite d’un diagnostic opérationnel global d’une unité industrielle, (en collaboration), Cahiers de la Recherche de l’ESCP, n°98/140, .
  • Le management de la technologie dans les espaces intégrés, Intégration économique et management : analyse comparée Union européenne / Mercosur, UADE-ESCP, janvier .
  • L’organisation des chaînes spécialisées du secteur textile/habillement, (direction de P.-F. Le Louët), Cahiers de la Recherche de l’ESCP, n°97/49, , 98 p. Prix du meilleur rapport ESCP .
  • Les radiocommunications avec les mobiles, analyse du secteur, exemples d’applications, (direction de L. Blain) Cahiers de la Recherche de l’ESCP, n°94/02, .
  • Petite Épistémologie de la Systémique Chaotique, Cahiers de la Recherche de l’ESCP, n°93/114, .
  • Systèmes Experts et Stratégies de Pouvoir, Cahiers de la Recherche de l’ESCP, n°89/99, , Prix du meilleur rapport ESCP .

Communications[modifier | modifier le code]

  • Le management stratégique en France : chronique d'un déclin annoncé ?, 26e Conférence Internationale de Management Stratégique, Lyon, juin .
  • Is Strategy Bullshit?, 24e Conférence Internationale de Management Stratégique, Paris, juin .
  • Crafting and Implementing a Business Strategy for Creating the next Generation Global Enterprises, 14th Conference of the National HRD Network, Gurgaon (Inde), décembre .
  • Les capacités répulsives, 19e Conférence Internationale de Management Stratégique, Luxembourg, juin .
  • Les écosystèmes d’affaires : intérêt et limites dans le champ du management stratégique, 19e Conférence Internationale de Management Stratégique, Luxembourg, juin .

Cas[modifier | modifier le code]

  • De MNH à MNH group : une reconfiguration stratégique, avec Bernard Bussière, Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques, .
  • De Beers: Monopolies are not Forever, Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques, .
  • The Fast-Track Scooter, Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques, .

Podcasts[modifier | modifier le code]

  • « Quelques idées impertinentes sur le management », Kindness for Business,‎ (lire en ligne).
  • « Facebook Metavers : tout comprendre au projet (fou) de Zuckerberg », Monde numérique,‎ (lire en ligne).
  • « L'entreprise à mission, l'alibi du sens ? », L'Écho des Arènes,‎ (lire en ligne).
  • « Épisode spécial stratégie », Comment t'as fait ? Les rencontres d'entrepreneurs,‎ (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Biographie de Frédéric Fréry sur le site de l'ESCP
  2. Le Monde des grandes écoles
  3. a b et c R. Whittington, D. Angwin, P. Regnér, G. Johnson, K. Scholes et F. Fréry Stratégique, 13e édition
  4. a et b F. Fréry 100 Idées impertinentes pour mieux manager
  5. a et b F. Fréry, « 100 idées impertinentes pour mieux manager », Harvard Business Review France, no hors série spécial 100e anniversaire de la Harvard Business Review,‎ (lire en ligne).
  6. H. Mintzberg Manager : L'Essentiel
  7. G. Hamel La Fin du Management
  8. F. Fréry Articles dans la Harvard Business Review France
  9. Institute for Corporate Governance
  10. Filière Métiers d’analyse et d’aide à la décision à CentraleSupélec
  11. F. Fréry, thèse de doctorat en sciences de gestion, La nébuleuse : peut-on proposer un modèle des structures transactionnelles ?
  12. a et b F. Fréry, Benetton ou l'entreprise virtuelle
  13. Les Échos, Benetton ou les réalités de l'entreprise virtuelle
  14. L'Expansion, Le clan Benetton perd la Baraka
  15. a et b J. Broustail et F. Fréry Le Management stratégique de l'innovation
  16. D. Manceau et A. Bloch, De l'idée au marché. Innovation et lancement de produits
  17. F. Fréry, La voiture électrique, une technologie éternellement émergente
  18. F. Fréry, présentation au séminaire de recherche "Management de l’innovation : théories et pratiques" de la Chaire Management de l’Innovation de l'École Polytechnique
  19. P. Silberzahn, compte-rendu de la présentation de F. Fréry au séminaire de recherche "Management de l’innovation : théories et pratiques" de la Chaire Management de l’Innovation de l'École Polytechnique
  20. F. Fréry, L’agilité ou la réindustrialisation des États-Unis, Communication à la Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques, Ministère des Affaires Étrangères, Paris, septembre .
  21. F. Fréry, "Les postures stratégiques face à l'incertitude", L'Expansion Management Review, vol. 2009/2, no 133.
  22. F. Fréry The Fundamental dimensions of strategy
  23. F. Fréry, X. Lecocq et V. Warnier Competing with ordinary resources
  24. F. Fréry, articles dans Les Échos
  25. F. Fréry, articles dans La Tribune
  26. F. Fréry, articles dans Atlantico
  27. F. Fréry, Interventions sur Radio France
  28. F. Fréry, vidéos sur la stratégie, le management et l'innovation

Liens externes[modifier | modifier le code]