Frédéric Bruly Bouabré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouabré.

Frédéric Bruly Bouabré

Naissance
Zéprégühé (région de Daloa), Côte d'Ivoire
Décès (à 90 ans)
Abidjan, Côte d'Ivoire
Nationalité Ivoirien
Activités dessinateur, poète
Autres activités inventeur d'écriture

Frédéric Bruly Bouabré est un artiste ivoirien né le à Zéprégühé dans la région de Daloa et mort le à Abidjan[1]. Dessinateur et poète, il est aussi l'inventeur d'une écriture spécifiquement africaine pour sauver de l'oubli la culture du peuple bété.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Frédéric Bruly Bouabré est engagé dans la marine. Après la guerre, il pratique plusieurs métiers avant de devenir fonctionnaire.

À la suite d'une « révélation divine » qu'il reçoit en songe le , il se consacre à donner à l'Afrique une écriture entièrement africaine. Cette vision va directement influencer sa vie et son œuvre. C'est aussi à partir de ce moment-là qu'il se fait appeler « Cheik Nadro » (« le Révélateur » ou « celui qui n'oublie pas »).

Frédéric Bruly Bouabré a créé un syllabaire composé de 448 signes désignant chacun une syllabe. Ce syllabaire porte le nom d'alphabet Bété, du nom de l'ethnie Bété, dont il est originaire. Il a ainsi reproduit l'ensemble des syllabes sur des petites cartes en carton. Pour la création de son syllabaire, il s'est inspiré de figures géométriques découvertes sur des pierres d'un village du pays bété. Utilisant cette écriture, il a retranscrit des contes, des textes de la tradition bété et des poèmes. Ses recherches ont été publiées en 1958 par Théodore Monod, explorateur et scientifique français.

Son œuvre est exposée pour la première fois en Europe en 1989 lors de l'exposition « Magiciens de la terre ». En 2006, le Mamco de Genève lui a consacré une exposition intitulée « Connaissances du Monde ».

Publication[modifier | modifier le code]

  • Une méthodologie de la nouvelle écriture africaine, « Bété » : l'alphabet de l'Ouest africain[2], 1984, 138 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bordas, L'invention de l'écriture, Fayard, 2010, 144 p. (ISBN 978-2213635507)
  • Nicolas Michel, « Il a inventé l'alpha-bété », in Jeune Afrique, no 2567, du 21 au 27 mars 2010, p. 93
  • Olivier Sultan, « Frédéric Bruly Bouabré », in Les Afriques : 36 artistes contemporains, Foire internationale des arts derniers, Musée des arts derniers, Éditions Autrement, Paris, 2004, p. 25-28 (ISBN 2-7467-0621-0)
  • Cédric Vincent, « Le monde sur papier : besogne, travail et œuvre de F. Bruly Bouabré »[3], université Victor Segalen Bordeaux 2, 2000, 119 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de Frédéric Bruly Bouabré, artiste ivoirien, inventeur de l'alphabet bété » sur lemonde.fr
  2. Publié en fac-similé en 2003 par One Star Press, Paris, à l'occasion de l'exposition des travaux de Frédéric Bruly Bouabré présentée au musée Champollion de Figeac du 5 juillet au 5 octobre 2003.
  3. Mémoire de DEA d'ethnologie. Anthropologie sociale et culturelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]