Frédéric-Guillaume II de Saxe-Altenbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Frédéric-Guillaume II de Saxe-Altenbourg (né le à Weimar et décédé le à Gotha), fut duc de Saxe-Altenbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernier des fils de Frédéric-Guillaume Ier et d'Élisabeth de Brunswick-Wolfenbüttel, Frédéric-Guillaume et ses aînés : Jean-Philippe, Frédéric et Jean-Guillaume étaient depuis l'été 1602 héritiers du duché de Saxe-Altenbourg. L'électeur de Saxe et son oncle Jean (†1605) assurèrent la régence de ces princes. La Guerre de Succession de Juliers leur donna les fiefs de Juliers, Clèves et Berg, mais ils n'étaient ducs que de nom et de blason. En 1612 Frédéric-Guillaume partit compléter son instruction à l'Université de Leipzig, puis en 1618, la majorité de son aîné Jean-Philippe permit à ce dernier de monter sur le trône. La fratrie renonça à l'héritage en faveur de l'aîné moyennant versement d'une rente viagère d'abord temporaire, puis à partir de 1624, définitive. Frédéric-Guillaume et son frère Jean-Guillaume seine Grand Tour en Italie, Angleterre, Provinces-Unies, France et Hongrie.

Il servit sous les ordres de son frère Jean-Guillaume dans l'armée saxonne à partir de 1631 et fut à la bataille de Breitenfeld (1631). Deux ans plus tard, il était colonel d'un régiment sous les ordres du général Hans Georg von Arnim-Boitzenburg, et en son absence il prit le commandement suprême de l'armée saxonne.

En 1639 les trois frères aînés de Frédéric-Guillaume étaient tous décédés. Lui-même se retira des affaires militaires et régna enfin comme duc souverain de Saxe-Altenbourg. La guerre de Trente Ans avait ruiné le pays. Frédéric-Guillaume concentra sur une politique de bien-être public. Il promulgua divers décret, fit reconstruire église et écoles et relança la construction de Saalfeld.

À la mort du duc Jean-Ernest de Saxe-Eisenach, il y eut le 13 février 1640 un nouveau partage de la Saxe avec les descendants de la lignée de Weimar. Frédéric-Guillaume obtint les bailliages de Cobourg, de Hildburghausen, de Römhild, de Sonneberg, de Mönchröden, de Rodach, de Gestungshausen, de Neustadt, de Schalkau et l'abbaye de Sonnefeld. En 1660, à la suite du démembrement de l'ancien comté de Henneberg il obtint en outre les villes de Meiningen, Themar et Behrungen, mais les contestations avec la famille de Saxe-Weimar ne cessèrent plus.

Descendance[modifier | modifier le code]

Frédéric-Guillaume II de Saxe-Altenbourg épousa en 1638 Sophie-Élisabeth de Brandebourg (Maison de Hohenzollern). Veuf en 1650, il épousa en 1652 Madeleine-Sybille de Saxe (en) (morte en 1668), (fille de Jean-Georges Ier de Saxe). Trois enfants sont nés de cette union :

Frédéric-Guillaume II de Saxe-Altenbourg appartient à la première lignée de la Maison ducale des Saxe-Altenburg, cette lignée appartient à la première branche de la Maison de Wettin. La Maison ducale de Saxe-Altenburg appartint à la branche ernestine fondée par Ernest de Saxe.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]