Frédéric Barbier (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Barbier
Frédéric Barbier.JPG
Frédéric Barbier en 2011.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
ChatouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Bibliothécaire, historien du livreVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinction

Frédéric Barbier, né le , est un bibliothécaire et historien français du livre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cursus scolaire[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires à Paris (Lycée Buffon, Lycée Charlemagne) jusqu'au baccalauréat (1970), Frédéric Barbier prépare au Lycée Henri IV le concours d'entrée à l'École nationale des chartes, établissement où il est reçu deux ans plus tard. Sa thèse d'École concerne, pour la première fois en France, l'exploitation d'un fonds d'archives privées provenant d'une ancienne maison d'imprimerie-librairie, celle de la famille Levrault, puis Berger-Levrault, à Strasbourg et à Nancy. Cette thèse, soutenue en 1976 sous la direction conjointe de François Furet et de Henri-Jean Martin (Nouvelles recherches sur l'imprimerie strasbourgeoise (1676-1830), sera publiée dès 1979 (Genève, Librairie Droz).

Conservateur des bibliothèques[modifier | modifier le code]

Dans l'intervalle, Frédéric Barbier est nommé à la direction de la bibliothèque municipale classée de Valenciennes, poste qu'il occupe jusqu'en 1982. Il travaille à la réorganisation de l'établissement, à la valorisation de ses collections anciennes (manifestations diverses, expositions, etc.) et au développement de la lecture publique. Au titre des manifestations scientifiques, on retiendra la journée d'études consacrée à "La carte manuscrite et imprimerie, du XVe au XVIIIe siècle", organisée parallèlement à une exposition sur le même thème (cf La Voix du Nord, 17-18 janvier 1982).

Un programme de réaménagement du bâtiment est engagé, et une première tranche de travaux achevée en 1978-1980 (La Voix du Nord, 10 oct. 1978 et 14-15 sept 1980).[pertinence contestée] Dans le même temps, Frédéric Barbier est chargé par l'Inspection générale des bibliothèques de la préparation du Catalogue des incunables conservés dans la région Nord- Pas-de-Calais (La Voix du Nord, 1980) : le manuscrit de ce catalogue est remis à l'éditeur en 1982. Enfin, Frédéric Barbier prépare, sous la direction de Daniel Roche, et soutient à l'université de Paris I un doctorat de IIIe cycle en histoire (soutenance le 31 mai 1980): Le monde du livre à Strasbourg, de la fin de l’Ancien Régime à la chute de l’Alsace française.

Enseignant chercheur[modifier | modifier le code]

Souhaitant prolonger son travail de recherche sous la forme d'une thèse de doctorat d'État, Frédéric Barbier quitte en 1982 le corps des conservateurs pour intégrer celui des chercheurs au CNRS, tout en étant chargé de cours dans différents établissements. Il soutient devant l'université de Paris IV son doctorat d'État ès-lettres et sciences humaines, préparé sous la direction de François Caron (Livre, économie et société industrielle en France et en Allemagne au XIXe siècle, 1987. Président du jury: Maurice Agulhon). Ce travail développait pour la première fois une analyse comparée de la révolution industrielle dans le domaine de la «librairie» en France et en Allemagne. Successivement attaché, chargé et directeur de recherche, Frédéric Barbier fera pratiquement toute sa carrière du CNRS dans le cadre de l'Institut d'histoire moderne et contemporaine (IHMC) de l'École normale supérieure (Ulm).

Frédéric Barbier est chargé de conférences à l'École nationale des chartes, à l'université de Lille III et à l'université de Paris I. Alors qu'il a déjà dirigé plusieurs thèses d'histoire du livre à l'École des chartes, il succède en 1993 à son maître Henri-Jean Martin comme directeur d'études cumulant à l'École pratique des Hautes Études (Section des Sciences historiques et philologiques), pour la conférence d'«Histoire et civilisation du livre». À trois reprises, il quitte cependant l'IHMC, d'abord pour occuper un poste de chercheur à la Mission historique française de Göttingen (Ministère des Affaires Étrangères, 1998-2000), puis comme premier titulaire de la nouvelle chaire d'Histoire du livre à l'École nationale supérieure des Sciences de l'information et des Bibliothèques (2000-2004), et enfin comme membre de l'Institut d'études avancées (USIAS) de l'université de Strasbourg (2013-2014).

