Frédéric Charles Jean de Gingins de la Sarraz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédéric Charles de Jean Gingins de la Sarraz
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
LausanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
Ging.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Frédéric Charles Jean de Gingins de La Sarraz, né le à Éclépens et mort le à Lausanne, est un historien et botaniste suisse, de la famille de Gingins.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Frédéric Charles Jean de Gingins est né le , à Éclépens[1]. Il est le fils du Charles Louis Gabriel Gingins, baron de La Sarraz, et de Marie Anne de Watteville de Mollens[1]. Il a un frère, Henri-Victor-Louis[1]. Il hérite du titre de baron de La Sarraz[1].

Il épouse Hydeline de Seigneux, fille du chevalier Jules de Seigneux[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Atteint de surdité à l'âge de 21 ans, il évita la carrière militaire à laquelle était traditionnellement promise la noblesse. Il se tourna alors vers l'histoire et la botanique, qu'il apprit auprès d'Augustin Pyrame de Candolle.

De 1817 à 1828, il travailla comme traducteur à la Chancellerie fédérale, à Berne. En 1844, il reçut un doctorat honoris causa de l'Université de Berne et en 1854, il devint professeur honoraire de l'Académie de Lausanne[1].

En 1823, il publia un traité sur la famille botanique Violaceae intitulé "Mémoire sur la famille des Violacées"[2]. Comme taxonomiste, il décrit de nombreuses espèces du genre Viola[3]. En 1828 Augustin Pyrame de Candolle nomma le genre Ginginsia en son honneur[4].

Comme historien, il publia de nombreux travaux à partir de 1833, notamment sur l'histoire des premier et second royaumes de Bourgogne[1]. En 1837, il fut membre fondateur de la Société d'histoire de la Suisse romande, et il est élu le à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, avec pour titre académique Correspondant[5].

Frédéric de Gingins-La Sarraz meurt le , à Lausanne[1].

Principaux travaux historiques[modifier | modifier le code]

  • Essai historique sur la souveraineté du Lyonnais, etc., 1835.
  • Essai sur lʹétablissement des Burgunden dans la Gaule et sur le partage des terres entréaux et les régnicoles, 1838.
  • Lettres sur la guerre des Suisses contre le duc Charles-le-Hardi, 1839.
  • Développement de lʹindependance du Haut-Vallais et conquête du Bas-Vallais, 1844.
  • Documents pour servir à l'histoire des comtes de Biandrate, 1847.
  • Épisodes des guerres de Bourgogne: ao. 1474 à 1476, (1849).
  • Les Hugonides, 1853.
  • Histoire de la ville dʹOrbe et de son château dans le Moyen Âge, 1855.
  • Histoire de la cité et du canton des Équestres, suivie de divers autres opuscules, 1865[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Gilbert Coutaz, « Gingins, Frédéric de (La Sarraz) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. a et b Google Books publications
  3. IPNI Liste des taxa décrits et co-décrits par Gingins de la Sarraz.
  4. BHL Taxonomie : un guide sélectif de publications en botanique
  5. « Etat des Membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie depuis sa fondation (1820) jusqu'à 1909 », sur le site de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie et « Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques - cths.fr.

Sources[modifier | modifier le code]

Ging. est l’abréviation botanique standard de Frédéric Charles Jean de Gingins de la Sarraz.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Liens externes[modifier | modifier le code]