Frédéric Deloffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deloffre.
Frédéric Deloffre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
AntonyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Frédéric Deloffre, né le à Aniche et mort le [1] à Antony, est un critique littéraire français. Spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, il est l'auteur d'une thèse célèbre sur Marivaux et a édité de nombreux textes littéraires. Marqué à l'extrême droite, il est l'un des fondateurs de l'Union nationale inter-universitaire (UNI).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est admis au concours d'entrée à l'École normale supérieure en 1941[2] et obtient l'agrégation de grammaire en 1944[3]. Il enseigne d'abord à Lille, à Lyon et à Sarrebruck. En 1955, il soutient une thèse de doctorat sur Marivaux[4]. De 1962 à 1987[5], il est professeur d'histoire de la langue française à la Sorbonne, puis à l'université Paris-IV Sorbonne.

En mai 1968, il s'oppose aux manifestations qui agitent les universités. Membre du Syndicat autonome des Lettres, il s'oppose au Snesup, syndicat majoritaire marqué à gauche. Il critique la politique du ministre de l'Éducation nationale Edgar Faure et participe à la fondation de l'Union nationale inter-universitaire, créée en janvier 1969. En , il cosigne l'« appel aux enseignants » lancé par l'Institut d'études occidentales après la démission de Robert Flacelière de la direction de l'École normale supérieure[6].

Il a par ailleurs appartenu au comité d'honneur de l'Institut d'études occidentales[7] et à celui de Nouvelle École.

Frédéric Deloffre est l'éditeur dans la Bibliothèque de la Pléiade de la correspondance active complète de Voltaire (13 volumes) et de ses romans et contes (1979)[8]. Il a également édité le théâtre complet (Classiques Garnier, 1968), les romans, les œuvres de jeunesse oubliées (Bibliothèque de la Pléiade, 1972) et les écrits journalistiques de Marivaux (1969).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Une préciosité nouvelle : Marivaux et le marivaudage : étude de langue et de style, Paris, 1955
  • Agréables conférences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps 1649-1651, Paris, 1961 ; Genève, 1999
  • La phrase française, Paris, 1967, 1969, 1975, 1979, 1984, 1986, 1990
  • La nouvelle en France à l'âge classique, Paris, 1968
  • Le vers français, Paris, 1969, 1973, 1979, 1984, 1986, 1991
  • Stylistique et poétique françaises, Paris, 1970, 1974, 1981
  • Guide pratique du « Programme commun », Paris, 1977
  • Autour d'un roman : « Les Illustres Françaises » de Robert Challe, Paris, 1992
  • Robert Challe : un destin, une œuvre, Paris 1992
  • Voltaire et sa grande « amie » : correspondance complète de Voltaire et de Mme Charlotte Sophie Bentinck : 1740-1778 (avec Jacques Cormier), Oxford, 2003

Notes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]