Perspectives scientifiques : une histoire sociale et économique de la «librairie» des XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son cursus à l'École nationale des chartes, Frédéric Barbier s'est orienté vers l'histoire du livre imprimé, sous la direction d'Henri-Jean Martin. Sur le plan scientifique, le caractère de son travail a d'abord consisté (1973) dans le choix d'une période relativement récente, alors même que les travaux d'histoire du livre privilégiaient traditionnellement les XVe-XVIIe siècles, puis peu à peu le XVIIIe siècle : Frédéric Barbier s'est en effet consacré à l'étude de la « librairie » française à la fin de l'Ancien Régime et au XIXe siècle, à partir notamment des archives d'une entreprise, et en abordant conjointement l'histoire économique, l'histoire sociale et l'histoire des techniques. La méthodologie faisait une place notable à la quantification et à l'expression graphique et cartographique des faits historiques.

Cette première phase du travail scientifique aboutit à la soutenance de ses deux premières thèses, et à l'élaboration d'un programme en vue de la préparation d'une thèse d'État (1981-1982). Ce programme, présenté au CNRS en 1982, vise à élargir et à systématiser les perspectives de recherche, en engageant un travail d'ensemble sur l'industrialisation de la «librairie» et en faisant le choix d'une approche résolument comparatiste (comparer les phénomènes qui se sont déroulés de part et d'autre du Rhin). La recherche concernant la France a permis de rédiger des chapitres de l'Histoire de l'édition française portant sur le XIXe siècle (t. II et surtout t. III, 1984-1985), de sorte que les dépouillements archivistiques et bibliographiques conduits à partir de 1982 ont prioritairement concerné les sources allemandes, en Allemagne fédérale, dans l'ex-République démocratique allemande, mais aussi dans un certain nombre d'autres pays appartenant notamment à l'ancien ensemble des territoires habsbourgeois.

Le temps des bilans[modifier | modifier le code]

Le début du XXIe siècle a marqué une nouvelle orientation[réf. souhaitée] dans le travail de Frédéric Barbier, en ce sens qu'il a été le temps à la fois d'un certain nombre de synthèses, et de l'ouverture vers un champ disciplinaire resté jusque là plus secondaire, l'histoire des collections de livres et des bibliothèques. Du côté des synthèses, on[Qui ?] notera tout particulièrement[pourquoi ?], après l’Histoire des médias (1ère éd., 1996), la sortie de l'Histoire du livre (1ère éd., 2000), puis de l’Histoire du livre en Occident (2012). Dans le même temps, Frédéric Barbier est revenu sur la problématique de la première révolution du livre, avec son essai consacré à L'Europe de Gutenberg. Le livre et l'invention de la modernité occidentale (Paris, 2006; trad. anglaise, Cambridge, 2017). Ces différents ouvrages, de même que l’Histoire des bibliothèques (Paris, 2013), ont été traduits dans des langues étrangères, notamment l'italien, l'espagnol et le portugais (brésilien), le chinois, le hongrois, le serbe, le grec, le turc, etc[réf. souhaitée].

Frédéric Barbier a consacré une partie de ses dernières années d'enseignement à l'École pratique des Hautes Études à la question des bibliothèques, avec comme objectif de renouveler une problématique généralement dominée par l'approche nationale (l'histoire des bibliothèques dans tel ou tel cadre), et par la quantification (la statistique des collections)[réf. souhaitée]. Les connaissances acquises ont permis de proposer une lecture nouvelle du sujet[réf. souhaitée] : d'une part, à travers la rédaction d'un manuel d'Histoire des bibliothèques (2e éd., Paris, 2016), mais aussi à travers l'organisation de séries de colloques et de manifestations sur un certain aspect, jusque là négligé, de la bibliothéconomie. On[Qui ?] retiendra tout particulièrement[pourquoi ?], parmi les thèmes ainsi traités, celui de la matérialité de la bibliothèque (le bâtiment, le mobilier, le décor), et celui de la bibliothèque et de ses catalogues comme outil de gestion intellectuelle (De l'argile au nuage, Paris et Genève, 2015). Dans le cadre de son élection à l'Institut d'études avancées de l'Université de Strasbourg, Frédéric Barbier a également coordonné la publication d'une histoire des bibliothèques de cette ville[réf. souhaitée] (Bibliothèques, Strasbourg, origines-XXIe siècle, Paris et Strasbourg, 2015).

