Frédéric De Jongh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric De Jongh
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Directeur d'école, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Membre de

Frédéric De Jongh, né en 1897 était un directeur d'école et un résistant de la Seconde Guerre mondiale qui mit sur pied avec sa fille Andrée De Jongh la filière d'évasion du Réseau Comète qui permit à des centaines de pilotes alliés de rallier l'Angleterre via la France et l'Espagne.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Frédéric De Jongh était le directeur de l'école no 8 à Schaerbeek qui porte aujourd'hui son nom. En 1941, il aide sa fille cadette, Andrée qu'il surnomme affectueusement, Petit cyclone, à mettre sur pied une filière d'évasion pour les alliés tombé sur le territoire belge et pour les résistants brûlés cherchant à regagner eux aussi l'Angleterre. Frédéric De Jongh s'occupe des safe houses à Bruxelles et de l'intendance que nécessitait la dissimulation de ces aviateurs en Belgique occupée. En sa présence est requise à Paris pour coordonner les opérations[1]. Pour l'aider dans cette tâche, il bénéficie de l'aide d'Andrée Dumon qui sera arrêtée en . Sa sœur, Aline Dumon (Michou) reprendra alors le flambeau, elle échappera de justesse à son arrestation en 1944. Frédéric De Jongh, dénoncé par la taupe, Jacques Desoubrie, sera arrêté à son tour, par la Gestapo, le . Il sera fusillé le à la Forteresse du Mont-Valérien[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Graham Pitchfork, Shot Down and on the Run: The RCAF and Commonwealth Aircrews who Got Home from Behind Enemy Lines, 1940-1945, Dundurn, 2003, 288 p., p. 58.
  2. Freebelgians.be.
  3. Edward Stourton, Cruel Crossing: Escaping Hitler Across the Pyrenees, Random House, 2013, 352 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]