Selon les bons préceptes d'une histoire du livre qui s'appuyait, certes, sur les sources d'archives, sur l'iconographie, mais aussi sur les vestiges et autres monuments (les anciennes machines, les bâtiments industriels, etc.), Frédéric Barbier n'a jamais négligé l'étude du livre lui-même[réf. souhaitée], le « livre-objet ». Il a notamment donné deux travaux qui illustrent cette approche : Le Rêve grec de Monsieur de Choiseul (Paris, 2010) se fonde sur une étude bibliologique du Voyage pittoresque de la Grèce publié par le comte de Choiseul à partir de 1782 ; Histoire d'un livre: la Nef des fous, de Sébastien Brant (Paris, 2018), reprend le dossier d'un titre emblématique de l'histoire de l'Europe, de l'histoire des Réformes... et de l'histoire du livre.

Travaux scientifiques (liste partielle)[modifier | modifier le code]

  • 1678, Valenciennes devient française, catalogue d’exposition, Valenciennes : Bibliothèque municipale, 1978
  • L'Art de la reliure à travers les collections valenciennoises, Valenciennes : Bibliothèque municipale, 1978
  • Valenciennes, de la Réforme au Baroque (1559-1600), Valenciennes : Bibliothèque municipale, 1979
  • Trois cents ans de librairie et d'imprimerie : Berger-Levrault (1676-1830), Genève : Droz, 1979
  • Douze siècles d'art du livre : trésors de la bibliothèque de Valenciennes, Valenciennes : Bibliothèque municipale, 1980
  • L'Image du Monde : cartes, atlas et livres de voyage (XVe-XVIIIe siècles), Valenciennes : Bibliothèque municipale, 1981
  • Les Débuts du livre imprimé : éditions du XVe siècle conservées dans les bibliothèques de la région Nord-Pas-de-Calais, Hénin-Beaumont : Association des bibliothécaires français, Groupe Nord, 1982
  • Le Patronat du Nord sous le Second Empire : une approche prosopographique, Genève : Droz, 1989
  • Finance et politique : la dynastie des Fould : XVIIIe-XXe siècle, Paris : A. Colin, 1991
  • L'Empire du livre : le livre imprimé et la construction de l'Allemagne contemporaine (1815-1914), Paris : éd. du Cerf, 1995
  • L'Europe et le Livre : réseaux et pratiques du négoce de librairie (XVIe-XIXe siècles), Paris : Klincksieck, 1996 (codir.)
  • avec Catherine Bertho-Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à Internet, Paris : A. Colin, 1996.
  • Histoire du livre, Paris : A. Colin, 2000 (2e éd. 2006)
  • Lumières du Nord : imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIIIe siècle (1701-1789) : dictionnaire prosopographique, Genève : Droz, 2002
  • Le Berceau du livre, autour des incunables : études et essais offerts au professeur Pierre Aquilon par ses élèves, ses collègues et ses amis, numéro thématique de la Revue française d'histoire du livre, 121, 2003 (dir.)
  • Revue française d'histoire du livre, Genève : Droz, 2003
  • Des moulins à papier aux bibliothèques, en 2 volumes : Le Livre dans la France méridionale et l'Europe méditerranéenne (XVIe-XXe siècles) , Montpellier : Université Paul Valery, 2003
  • Est-Ouest : transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe, 17e-20e siècles, Paris : Msh Paris, 2005
  • L'Europe de Gutenberg : le livre et l'invention de la modernité occidentale (XIIIe-XVIe siècle), Paris : Belin, 2006
  • (dir.), Paris capitale des livres : le monde des livres et de la presse à Paris, du Moyen Âge au XXe siècle, catalogue de l'exposition, Paris : Paris bibliothèques, 2007
  • avec Sabine Juratic et Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789, Genève : Droz, 2007-…
  • Le Rêve grec de monsieur de Choiseul : les voyages d'un Européen des Lumières, Paris : A. Colin, 2010
  • Histoire des bibliothèques : d'Alexandrie aux bibliothèques virtuelles, Paris : A. Colin, collection "U-Histoire", 2013.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Napoléon III et Prix de la Fondation Napoléon (Second Empire) pour Finance et Politique (1992)
  • Officier des Palmes académiques
  • Docteur honoris causa de l'université de Szeged (2011)
  • Docteur honoris causa de l'université Károly Eszterházy de Eger (2017)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :